VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : samedi 28 novembre 2002  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - culture/société

VIET NAM infos numéro 17 - 15 mars 2003

 

 

Nous avons l'honneur de vous annoncer la naissance de l'Association France-Vietnam d'Entraide, l'AFVE. Cette association découle d'une nécessité : tous ceux qui élèvent leur voix pour condamner la corruption qui sévit au Vietnam, pour demander la liberté d'expression, l'instauration d'un régime démocratique, subissent actuellement la répression la plus brutale sous forme d'emprisonnement, d'assignation en résidence, de menaces en tous genres.

L'AFVE se propose de venir en aide à ceux qui sont ainsi opprimés à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d'expression et à leur famille.

Nous comptons sur votre sens de la justice, de la solidarité, pour nous aider à accomplir cette mission humanitaire d'extrême urgence.

Bui Xuân Quang, Président


Membres fondateurs : Bui Tin / Bui Xuân Quang / Nguyên Quoc Nam / Nguyên Thi Thanh Vân / Nguyên Van Trân / Tôn Thât Long/Trinh Long Hai / Vo Nhân Tri / Vu Quôc Thuc. 


AFVE 240 rue de Tolbiac 75013 Paris 
Tél : 01 45 89 58 32 - Fax : 01 45 65 39 63
e mail : AFVE@ifrance.com 
Chèques à l'ordre de l'AFVE, merci

 

Le Procès

 

 

Nam Cam, 55 ans, le "parrain" de la mafia vietnamienne, a comparu pour la première fois le 25 février à Ho Chi Minh-Ville, aux côtés de 154 co-prévenus, dont 21 hauts fonctionnaires. C'est le plus grand scandale de corruption de l'histoire du Viêt-Nam.

Parmi les 154 co-prévenus de Nam Cam figurent trois personnalités de la Nomenklatura du PCV : Bui Quôc Huy, ancien vice-ministre de la Police, Trân Mai Hanh, ex-directeur général de la radio officielle la Voix du Viêt-Nam, tous deux exclus l'an passé du Comité central, et Pham Si Chiên, ex-procureur adjoint du Parquet populaire suprême.

Un membre du Bureau politique, Truong Tân Sang, classé 10e dans la hiérarchie, a été réprimandé pour manquement au devoir car Sang dirigeait Hô Chi Minh-Ville de 1996 à 2000.

Nam Cam avait été arrêté une première fois en 1995 avant d'être relâché 30 mois plus tard à la faveur de l'intervention de hauts responsables.

Nam Cam comparaît pour sept chefs d'accusation, de la corruption au meurtre.


Développement rural


La police vietnamienne a demandé des poursuites judiciaires contre deux anciens vice-ministres du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, Nguyên Thiên Luân et Nguyên Quang Ha, pour avoir favorisé le détournement d'une somme équivalente à 7,5 millions de dollars.

Deux autres vice-ministres du même ministère, Pham Hông Giang et Ngô Thê Dân, font l'objet de sanctions disciplinaires adminis-tratives pour avoir signé des décisions financières en faveur de la compagnie du marketing des investissements du ministère dont la directrice, Lê Thi Kim Oanh qui était à l'origine du scandale, a été arrêtée en juin 2001.

Le Viêt-Nam figure parmi les pays les plus corrompus dans le monde et la corruption fait perdre au pays plusieurs centaines de millions de dollars chaque année.


Attirance


Les scandales semblent attirer les gens vers le Parti. L'année dernière, 144.245 personnes rejoignent le Parti. Environ 36% de nouveaux membres sont des femmes, 13% viennent des minorités ethniques. 15.612 nou-veaux membres viennent de l'Armée.

 

Adoption


L'adoption des enfants vietnamiens par les étrangers est en grande partie gangrenée par les trafics et la corruption.

Les familles françaises recueil-laient près de la moitié des petits Vietnamiens adoptés par les étrangers mais en avril 1999, Paris a suspendu les adoptions. L'adoption était devenue un business nauséabond. Faux documents, rapts, mensonges aux parents des nourrissons, tarifs exorbitants (jusqu'à 10. 000 dol-lars par enfant). 

Depuis 2002 les adoptions ont repris. La France a signé avec le Viêt-Nam une convention. Quelque 90 enfants ont été adoptés par des familles françaises en 2002 et 1.400 dossiers sont à l'étude.

Ces dernières années, la justice a démantelé des réseaux dont les "stocks" atteignaient parfois les 200 enfants.

En mai 2002, deux Vietnamiennes avaient été condamnées à 5 ans de prison pour avoir acheté trois nourrissons au prix de 25 dollars chacun à leurs mères démunies. Elles avaient vendu deux petites filles à un ressortissant français pour 800 dollars et donné le troisième bébé, séropositif, à des mendiants de Hô Chi Minh-Ville.

En août 2002, huit personnes dont un officier de police, avaient été condamnées à 12 ans de prison pour le trafic de 36 enfants vers la France, entre janvier 1996 et février 1998.
(AFP 20 février)



Dernières


Cinq Montagnards, K'Sor Bru, Ro Cham Dje, K'Sor Ong, K'Sor Ke Rek et Ro Cham Huong ont été condamnés de 5 à 6 ans de prison pour avoir aidé 58 Montagnards à passer au Cambodge le 21 février 2002. Selon les autorités, K'Sor Bru et Ro Cham Dje appartenaient au Front Uni de Libération des Races Opprimées (FULRO)