VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - culture/société

VIET NAM infos numéro 25 - 15 juillet 2004

 

Injecter de la drogue pour détourner des chrétiens de leur foi  


Père Nguyên Van Ly

 

Le 16 juin dernier, un communiqué du ministère des Affaires étrangères vietnamien annonçait que la peine de prison du P. Nguyên Van Ly était réduite à 5 ans « pour bonne conduite ». Condamné à 15 ans de prison le 19 octobre 2001, le prêtre avait vu sa peine passer de 15 ans à 10 ans.

On peut penser que la pression internationale, surtout celle des Etats-Unis, exercée sur le gouvernement vietnamien, a obligé ce dernier à avoir une attitude mesurée en ce qui concerne les droits de l’Homme.


Montagnards,dernières

 

Les autorités vietnamiennes ont arrêté deux dirigeants d'ethnies minoritaires en fuite dans les Hauts Plateaux du centre du pays, les accusant d'avoir orchestré des troubles contre le régime, a indiqué la presse officielle vendredi 9 juillet.
Un homme, appelé simplement Num, qui s'est nommé lui même comme dirigeant du mouvement anti gouvernemental "Dega" dans la province de Gia Lai, a été arrêté dimanche dans le district de Ia Grai après une longue recherche de la police, a précisé le journal Tuoi Tre (Jeunesse).
Son assistant Ksor Hit a été également arrêté alors que les deux hommes se cachaient dans une forêt locale depuis le mois d'avril. La police a refusé de confirmer leurs arrestations.
Selon le journal, ils ont reconnu avoir "mené des activités contraires à la Constitution et à la loi de l'Etat du Vietnam".


Premier distributeur de préservatifs


Le premier distributeur de préservatifs du Vietnam a été installé le 9 juillet dans une buvette d'Hanoï, dans le cadre d'une campagne préventive contre les grossesses non désirées, la transmission du sida et des autres maladies sexuellement transmissibles.

Le pays a connu un taux très élevé d'avortements volontaires et une forte propagation du sida touchant particulièrement les toxicomanes et les prostituées ces dernières années.

Le nombre des séropositifs au Vietnam est évalué par le ministère de la Santé à plus de 200.000, dont seulement 80.000 officiellement diagnostigués. Il s'élèverait jusqu'à 300.000, selon les experts indépendants.

 

Didier Corlou, portrait d’un chef français à Ha Nôi


Il est Breton mais aime aussi le foie gras et s'est épris du nuoc mam, cette sauce de poisson qui rebute tellement d'Occidentaux : Didier Corlou, chef cuisinier français installé à Hanoï, défend la fusion des saveurs et tente de porter hors de ses frontières l'art de la cuisine vietnamienne.

Installé au Vietnam depuis 12 ans, chef au Sofitel Métropole de Hanoï, Didier Corlou est plus qu'une star locale. "Chef du mois" en octobre 2003 pour Asia Cuisine, une revue professionnelle de Singapour, il voyage à Paris, Bangkok ou Philadelphie pour porter sa bonne parole, en l'occurrence celle de la cuisine vietnamienne.

Signe rarissime de reconnaissance locale, les autorités vietnamiennes le choisissent régulièrement pour des repas officiels. Poutine, Clinton, Schroëder, Fidel Castro ou Jang Zemin ont goûté à ses plats.

Prosélyte, il vient de publier son troisième ouvrage, "Ma cuisine du Vietnam". "Didier Corlou est un poète qui traduit et interprète l'intimité de nos plats les plus simples, nos mets les plus anciens", y écrit le président du club Unesco de la gastronomie de Hanoï.

Pour s'imprégner d'un art culinaire qui l'a manifestement envoûté, le cuisinier parcourt le pays en long et en large pour dénicher d'autres herbes, d'autres sauces, d'autres trésors de la gastronomie rurale. Il lui a fallu apprendre à faire simple", explique t il. Ses yeux s'allument à l'évocation des produits délaissés par les riches et que le Vietnam a su réinventer, la tige de potiron, le jeune tronc de banane, le grain de lotus. Avec des bases aussi dépouillées, tout est possible. Huître en gelée de nuoc mam de Phan Thiet et son sorbet, pho (prononcer feu, la traditionnelle soupe vietnamienne) au foie gras, cigale de mer en vessie de poisson laquée à la passion.
"Je ne suis pas le premier à faire de la fusion. Les Vietnamiens ont gardé le boeuf au vin rouge apporté par les colons. Mais quand le vin a manqué, ils l'ont remplacé par du vin de riz. Et c'est très bon !".

A 47 ans, le chef n'est pas insensible aux honneurs : un mot signé du Roi Sihanouk du Cambodge, deux décorations de l'Etat français.

Mais il affirme travailler pour les chefs vietnamiens. "Nous, on nous décore. Mais eux ne sont pas reconnus. Il faut faire parler d'eux".


par Didier Lauras-AFP 27 mai 2004



Visitez notre site  

www.vninfos.com
vous y trouverez des articles d’histoire, des infos, des dossiers, des documents…