VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Dossiers

VIET NAM infos numéro 31 - 15 juillet 2005


Le Parti Démocratique du Peuple




NDLR. Quelques jours avant la visite du Premier Ministre Phan Van Khai à Washington, la création d’un parti politique, le Parti Démocratique du Peuple, a été annoncée sur Internet. Nous publions ici les points essentiels du manifeste de ce Parti

Chers compatriotes,
Nous avons l’honneur de vous présenter le manifeste du Parti Démocratique du Peuple
Chers compatriotes,
Nous ne pouvons plus garder le silence
Nous ne pouvons plus subir
Nous ne pouvons plus laisser le destin du pays entre les mains des corrompus, des dictateurs, des traîtres,

Vive le Viêt-Nam libre
Vive le Viêt-Nam démocratique
Nous vaincrons


Nguyên Hoàng Long
Viêt-Nam le 15 juin 2005


dangdanchunhandan@yahoo.com
http://dangdanchunhandan.blogspot.com

Le Parti Démocratique du Peuple

Manifeste (les points essentiels)

Le peuple vietnamien est face à un choix vital :
continuer à vivre sous le joug de la dictature dans un pays pauvre et arriéré ou se soulever pour renverser la dictature, donner au peuple le pouvoir de décision, mobiliser toutes les forces vives de la nation pour reconstruire le pays.

A début du XXe siècle, après l’échec des lettrés, des patriotes de toutes origines, de toutes conditions, se sont rassemblés dans une lutte à mort contre les colonialistes pour la liberté et l’indépendance du pays. Des communistes comme des non-communistes, étaient tombés pour la patrie. La révolution d’août 1945 a connu la victoire grâce aux sacrifices de tout le peuple. Le Parti communiste se considérait comme le principal artisan de cette victoire, s’empara du pouvoir, puis élimina tous les autres partis politiques, assassina des patriotes qui n’appartenaient pas au Parti. Le Parti communiste a ainsi trahi le peuple, en appliquant une politique répressive.

Après la victoire de Dien Bien Phu, la moitié du pays était tombée dans les mains du Parti communiste. Plaçant ses propres intérêts au-dessus de ceux de la nation, le Parti communiste utilisait tous les procédés pour transformer notre pays en un avant-poste du Socialisme, dans le complot de socialisation du monde entier. Tous les droits fondamentaux du citoyen sont interdits. Des procédés inhumains, contraires au respect de l’homme et sa nature plongeaient le peuple dans des souffrances extrêmes.

Au début des années 50, sous des prétextes de réformes agraires, des massacres de dizaines de milliers d’innocents se sont perpétrés et détruisaient les fondements traditionnels des villages vietnamiens.

Le Parti communiste a déclenché la guerre fratricide, causant la mort de millions de citoyens du Nord comme du Sud. Le Viêt-Nam était devenu un champ d’essai d’armes des deux systèmes communiste et capitaliste.

La guerre entre Vietnamiens terminée, le Parti communiste a appliqué le régime dictatorial sur le pays. Les droits fondamentaux du citoyen sont piétinés, sinon confisqués. Au lieu de rassembler le peuple pour la reconstruction du pays, le Parti communiste a organisé une vengeance machiavélique, des centaines de personnes de l’administration de l’ancien Sud Viêt-Nam sont enfermées dans des camps de rééducation qui étaient en fait des camps de concentration de type fasciste. Ne pouvant plus supporter leur sort, un million de personnes ont préféré risquer la mort, le viol, la torture par des pirates plutôt que vivre sous le régime communiste. Le drame des « boat people » est gravé dans l’histoire de l’humanité comme une tache indélébile.

L’économie marxiste a transformé les terres prospères de la plaine du Mékong en une région pauvre, a ruiné la ville de Saïgon qui était autrefois appelée « la perle de l’Extrême-Orient ».

En 1978, profitant du génocide Khmer Rouge, le Parti communiste a lancé son armée occuper le Campuchia. L’ambition réelle était de transformer les trois pays, le Viêt-Nam, le Laos et le Campuchia, en une fédération indochinoise communiste. Des dizaines de milliers de jeunes Vietnamiens ont laissé leur vie dans cette guerre ou sont devenu infirmes. L’occupation du Campuchia durant dix années a créé une haine profonde dans les cœurs du peuple du Campuchia. Quant au peuple vietnamien, il a dû subir les conséquences de l’embargo international. Une misère ajoutée à la misère causée par l’économie marxiste.

Sous le joug communiste, le nombre de prisons augmente sans cesse. Du temps de la colonisation française, il y avait moins de dix prisons dans toute l’Indochine. Actuellement chaque ville possède une ou deux prisons. Les camps de « rééducation » n’ont pas attendu la victoire communiste sur le Sud Viêt-Nam, ils existaient depuis 1961. Des intellectuels et artistes du mouvement « Nhân Van Giai Phâm », du procès «des révisionnistes » y étaient enfermés sans aucun jugement.

Depuis 1986, l’économie du pays était au bord du gouffre, le système communiste était sur le point de se disloquer, le Parti se précipita vers « l’ouverture » le « changement ». L’ « économie de marché à orientation socialiste » n’est en fait que du « capitalisme de la dictature ».
La corruption est devenue un système de gouvernement. Les dirigeants du Parti et leur famille amassent des sommes colossales, possèdent des comptes bancaires à l’étranger. La corruption détruit les valeurs morales de la société.

Cette ouverture économique a permis aux habitants des grandes villes de travailler. Leur vie s’est améliorée. Mais les paysans ne sont pas sortis de la misère. L’injustice sociale augmente de jour en jour.

Des voix, celles des intellectuels, des religieux, des vétérans du Parti se sont élevées contre la dictature et demandent la libération du pays. Le Parti fait la sourde oreille, les oppresse, les emprisonne. Jusqu’à maintenant, des citoyens de grande droiture, de grande qualité morale et intellectuelle sont encore dans des prisons communistes.

En ce qui concerne la politique étrangère, le Parti communiste n’a pas osé protester lorsque des citoyens vietnamiens sont assassinés par l’armée chinoise. Sous la pression de la Chine et pour consolider sa dictature absolue, le Parti a signé des traités de frontières désavantageux pour le Viêt-Nam, faisant ainsi perdre des terres léguées par nos ancêtres.

En 1974, le Parti s’était montré indifférent devant l’appel de solidarité du gouvernement de la République du Viêt-Nam (Sud) pour défendre, ensemble, les archipels Hoang Sa (Paracels), contre les attaques de la Chine. Pham Van Dông, Premier ministre communiste, a même reconnu officiellement les exigences chinoises et a fait perdre les archipels Hoang Sa au Viêt-Nam. Ces îles sont pourtant d’une grande importance stratégique et économique.

Alors que l’Europe de l’Est a reconnu l’échec du système communiste et en est sortie, Ha Nôi continue à s’accrocher à l’idéal communiste pour cacher sa nature profonde de dictateur autoritaire pour continuer à sévir. 

Le communisme est le chemin pavé de sang et de larmes du peuple vietnamien.

Aujourd’hui, tout le monde reconnaît que la dictature absolue pourrit le pouvoir
La dictature génère la corruption, l’injustice et le désordre social
La dictature fait régresser le pays

Chers compatriotes, le Parti communiste peut encore garder le pouvoir à l’aide de son système de dureté extrême conjugué avec la peur des citoyens. Mais le cri pour la Liberté des dizaines de milliers de citoyens chassera les ombres de la Peur. En se donnant la main, pour la Démocratie, des millions de citoyens créeront la force qui lancera le peuple vers le chemin de la Liberté.

Il est grand temps pour les patriotes de se mettre debout, pour combattre, avec courage, l’injustice sociale, pour anéantir le régime de dictature pourrie, pour construire une époque nouvelle, une époque de la Liberté, de la Démocratie, de la Justice et de la Prospérité.

Le Parti Démocratique du Peuple est né afin de répondre à cette aspiration de l’Histoire.

Selon le Parti Démocratique du Peuple, la transition entre la gestion du pays par la dictature et une gestion démocratique sera menée progressivement, assurant ainsi la sécurité de l’emploi et garantissant le patrimoine légal de chacun, évitant ainsi tout désordre social.

Le Parti Démocratique du Peuple souhaite sincèrement travailler avec d’autres partis et organisations dans le combat commun. Eliminer le régime de dictature, construire une société démocratique et libre dans un esprit de responsabilité et de solidarité.

Le Parti démocratique du Peuple proclame solennellement le plan d’action suivant :

1. Se servir de tous les moyens, déclarés ou secrets, afin de mobiliser nos compatriotes à s’engager dans la lutte pour la Liberté, la Démocratie, la Justice et la Prospérité, et cela dans un esprit de non-violence.
2. Lutter pour la libération immédiate de tous les prisonniers politiques.
3. Lutter pour la liberté d’expression, la liberté de presse, la liberté d’association, la liberté de croyance…L’objectif immédiat est de constituer une force d’opposition permettant d’arrêter les méfaits du pouvoir.
4. Lutter pour obliger le pouvoir dictatorial à défendre l’indépendance de la patrie, à préserver l’intégrité territoriale du pays. 
5. Lutter pour exiger l’amélioration et la sécurité dans la vie sociale, surtout pour les classes défavorisées.
6. Lutter pour que chaque citoyen puisse participer à la vie politique de façon officielle et sans discrimination.
7. S’appuyant sur les forces du peuple et le soutien international, obliger le pouvoir à organiser des élections libres pour choisir des cadres méritants pour diriger le pays. Organiser un référendum pour que le peuple puisse exprimer son souhait dans le choix du régime dirigeant le pays.
8. Lutter pour que chacun puisse avoir le droit du citoyen, sans aucune considération d’origine, de race, de classe ou d’opinion, selon la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen.
9. Lutter pour un changement de la Constitution et des Lois pour aboutir au souhait réel du peuple, afin d’amener le Viêt-Nam vers un Etat de démocratie et de droit.


Chers compatriotes, 
la Patrie nous appelle,
l’Histoire nous soutient
la Démocratie vaincra
la Dictature sera défaite
Viêt-Nam le 1er janvier 2005

Sur leur site Internet, M. Nguyên Son, membre du Comité central du Parti, et M. Nguyên Hoang Long, signataire de l’appel, dans une interview réalisée par Viêt Hùng pour RFA (Radio Free Asia) le 5 juillet dernier,ont donné des précisons sur la fondation du Parti Démocratique du Peuple.

1. Le Parti Démocratique du Peuple a été créé il y a deux ans. Les membres fondateurs se sont connus sur Internet. La majorité d’entre eux ont moins de 40 ans. 95% vivent actuellement au Viêt-Nam (Nord, Sud et Centre).


2. Le Parti Démocratique du Peuple a le soutien d’un certain nombre de personnes qui sont du Parti communiste ou de l’administration actuelle.


3. La communauté vietnamienne comme les partis politiques vietnamiens de l’étranger ont un rôle très important dans la participation et le soutien au mouvement démocratique.


4. Dans le contexte actuel, les activités du Parti Démocratique du Peuple sont secrètes. mais le PDP utilise des organisations tolérées par le système totalitaire pour une mobilisation plus large du peuple.


5. Le Parti Démocratique du Peuple et le Parti communiste vietnamien n’ont aucun point commun et ne peuvent pas se réconcilier. Le Parti Démocratique du Peuple n’exclut cependant pas de s’associer avec les dissidents du PCV ou de soutenir certaines actions des membres progressistes du PCV qui désirent faire avancer le PCV dans le bon sens.


6. En utilisant des moyens d’information, le Parti Démocratique du Peuple fera de la propagande pour un référendum. Le peuple doit surmonter la peur. Mais la peur change de forme et de niveau. Il y a la peur de 1985, la peur de 1995 et la peur de 2005. Le PCV n’a plus en ce moment le contrôle de l’estomac. M. Nguyen Hoang Long signale dans son interview qu’ il avait peur il y a 10 ans, mais cette peur a disparu en 2005.
7. Dernièrement, le nombre de demandes d’adhésion est tel que le bureau du Parti Démocratique du Peuple est débordé et ne peut pas assurer toutes les réponses en temps voulu.


Notre opinion : Il est évident que le Parti Démocratique du Peuple a rencontré un grand succès sur Internet. Dans son manifeste, il s’appuie sur des faits historiques pour faire le procès du PCV. Nous remarquons que le massacre de Huê en 1968 a été « oublié » dans la liste des crimes communistes. Le manifeste est sans concession envers le PCV, par contre, le ton veut réconcilier toutes les victimes et ne fait aucune distinction entre celles du Nord et celles du Sud. Il faut attendre pour voir les capacités de ses dirigeants sur le terrain politique, mais d’ores et déjà, on peut dire que ces jeunes ont des idées, tout au moins des idées de marketing politique.


Grippe aviaire


Le Viet-Nam commencera en août la vaccination de la volaille contre la grippe aviaire, qui a tué 19 personnes dans le pays depuis décembre dernier, 
"La vaccination commencera en août dans les provinces de Tien Giang (Sud) et Nam Dinh (Nord)", a indiqué le directeur adjoint du département de santé animale du ministère de l'Agriculture.

Le gouvernement estime par ailleurs que les mesures réclamées pour la lutte contre la maladie, notamment l'abattage des poulets malades, sont insuffisamment respectées.

"Beaucoup de fermiers n'ont pas admis la nécessité de tuer les volailles contaminées", a indiqué un responsable du même département, à l'agence de presse Vietnam News. "En réalité, seuls 10% des oiseaux testés positifs ont été détruits car les éleveurs ne sont pas satisfaits des mesures du gouvernement".

Ha Noï a décidé d'augmenter à 18 000 dongs (0,95 euros) la compensation par animal abattu.

Un médecin de la capitale a confirmé la mort d'un homme de 73 ans testé positif à la grippe aviaire.

Une fois validé par le ministère de la Santé, ce cas portera à 55 le nombre de décès officiellement attribués à la grippe aviaire depuis fin 2003 dans toute la région, dont 39 Vietnamiens, 12 Thaïlandais et 4 Cambodgiens. 

Pékin a admis que l'amantadine, un antiviral utilisé contre la grippe, était largement employé dans l'élevage de volailles en Chine, et veut faire cesser cette pratique suite à l'apparition de formes de grippe aviaire résistantes à ce médicament, a rapporté le China Daily mardi.

"Nous allons bientôt prendre des mesures contre cette pratique", a déclaré Xu Shixin, le directeur des services vétérinaires du ministère chinois de l'Agriculture, au quotidien de langue anglaise. Il n'a pas précisé dans quelles régions de Chine le médicament avait été utilisé par des agriculteurs.

Le responsable a rejeté des affirmations du Washington Post selon lesquelles les autorités chinoises avaient dans le passé encouragé les éleveurs chinois à utiliser l'amantadine.
« Ces informations sont sans fondement », a t il déclaré.

La Chine a récemment annoncé avoir mis au point des vaccins contre les virus H5N1 et H5N2 de la grippe aviaire pour les volailles.

De son côté, l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a demandé des explications à la Chine sur l'utilisation de l'amantadine, suite à l'apparition de virus H5N1 résistants à cet antiviral en Thaïlande et au Viet-Nam.

Selon les experts, cette résistance rend le médicament inefficace pour traiter les infections humaines, notamment dans le cas du virus H5N1 de la grippe aviaire qui a tué 54 personnes en Asie du Sud Est depuis 2003.

L'amantadine est un antiviral qui bloque le mécanisme de transmission de l'ARN du virus d'une cellule à l'autre. Il est utilisé depuis 1976.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé aux gouvernements à travers le monde de se préparer à une possible pandémie à la suite d'une étude au Viet-Nam qui a révélé des risques accrus de transmission d'homme à homme de la grippe aviaire.

Plus de 6.000 oiseaux migrateurs sont morts de la grippe aviaire dans la province du Qinghai (ouest), a rapporté le ministère chinois de l'Agriculture le 1er juillet dernier..
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'Organisation internationale pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) avaient rapporté en début de semaine que quelque 5.000 oiseaux étaient morts du virus H5N1 de la grippe aviaire dans la région.

La Chine avait annoncé pour la première fois le 21 mai la mort d'oiseaux migrateurs sur les bords du lac Qinghai, où leur présence dans une réserve naturelle constitue une attraction touristique.

Il y a 189 espèces d'oiseaux dans cette réserve mais les autorités chinoises n'ont procédé à des tests que sur cinq d'entre elles, avaient relevé les experts de l'OMS et de la FAO.

Ces oiseaux migrateurs sont encore sur leur île mais ils commenceront à s'envoler pour d'autres régions de Chine et d'autres pays d'ici un mois.(AFP)


Duong Thu Huong à Paris


Après 11 ans d’interdiction de sortie du pays, Duong Thu Huong, auteur de Au-delà de l’illusion, Histoire d’amour racontée avant l’aube, Les paradis aveugles…,est de retour à Paris. Encore une fois, Duong Thu Huong n’a pas gardé sa langue dans sa poche. Elle a déclaré à Alan Riding, journaliste au New York Times : « Au nom de tous ceux qui sont morts à cause de ce régime honteux, je dois dire tout ce que je pense pour avoir une conscience claire ».

Selon Duong Thu Huong, « son message est plus important que jamais. Trente ans après la fin de la guerre, le régime doit s’ouvrir économiquement dans une stratégie bancale de capitalo-communisme ». Elle s’inquiète vivement de la réception de Phan Van Khai à la Maison blanche par le Président américain George W. Bush.


« C’est un régime brutal et ignoble qui fait tout pour attirer les étrangers. Si Bush soutient ce régime, il s’engagera dans une autre guerre qui entraînerait le peuple dans la boue. Les mains des renégats du pays remplaceraient les bombardiers B 52. »

« Jusqu’à maintenant, la guerre sert à justifier la prise de pouvoir du gouvernement »


«Toute la propagande vise à nourrir le mythe de la guerre, pour flatter et menacer le peuple. On raconte au peuple : Vous êtes un peuple héroïque. Vous devez être fier de votre histoire. Mais vous ne devez jamais oublier que c’est le Parti qui a guidé le peuple vers la victoire. Les autorités trompent le peuple par un orgueil aveugle »

Duong Thu Huong ajoute quelques anecdotes. Sur Nguyên Van Linh (Secrétaire général du PCV, promoteur du « Doi Moi-renouveau » NDLR) qui lui propose une demeure de fonction réservée aux ministres en échange de son silence, elle lui a répondu : « Je lutte pour la démocratie, je me mets du côté du peuple et ne me comporterai jamais comme un ministre. Mon principe est que vous pouvez tout perdre, même votre vie, mais jamais votre honneur »

Après cet entretien avec Nguyên Van Linh, Duong Thu Huong a échappé à deux tentatives d’assassinat.

En 1994, l’intervention de Danielle Mitterrand lui a permis de venir en France pour recevoir la médaille des Arts et des Lettres. On lui a proposé le statut de réfugié politique. Duong Thu Huong a donné sa réponse : « Je vous remercie, mais au Viêt-Nam la peur a tout broyé, des militaires courageux sont devenus des civils lâches. Je dois rentrer pour faire un travail : cracher à la figure du régime ».(d’après Alan Riding-New York Times 11 juillet 2005)