VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : samedi 11 mai 2002  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - culture/société

VIET NAM infos numéro 11 - 15 mars 2002

 

Agent orange



Au début du mois de mars, des scientifiques américains et vietnamiens se sont réunis à Ha Nôi pour la première fois pour discuter sur les effets de l'Agent orange, un défoliant chimique utilisé par l' armée américaine du-rant le conflit, jusqu'en 1972. Arnold Schlecter, spécialiste de la santé publique de l'Université du Texas, a présenté ses travaux pendant cette conférence. Selon ses recherches, la dioxine cancé-rigène entrant dans la composition de l'Agent orange continue ses effets dévastateurs. Une personne née en 1973, deux ans après l'arrêt de l'utilisation de l'Agent orange, contient dans son sang un pourcentage élevé de dioxine. L'armée américaine a déversé de l'Agent orange surtout sur la végétation autour de la base américaine de Biên Hoa pour empêcher les soldats nord-vietnamiens d'y trouver refuge.

A l'issue de cette conférence de trois jours, le Viêt-Nam et les Etats-Unis se sont mis d'accord sur un plan de recherches conjointes sur les conséquences de l'exposition à l'Agent orange et à la dioxine. Cet accord de principe a été signé le 10 mars 2002 à Ha- Nôi par le Dr. Anne Sassaman de l'Institut national américain des études sanitaires sur l'Environ-nement (NIEHS) et par le Dr. Nguyên Ngoc Sinh, directeur général de l'Agence nationale pour l'environnement. "L'accord qui fixe le cadre de la collaboration entre le Viêt-Nam et les Etats-Unis est une étape importante, mais les véritables difficultés sont devant nous. Il est facile de se mettre d'accord sur la recherche, mais la tâche la plus difficile sera de développer des recherches qui permettront de mettre au jour les causes des maladies" a précisé la responsable américaine. Un premier projet-pilote de 400 000 dollars a été mis sur pied immédiatement par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA), sur une zone entourant la base américaine de Da-Nang (Centre). Jusqu'en 1971, l'armée américaine avait déversé sur les forêts vietnamiennes 57 millions de litres d'Agent orange contenant environ 180 kg de dioxine.

Origne de tous les maux 

A l'égard de certaines forces aux Etats?Unis, qui font des démarches auprès du Sénat américain pour l'approbation du projet sur les droits de l'Homme au Vietnam, Nguyên Tân Dung, vice-premier ministre, a dit le 16 mars à Raymond F. Burghardt, ambas-sadeur des Etats?Unis au Vietnam, lors d'une visite de ce dernier : "Il s'agit d'une grave provocation et d'une action inhumaine vis?à?vis du peuple vietnamien, avec 80 millions d'habitants qui subissent actuellement d'énormes douleurs et pertes à cause des bombes et de l'Agent orange américains pendant la guerre". Nous proposons, quant à nous, de laisser le peuple viet-namien parler de ses malheurs.

Sida 

Plus de la moitié des prostituées officiellement recensées à Ha-Nôi sont atteintes du virus du sida. Selon une étude du Ministère du Travail et des Affaires sociales, l'infection du sida a atteint 55,4% des prostituées recensées au lieu de 39,2% en l'an 2000. Ces chiffres sont supérieurs à ceux correspondants de Ho-Chi-Minh-Ville. On remarque que les pourcentages des prostituées droguées atteintes du virus HIV sont "seulement" de 11,3 % pour Ha-Nôi, et de 18% à Ho-Chi-Minh-Ville. Ces résultats semblent signifier que la drogue n'est pas la source principale de la transmission du virus du sida.

Un intellectuel se révolte 

Lors de la visite du président chinois Jiang Zemin, M. Trân Khuê (lire le communiqué de Reporters sans frontières, page 8) a écrit une lettre ouverte à l'illustre hôte du PCV, sur les raisons de la répression qu'il subit actuellement. Nous traduisons ci-dessous quelques extraits :

Je vous écris en tant que citoyen et considéré comme maître de la république socialiste du Viêt-Nam. Je vous demande de bien vouloir répondre à mon inquiétude: 

Nous sommes reconnaissants au Parti, au gouvernement et au peuple chinois de leur aide généreuse dans la lutte pour l'indépendance et la liberté du Viêt-Nam. Lors d'une visite du président Hô Chi Minh, le président Mao, au nom du peuple chinois, s'est excusé auprès du peuple vietnamien, pour tous les malheurs causés au peuple vietnamien par les régimes féodaux de la Chine. D'après le président Mao, le peuple vietnamien et le peuple chinois, ainsi que tous les peuples du monde n'aspirent qu'à travailler et vivre dans la paix. Toutes les guerres, à l'intérieur d'un pays ou avec un pays étranger ne peuvent venir que des classes dirigeantes pour leurs intérêts personnels, ou ceux de leurs classes.

Nous avons des raisons d'être surpris d'apprendre que le Bureau politique dirigé par M. Kha Phiêu a ordonné au gouvernement Phan Van Khai de signer avec le gouvernement chinois deux traités frontaliers cédant presque 1000 km2(?) de terres et 10000 km2(?) de surfaces maritimes. Parce les deux Partis ainsi que les deux gouvernements n'ont pas dévoilé les teneurs des deux traités, nous, ne sachant pas réellement quelles superficies la Chine a prises au Viêt-Nam, nous nous sommes rendus au mois d'août 2001 au km 0 à Lang Son, et effectivement, à cet endroit, nous ne voyions plus la porte Nam Quan. La Chine a fait construire un bâtiment pour le cacher.

Nous vous demandons de bien vouloir rendre publics les deux traités pour que nos deux peuples, ainsi que les peuples du monde entier puissent connaître la vérité. Cependant, sans parler des milliers de km2, selon la tradition de la culture vietnamienne, céder, même un seul km2, à un pays étranger est déjà un crime grave commis envers son pays. L'Assemblée nationale peut voter à main levée la ratification des traités rapportant des bénéfices au pays comme le traité commercial américano-vietnamien mais on ne peut en aucun cas ratifier à main levée les deux traités criminels sino-vietnamiens. Si des communistes vietnamiens ont osé ratifier ces deux traités à main levée, ils ont donc trahi le peuple et ils ont montré plus clairement leur vrai visage de marionnettes. Les Vietnamiens, vivant au pays ou à l'étranger, dans le présent, comme dans le futur, n'accepteront jamais ces traités honteux.

La raison d'existence du Parti communiste réside dans son rôle de guide du peuple pour conquérir l'indépendance et la liberté et non pour perpétuer le mandarinat, la corruption, la répression ou pour signer à sa guise des traités de cessation des terres. 

Trân Khuê


amuseurs punis


On ne s'amuse pas à faire des sondages. Et surtout à les publier. Lê Van Nuôi, ancien rédacteur en chef du quotidien Tuôi Tre (Jeunesse), organe des jeunesses communistes de Ho-Chi-Minh-Ville, et ses deux adjoints, ont tiré une bonne leçon de leur fantaisie d'aller demander aux jeunes de 15 à 28 ans qui sont leurs "idoles". Au lieu de garder les résultats du sondage sous scellés et classés comme secrets d'Etat, les irresponsables du quotidien au tirage le plus fort du pays, 280 000 exemplaires (en comparaison, Nhân Dân, l'organe officiel du PCV n'est tiré qu'à 150 000 exemplaires), les ont publiés simplement dans le numéro spécial du Têt Tân Ty. Stupeurs et tremblements. Le numéro en question fut retiré rapidement. La page 34 consacrée au désormais fameux sondage a été arrachée et remplacée par un article comique (par son insignifiance). Cependant, la vente a été réalisée à la vitesse grand V, 100 000 exemplaires étaient déjà égarés dans les mains d'innocents. Quels sont les résultats? l'oncle Ho bien-aimé, fondateur du Parti et de la Nation communiste a recueilli 39%, Vo Nguyên Giap, le héros militaire de tous les temps 35%, Phan Van Khai, le premier ministre, bienfaiteur et rénovateur du pays 3,2 %, à égalité avec Hillary Clinton qui pratiquement n'a rien fait pour le Viêt-Nam (sauf acheter quelques soieries et offrir son plus beau sourire). Bill Clinton? 6,5%. Et le grand Bill (Gates)? 89,5% seulement. Soulagement ou non pour le régime : 43 % des personnes interrogées ont refusé carrément l'idée "d'idole". 

Lors d'une interview accordée le 13 mars au journal Lao Dông (le travail), M. Do Quy Dôn, directeur du département de la presse au Ministère de la Culture et de la Communication, a confirmé la sanction contre les trois journalistes. Le lendemain, dans le même journal, le département de la presse faisait savoir que les coupables "avaient été jugés sévèrement pour une grave erreur contenue dans un article concernant le travail de propagande". Lors du dernier renouvellement de leur carte professionnelle, nos trois amuseurs naïfs n'avaient tout simplement pas reçu la leur. 

Dans le passé, une ancienne directrice de Tuôi Tre, Mme Kim Hanh a été destituée de son poste. Motif : elle a laissé paraître un article sur la vie amoureuse de l'oncle Hô. A qui faire confiance pour diriger le seul journal lu par des jeunes!!!


30 avril 1975. Les troupes communistes entrent dans Saigon. Kiên Nguyên, huit ans, regarde le dernier hélicoptère américain décoller…sans lui. Abandonné avec sa mère et son frère à une existence de cauchemar dans un pays ravagé, Kiên est plus exposé que les autres garçons de son âge : ses cheveux sont bouclés et ses yeux clairs. Amérasien, ils est l'un de ces enfants "indésirés" que les communistes vietnamiens persé-cutent sans appel. Mémoire de ce fils qui survit malgré tout. La nuit nous a surpris restitue avec la violence d'un fleuve en crue, les saccages de la guerre et la barbarie des hommes.



traduit de l'américain par Erika Abrams / Denoël 397p. 20 euros