Phương Uyên, la jeune fille à abattre

0
23

Les autorités vietnamiennes ont très mal digéré le triomphe de la jeune Phưong Uyên à sa sortie de prison et la large diffusion de son image à chacune de ses apparitions. Les consulats et ambassades lui ouvrent les portes, elle et ses amis sont reçus avec sympathie et considération.

 

 

 

 

 

Le 25 septembre Phương Uyên et sa mère Nguyễn Thị Nhung ont été arrêtées chez un ami blogueur, Nguyễn Tường Thụy, ainsi qu’un certain nombre de ses camarades.

Elle et sa mère ont été « expulsées » vers Saïgon avec brutalité mais ses malheurs n’ont fait que commencer. Phương Uyên a été traînée vers le commissariat de police avec violence, « protégée » par des centaines de policiers. Beaucoup de coups ont été assenés. Pour regagner leur domicile, les deux femmes ont dû faire une marche de 4 à 5 km dans la nuit, sous une pluie torrentielle. A l’instant même (le samedi 28.9 à 17 heures, heure de Paris), Mme Nguyên Thi Nhung nous signale que Phương Uyên, blessée, n’a pas pu se retourner dans son lit et qu’elle a uriné du sang 4 fois dans la nuit du 27.9)

Départ forcé de Phương Uyên à Nội Bài (aéroport de Hanoï) :

Bien sûr, pour les autorités, Phương Uyên est l’élément à abattre. Moralement. Elle représente un danger car elle rassemble par sa jeunesse et sa détermination. Beaucoup de pays d’Europe apprécient le courage des militants des droits de l’homme du Vietnam (en particulier l’Allemagne – mais pas la France dont le gouvernement ne pense qu’à la vente des Airbus et des produits de luxe pour satisfaire l’exigence du peuple dans « le silence assourdissant » des intellectuels).

Nous nous abstenons de faire une analyse approfondie de la situation politique vietnamienne. Pour rester dans la réalité du sang versé. Et de la souffrance des mères.

Le 29.9 Phương Uyên a été admise aux urgences dans un hôpital de Saïgon, pour blessures multiples.

Bui Xuan Quang

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here