VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : samedi 11 mai 2002  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - culture/société

VIET NAM infos numéro 4 - 21 janvier 2001

 

RÉPRESSION DES MANIFESTATIONS HOA HAO. Le sang a coulé lors de la répression d'une manifestation des bouddhistes Hoa Hao dans leur sanctuaire de l'ouest du delta du Mékong. 
Le 18 novembre, M. Hà Hai, 69 ans, secrétaire général de l'Eglise bouddhique Hoa Hao a été arrêté dans la banlieue de Ho Chi Minh-Ville alors qu'il cherchait à rencontrer le président américain Bill Clinton. M. Hà Hai commença alors une grève de la faim.
Au 18e jour de sa grève de la faim, M. Hà Hai était entre la vie et la mort. Des milliers de fidèles Hoa Hao participèrent à une manifestation contre l'arrestation arbitraire de M. Hà Hai et pour la liberté religieuse. La répression fut d'une extrême violence. M. Vo Thanh Dân, 47 ans et Mme Mai Thi Dung, 37 ans, ont tenté de se suicider pour démontrer leur détermination.
Actuellement, M. Hà Hai est encore en prison et attend d'être jugé (menace à l'ordre public ou à la sécurité de l'Etat?)

MALNUTRITION DES ENFANTS. Alors qu'on constate une baisse sur le nombre de décès des enfants de moins de 5 ans (39 sur 1000, chiffre actuel), 69,5 % d'enfants sont encore victimes de malnutrition selon l'UNICEF (conférence de presse du 13/12/2000).
Quelques autres chiffres : naissances en 2000 : 1 654 000 environ (seulement 90 % des naissances sont déclarées); plus de 93 % des enfants de 6 ans entrent dans l'école primaire; 17 750 jeunes de moins de 18 ans sont séropositifs.

La dissidence ne se désarme pas

LES CINQ PERSONNALITÉS DE LA DISSIDENCE CONTINUENT D'INTERPELLER LES DIRIGEANTS COMMUNISTES. Le 9/12/2000, MM. Hoàng Minh Chinh, Pham Quê Duong, Nguyên Thanh Giang, Hoàng Tiên, Trân Dung Tiên envoient de nouveau une lettre commune, la quatrième, pour protester contre la répression réservée à M. Hà Si Phu et demandent au président de l'Assemblée et aux députés un débat public sur les droits de l'Homme.

ATTENTION, EVENEMENT !
D'UN PETIT VILLAGE DE HUE
, décembre 2000, un prêtre crée l'événement. Le père Nguyên Van Ly du village Nguyêt Biêu exige fermement la liberté religieuse (dossier complet dans notre prochain numéro)

AN 2000, ACCIDENTS DE LA CIRCULATION: 7 500 MORTS. Le nombre de morts, 7 500, est en forte augmentation, de 12,4 %, par rapport à 1999. Selon les données officielles, sur un nombre total de 22 500 d' accidents, une grande majorité est causée par des motocyclettes et des petites voitures. Pour l'année 2000, le Viêt-Nam a importé 1,6 million de motocyclettes et 26 000 voitures.

RÊVE DE JEUNES FILLES : SE MARIER AVEC UN ÉTRANGER ET SORTIR DU PAYS. A Cân Tho, ville du Sud, en 2000, 1 800 jeunes filles ont choisi de se marier avec un étranger (1 200 en 1999). Les deux tiers avec des Taiwanais. Ce phénomène prend tellement d'ampleur qu'à Ho Chi Minh-Ville la jeune fille est vite devenue une bonne marchandise. On compte de nombreuses boîtes de karaoké qui sont en fait des sièges de sociétés clandestines d'exportation de jeunes filles. A une descente de police, on découvre à la boîte karaoké Dai Nam, entassées dans sept chambres, 220 jeunes filles de 18 à 25 ans et 74 hommes dont 17 Taiwanais. Le prix d'une "femme" est de 1 000 à 3 000 dollars à partager entre l'entremetteur et le propriétaire de la boîte.

LA MÉTHODE LA PLUS SÛRE POUR SORTIR DÉFINITIVEMENT DU PAYS reste celle de se faire accepter comme boursier par un pays riche et ouvert à l'immigration. Les responsables du Parti de la ville de Long An ont bien compris leur chance lorsque l'Australian College of English proposait 22 bourses pour apprendre l'anglais en Australie. On peut compter parmi ces jeunes étudiants chanceux, un maire, un maire-adjoint, un secrétaire général du Parti de la ville etc... Chacun, il est vrai, a dû débourser 4 000 dollars (gagnés à la sueur de son front?) mais quand on est que simple agriculteur et qu'on ne possède qu'un certificat de fin d'études primaires... Fait remarquable : tous ces "étudiants" ont choisi de rester en Australie pour suivre des cours de perfectionnement d'anglais, à vie!

Une oeuvre confisquée à Hanoi est honorée au Quebec
Au Québec (Canada) l'Union des écrivains québecquois - Pen International/section francophone et Amnesty International ont honoré dix écrivains de dix pays : Fredy Loseke Lisumba la Yayenga (Congo), José de Jésus Diaz Hernandez (Cuba), F. Brovina (Kosovo), Taslima Nasrin (Bangladesh), Cosette Ibrahim (Liban), Bui Ngoc Tân (Viêt-Nam), Jose Gallardo Ridriguez (Mexique), Sihem Ben Sedrine (Tunisie), Jiang Qisheng (R.P. de Chine), Esber Yagmurdereli (Turquie). Dix écrivains et poètes du Québec sont invités chacun à écrire une lettre d'hommage à un écrivain choisi. Mona Latif Ghattas a écrit à Bui Ngoc Tân en ces termes : cette terre ne sera pas détruite tant qu' on trouve encore des écrivains dont les oeuvres reflètent l'honnêteté et l'esprit de responsabilité envers l'humanité.
Bui Ngoc Tân est l'auteur d' une histoire racontée en l'an 2000. Cet ouvrage, dont le thème est la démolition d'un homme sous le régime communiste, est édité à Ho Chi Minh-Ville au mois de février 2 000 en 1 500 exemplaires par les éditions Thanh Niên dont le siège central se trouve à Ha Nôi. A sa sortie, ce livre est interdit à la vente, puis mis au pilon, mais il circule rapidement sur internet. Il sera disponible sur notre site.
Nous donnerons plus de détails sur ce livre et son auteur dans un prochain numéro.

J'ai oublié mon nom sous ce soleil,
oublié mon âge,
la lame des mois des années plantée profondément
le temps a glacé mon cerveau
le passé est devenu l'improbable préhistoire
De ce monde, je perds même l'usage du feu
Et jour après jour, pétrifie les souvenirs de l'autre monde 

Bùi Ngoc Tân / traduction H.L.


Coïncidence 

miraculeuse
Au mois de novembre dernier, une conférence des femmes d'Asie a eu lieu à Ha Noi. Thème : La Culture de la Paix. Au mois de décembre, on organise sous l'égide de l'Unesco, à Paris, une conférence sur le même thème. Exactement les mêmes mots ont été employés : Culture de la Paix ! Mais alors, quelle coïncidence, nous avons lu dans VIETNAM PASSIONS, une revue associative française, un titre bien encadré : HO CHI MINH ET LA CULTURE DE LA PAIX. Dites nous que c'est une pure coïncidence et nous crierons : OH MIRACLE !

DÉCLARATION
DE QUATRE PERSONNALITÉS RELIGIEUSES
SUR LA POLITIQUE DU PARTI COMMUNISTE 
VIETNAMIEN EN MATIÈRE DE RELIGION


Depuis sa conquête du Sud Vietnam le 30 avril 1975, le Parti Communiste Vietnamien (PCV) a imposé un régime inhumain vis-à-vis des religions.

De nombreuses insti-tutions et propriétés appartenant aux différentes religions - Cao Dai, Catholicisme, Bouddhisme, Bouddhisme Hoà Hao, Protestantisme... - ont été confisquées, nationalisées sans vergogne et mises entièrement à la disposition du Pouvoir communiste.
De nombreux documents à caractère juridique ont été promulgués aux fins de ligoter, limiter et supprimer toute activité religieuse de façon inhumaine comme cela n'a jamais été fait dans l'histoire religieuse du pays.

De nombreuses manoeuvres d'amalgame et de fausse accusation ont été manigancées aux fins d'assi-gner à résidence et d'em-prisonner les dirigeants religieux qui s'opposent à la politique de répression et de destruction des religions, politique qui se poursuit de façon cruelle depuis 1975 jusqu'à aujourd'hui.

De nombreuses manoeuvres d'infiltration ont été perpétrées pour saper les religions de l'intérieur, pour diviser leurs rangs et politiser leurs objectifs comme il a été fait vis-à-vis des Cao Dai, des Catholiques, des Protestants et des Bouddhistes - qui ont été scindés en deux Eglises : l'Eglise Bouddhique du Viet Nam et l'Eglise Bouddhique Unifiée du Viet Nam (EBUV) - ; plus récemment, en mai 1999, les Bouddhistes Hoà Hao ont du subir un 'Comité de représentants' fantoches créé de toutes pièces par les autorités et comprenant 11 membres du Parti communiste chargés d'assurer la direction de cinq millions de fidèles Hoà Hao - une monstrueuse anomalie, jamais vue dans l'histoire des religions...

A cette cruelle politique visant à les étrangler, les religions au Viet Nam n'ont cessé de résister de façon pacifique et non-violente, pour exiger LE DROIT A LA LIBERTE RELIGIEUSE, et sont déterminées à lutter jusqu'à ce qu'une LIBERTE RELIGIEUSE REELLE soit obtenue comme c'est le cas dans la grande majorité des pays civilisés du monde.

C'est pourquoi, aujourd'hui, devant les progrès enregistrés dans le domaine des DROITS DE L'HOMME dans le monde, nous les soussignés, constatons que le moment est venu de lancer cet appel pour exiger des autorités communistes vietnamiennes : 


1. De respecter scrupuleusement le droit des religions à une VERITABLE LIBERTE RELIGIEUSE, particulièrement dans un domaine essentiel, à savoir la liberté et la totale indépendance des dirigeants des religions dans le choix, la formation, la nomination de leurs religieux et responsables selon les besoins et aspirations propres à chaque confession ; de respecter le droit à la LIBERTE DE CROYANCE de tout citoyen vietnamien en supprimant désormais toute mention de l'appartenance religieuse dans tout document administratif, ceci afin que chaque citoyen puisse jouir d'une totale tranquillité quant à son appartenance à telle ou telle religion, et que nul n'ait d'inquiétude ou de crainte de se voir discriminé à cause de sa croyance, de jouir de toutes les conditions favorables pour vivre sa foi et ne plus être à la merci de mesures discriminatoires comme c'est le cas aujourd'hui.


2. De restituer aux différentes Eglises leurs institutions et propriétés qui, depuis 25 ans, ont été confisquées, nationalisées, utilisées en tant que biens de l'Etat, ou injustement 'cédées' à l'Etat sous la coercition, que les documents juridiques afférents existent encore ou aient été perdus du fait de la guerre mais dont le témoignage de la population devrait suffire à certifier l'origine de façon incontestable.


3. De mettre un terme à toute manœuvre ou complot visant à étouffer et à étrangler les religions ; de mettre un terme à toute tentative d'ingérence dans les affaires intérieures des religions ; de dissoudre les divers Comités créés de toute pièces par l'Etat, qui n'ont de religieux que le nom et qui ne sont en fait que des instruments ancillaires de l'Etat communiste.


4. De libérer sans condition les religieux, séminaristes, personnalités et responsables religieux déjà condamnés ou encore emprisonnés dans les centres de détention.


5. De respecter les différentes clauses de la Convention internationale sur les Droits de l'Homme du 24 septembre 1982, Convention à laquelle l'Etat communiste vietnamien a souscrit en tant que membre.

Viet Nam, le 27 décembre 2000

Les quatre signataires certifient être co-auteurs de cette Déclaration :
Vén. Bhikkhu Thich Thien Hanh,

EBUV, Thua Thien - Huê
M. Lê Quang Liêm

chef du comité directeur de l'Eglise Bouddhique Hoà Hao
R. P. Chan Tin

rédemptoriste,Saigon
R. P. Thaddée Nguyen Van Ly

paroisse de Nguyet Biêu, Huê