VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : jeudi 17 juillet 2003  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - culture/société

VIET NAM infos numéro 19 - 15 juillet 2003

 

Eclaicissements indispensables


Nous avons pu rencontrer le Vénérable Thich Quang Ba (domicilié en Australie) porte-parole de l'Eglise Bouddhique unifiée du Viêt-Nam à l'étranger, le 25 juin dernier à Paris, lors d'une rencontre organisée par l'Alliance Vietnam Liberté.
Thich Quang Ba nous a apporté quelques précisions indispensables à la compréhension de la situation de l'Eglise Bouddhique Unifiée du Viêt-Nam :


1/ Par tradition, malgré son nom, L'EBUV ne préconise nullement une centralisation, des règles dogma-tiques pour la pratique du bouddhisme. Chaque pagode est indépendante, dans son organisa-tion comme dans sa vie religieuse.


2/ Suivant ce principe de base, il n'y avait pas de conflits entre l'Eglise Bouddhique Unifiée, dissoute par le régime, et l'Eglise bouddhique du Viêt-Nam mise en place par les autorités.


3/ Le régime actuel ne tolère pas l'EBUV parce que l'EBUV ne veut pas faire de la politique, ne veut pas participer à l"Assemblée. L'EBUV veut tout simplement être indépendante par rapport au régime.


4/Selon Thich Quang Ba, l'attitude du régime vis-à-vis du vénérable Thich Huyên Quang, numéro un de l'EBUV, n'est qu'une attitude de circonstance, le régime a peur d'une mauvaise réaction du peuple américain. Une loi pour les droits de l'Homme au Viêt-Nam est en cours d'examen dans les deux chambres des représentants américains.

5/ Thich Tri Quang qui était aux premières pages des journaux américains et sur la couverture de Times pendant la guerre dite "américaine" s'était retiré de la scène politique avant la chute du Sud Viêt-Nam en 1975. C'est désormais un grand vénérable de 82 ans qui consacre son temps à la rédaction des textes pour l'enseignement et la compréhension du bouddhisme et dont les conseils sont toujours appréciés dans le milieu bouddhiste.


Au contact du porte-parole de l'Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam, nous avons la nette impression que l'EBUV, avec les multiples épreuves subies année après année, a évolué. Les religieux bouddhiques ont désormais une attitude politique ferme et conciliante. Leurs exigences sont simples, tout à fait raisonnables et difficilement critiquables. L'EBUV est soutenue par l'Union européenne et par les Etats-Unis. Comme le PCV n'accepte aucune organisation libre et indépendante dans le pays, il est devant un problème simple et apparemment insurmontable. Un recul minime dans ce sens pourrait remettre en question l'autorité absolue du Parti, base de sa survie.


La difficile vie religieuse d'une province isolée du Nord 


La province de Yên Bai a 25000 catholiques regroupés en 34 paroisses avec un seul prêtre, le père Nguyên Van Thai. Pour assister à la messe, chaque personne doit payer le transport aller-retour en barque qui lui coûte 1 dollar. Ce qui s'avère impossible. Le curé doit se déplacer lui-même mais ne peut venir dans toutes les "paroisses" dont "l'église" est une petite baraque à toit de chaume et ne possède pas de chaises. A chaque grande messe, célébrée en plein air, de 8 à 10000 personnes assistent. Certaines font 10 km de marche. La misère oblige souvent des femmes à subir des avortements multiples, elles avouent arrêter de pratiquer la religion à cause de ces "crimes" et à cause de l'ignorance même de la religion puisque l'éducation religieuse leur manque.


L'information a été donnée par Mme Trân Ngoc Tuyet e mail: tuyetop@netzero.com (d'après le quotidien Nguoi Viet, Etats-Unis, du 22 juin 2003)


Des effets pervers de l'action antiterroriste.


Selon le rapport annuel d'Amnesty International, les gouvernements en Asie ont profité de l'action antiterroriste menée par les Américains pour accroître la répression contre leurs opposants politiques.

Amnesty International condamne le Bangadesh avec les pouvoirs spéciaux, l'Inde avec la loi sur la prévention du terrorisme, la Chine avec la campagne de répression sévère contre la criminalité qui a amené 1900 condamnations à la peine de mort et 1060 exécutions, le Laos, la Corée du Nord et le Viêt-Nam avec des détentions arbitraires et les mesures contre la liberté d'expression.

"Il y a un nombre croissant de prisonniers et de détenus en particulier en Chine et au Viêt-Nam pour avoir exprimé leurs opinions sur Internet ou pour avoir téléchargé des informations considérées comme critiques par les gouvernements ou relatives à des questions de droits de l'Homme".


George Orwell, 50 ans après


50 ans après sa mort, le message de George Orwell reste d'actualité (Andrew GULLY AFP 24 juin) 

Plus de cinquante ans après la mort de George Orwell (1903﷓1950), Big Brother évoque plus un programme de télévision que l'Etat totalitaire dépeint par l'écrivain britannique dans "1984", un livre vendu à plus de dix millions d'exemplaires dans le monde.

Big Brother est aujourd'hui synonyme de "télé-réalité", des émissions intellectuellement... limitées, qui consistent à faire cohabiter des jeunes gens dans un espace clos et sous la surveillance de caméras 24 heures sur 24.

Au-delà de l'utilisation de ces termes pour des programmes télévisés populaires, le message de George Orwell -qui aurait fêté ses 100 ans mercredi- reste d'une brûlante actualité.

Ses mises en garde prennent une acuité particulière à l'aune des mesures employées actuellement par les gouvernements pour, officiellement, lutter contre l'insécurité : interception des conversations téléphoniques, filtrage des courriers électroniques.

Selon Amnesty International ou Reporters sans Frontières, cette dernière pratique permet aux autorités d'établir de véritables fichiers des utilisateurs, à l'instar de ce qui se passe aux Etats-Unis, ou d'emprisonner et de torturer des "cyberdissidents", en Chine ou au Vietnam. Pour ne citer que ces deux pays.

Ironiquement et fortuitement, "La ferme des animaux" (1945), autre satire du totalitarisme de la part d'un écrivain catalogué de gauche, a été jouée dans un théâtre de Pékin, en novembre 2002, au moment où le régime communiste chinois installait de nouveaux leaders.

Dans ce roman, des animaux prennent le pouvoir dans une ferme pour libérer leurs congénères de l'exploitation humaine. Mais un groupe de cochons finit par exercer un pouvoir encore plus féroce que celui des oppresseurs d'antan.

A la différence du "Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley, la satire y est directement politique et d'actualité.



Soutenez l'Association France-Vietnam d'Entraide (AFVE)

L'AFVE a pour but de venir en aide à ceux qui sont opprimés au Viêt-Nam (en prison ou en résidence surveillée) à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d'expression, et à leur famille. 

Membres fondateurs :
Bui Tin/Bui Xuân Quang/Nguyên Quôc Nam/Nguyên Thi Thanh Vân/Nguyên Van Trân/Tôn Thât Long/Trinh Long Hai/Vo Nhân Tri/Vu Quôc Thuc.

Président : Bui Xuân Quang
Secrétaire générale : Nguyên Thi Thanh Vân
Trésorier : Trinh Long Hai

Contrôle de gestion : Vu Ngoc Bôi/ Nguyên Ngoc Liêm

AFVE 240 rue de Tolbiac 73013 Paris

Information
tél 01 45 89 5832/
fax 01 45 65 39 63 
e mail : AFVE@ifrance.com