Thich Quang Dô, Un homme à abattre

0
14

Le Vénérable Thich Quang Dô, Président de l’Institut du Dharma (Propagation de la Foi bouddhique) est actuellement poussé malgré lui sur le devant de la scène politique intérieure du Viêt-Nam. De concert, les journaux, tous contrôlés par l’État, le dénoncent pour ses actions contribuant à fomenter des « troubles sociaux » et nuisibles à la nation.

De quoi s’agit-il ? Depuis plusieurs années déjà, des paysans protestent dans tout le pays ; ils demandent justice : des responsables locaux leur ont confisqué terres et maisons en échange de compensations dérisoires.

Le mouvement de contestation s’amplifie ces derniers temps. Au mois de juin, plusieurs centaines de paysans des provinces du Sud campent devant un bureau de l’Assemblée nationale à Hô Chi Minh-Ville. Des organisations et associations (surtout celles basées à l’étranger), leur viennent en aide en leur offrant des moyens de faire durer leur « sit-in », leur fournissant en particulier des couvertures et de la nourriture (coût : 1 dollar par personne et par jour environ).

Mais voilà, au 25e jour de ces manifestations qui semblent perdurer, le vénérable Thich Quang Dô vient leur apporter le soutien de l’Église Bouddhique Unifiée du Viêt-Nam et celui des sympathisants bouddhistes vietnamiens du monde entier. Une somme (l’équivalent de 15 000 dollars), importante pour les caisses quasi vides des mouvements d’opposition mais insignifiante quand on la compare aux devises apportées par des expatriés vietnamiens au budget de l’État (4 milliards de dollars annuels), est distribuée aux milliers de protestataires. Le Vénérable Thich Quang Dô prononce un discours incendiaire contre le régime totalitaire.

Pressentant le danger, les autorités communistes, dans les deux jours qui suivent, ramènent de force les paysans dans leur village. Brutalités. Quelques promesses lancées très rapidement pour ponctuer les coups. On est au 19 juillet.

Aucun problème n’a été réglé. Promesses faites en l’air. Les manifestations reprennent à Hô Chi Minh-Ville, avec une note nouvelle : des participants portent un vêtement blanc (signe de protestation lancé par le Bloc 8406). Et surtout, à Ha Nôi, le mouvement des paysans demandant justice s’amplifie. Un représentant de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Viêt-Nam, le Vénérable Thich Không Tanh, est envoyé à Ha Nôi pour soutenir les plaignants. Toutefois, il n’a pu remplir sa mission. Arrêté par les forces de l’ordre, Thich Không Tanh est forcé à revenir à Hô Chi Minh-Ville.
Il est intéressant de savoir quelle est la portée réelle de la campagne de calomnie contre les responsables de l’Église Bouddhique Unifiée du Viêt-Nam. Les citoyens ne sont pas dupes à 100%. L’information sur les manifestations paysannes est passée. Les dirigeants de Ha Nôi règlent les problèmes sociaux du régime en criant aux manipulations des forces hostiles à la nation, intérieures et extérieures. Cette façon de neutraliser l’opposition, à peu de frais, est-elle efficace ? Le Vénérable Thich Quang Dô, lauréat du Prix des Droits de l’homme RAFTO et nominé pour le Prix Nobel de la Paix, est une personnalité connue et appréciée. Rappelons qu’au début de cette année, des représentants du jury RAFTO norvégien ont tenté de rencontrer le Vénérable pour lui remettre son prix, en vain. Ha Nôi pense-t-il vraiment que c’est la meilleure façon de faire enlever le nom du vénérable Thich Quang Dô de la liste des « nobélisables » ?

Bui Xuan Quang

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here