VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 20 - 15 septembre 2003


Les chiffres 



Pour les 8 premiers mois de l’année 2003, la production industrielle du Viêt-Nam a augmenté de 15,9 % par rapport à la même durée l’année dernière. Selon l’Office des statistiques, la production a atteint 12,87 milliards de dollars. Les sociétés d’Etat ont progressé de 12,3%, les sociétés privées de 18,4%, les sociétés d’investissements étrangers de 17,8%. Les plus fortes augmentations concernent la production des machines diesel, 167,6%, et le prêt-à-porter, 51,2%.
Le Viêt-Nam a assemblé en 8 mois 24 509 automobiles, une augmentation de 41,4% par rapport à la même période de l’année dernière, alors que la production des motocycles a augmenté seulement de 1,9% avec 553 758 unités.

Le déficit commercial du Viêt-Nam, pour les 8 premiers mois de 2003, a atteint 2,92 milliards de dollars à cause de l’importation qui a augmenté de 33,3% à 16,22 milliards de dollars. Les importations de l’acier et du fer ont augmenté de 45,7%, celles des ordinateurs et des articles électroniques, 41,5%.

Les importations de produits raffinés de pétrole ont augmenté de 23,5% à 1,62 milliard de dollars car malgré ses grandes réserves, le Viêt-Nam ne possède pas encore de raffineries opérationnelles.

Les exportations de produits bruts de pétrole ont augmenté de 27,7% à 2,52 milliards de dollars, de textiles de 57,9%. Celles du riz ont augmenté de 4,9% à 557 millions de dollars, celles du café de 64,5%, du caoutchouc de 41,7% et de la noix de cajou de 33,7%.

D’après Boeing, en se basant sur la progression de la PIB de l’Asie du Sud-Est, Vietnam Airlines pourrait acheter de 10 à 12 avions dans les cinq ou six prochaines années. Le mois dernier, les responsables de Vietnam Airlines ont déclaré qu’ils espéraient ouvrir une ligne directe entre Francfort et Ha Nôi vers la fin de l’année. Ce serait la deuxième ligne directe vers l’Europe après Paris.

L’année dernière, Vietnam Airlines a transporté 4 millions de passagers. Cette année, pour les 6 premiers mois, avec une chute de 8% due à l’épidémie de SRAS et à la guerre en Irak, ce nombre est tombé à 1,76 million.

Les Nations Unies donnent leur accord pour l’achat de 60 000 tonnes de riz vietnamien destiné à l’Irak dans le programme « pétrole contre nourriture » qui a été interrompu à cause de la guerre. En 2002, l’Irak a été le plus gros importateur du riz vietnamien avec 800 000 tonnes, plus de 27% de l’exportation totale du riz du Viêt-Nam.

Pour les 8 premiers mois de cette année, le Viêt-Nam a exporté plus de 2,9 millions de tonnes de riz, en augmentation de plus de 23,5% par rapport à la même période de l’année dernière. Le Viêt-Nam est le troisième exportateur mondial de riz, derrière la Thaïlande et l’Inde avec un total de 3,2 millions en 2002.

Ho Chi Minh – Ville commencera en novembre la construction d’une autoroute de 660 millions de dollars. Les travaux seront terminés fin 2006, début 2007. Ce projet sera principalement financé par une aide japonaise à hauteur de 65%.

Vinasat : course contre la montre


Le Viêt-Nam est engagé dans une course contre la montre pour lancer dans l’espace avant début 2006 un satellite de télécommunications. Le projet avait démarré en 1995, mais, à cause de sa lourde bureaucratie, toutes les signatures nécessaires n’avaient été réunies qu’en 2002. Or, confrontée à des lancements de plus en plus nombreux dans l’espace, l’International Telecommunication Union (ITU), basée à Genève, exige des opérateurs qui réservent un espace orbital de l’utiliser dans un délai préalablement défini, sinon l’espace deviendra libre. Le Viêt-Nam devra lancer son satellite avant février 2006.

Le Viêt-Nam a commandé un satellite clé en main. L’entreprise d’Etat russe NPOPM, le consortium franco-européen Astrium (EADS)-Alcatel Espace, l’Américain Lockheed Martin, et le consortium américano-japonais Nec-Toshiba-Orbital Science Corporation (OSB) sont sur les rangs pour enlever le contrat.

Vinasat sera de taille moyenne, avec entre 20 et 28 modules de communications diffusant chacun quatre à six chaînes de télévision, et sa durée de vie n’excédera pas 15 ans. Selon un expert, le budget devrait dépasser les 200 millions de dollars.

La construction d’un complexe de production de cuivre a démarré le mercredi 17 septembre. Ce projet coûtera 63,7 millions de dollars et sera financé à hauteur de 60% par la Chine. Ce Sin Quyên Copper Complexe à Lao Cai dans le district de Bat Xat produira de 1,1 à 1,2 million de tonne de minerai de cuivre chaque année et cela pendant 50 ans. La construction de ce complexe sera terminée au troisième trimestre de 2005.


FMI : Optimisme pour l’Asie


D’après le Fonds monétaire international (FMI), malgré l’épidémie de SRAS et la guerre en Irak, les pays de l’Asie du Pacifique connaîtront les plus importants taux de croissance économique mondiale avec 7,4% en 2003. Y compris le Cambodge et le Laos. 

Viennent ensuite les pays de l’Asie du Sud-Est avec un taux de 5,5% en 2003. Les quatre dragons, Hong Kong, Sud-Corée, Singapour et Taïwan, seront les derniers de la région mais atteindraient 4,2% en 2004. Pour les puissances économiques, l’Allemagne est la lanterne rouge avec 0,0% en 2003 et 1,5% en 2004, la France n’est pas très loin avec 0,5% en 2003 et 2,0% en 2004 tandis que les Etats-Unis se maintiennent avec 2,6% en 2003 et 3,9% en 2004. 

Des négociations américano-vietnamiennes sur le trafic aérien vont s’ouvrir de nouveau au début d’octobre.
Le trafic aérien n’entre pas dans le cadre de l’accord commercial bilatéral signé par les Etats-Unis et le Viêt-Nam en juillet 2000. Depuis août 2000, les deux pays ont tenté de trouver en vain un accord. Les Etats-Unis veulent avoir un accès illimité vers un pays tiers tandis que le Viêt-Nam refuse de laisser aux compagnies américaines des accès à partir du Viêt-Nam vers le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, et la France.

La compagnie d’assurance française Gras Savoye est la première compagnie d’assurance à obtenir une licence pour fonctionner au Viêt-Nam. Selon Antoine Bourbon, le directeur de Gras Savoye Vietnam, sa société, qui a installé un bureau de représentation au Viêt-Nam depuis 1993, va s’occuper de l’assurance des projets de construction d’infrastructures, des transports et de la santé. En décembre 2002, la firme Fusion Consultancy, basée à Hong Kong et à Singapour, a prédit une explosion de l’assurance-vie au Viêt-Nam dans les trois années à venir, malgré un PIB par tête encore très faible de 400 dollars/an.

Pour la Corée du Sud


Phan Van Khai, le premier ministre vietnamien, lors d’une visite de 5 jours en Corée du Sud, a exprimé son soutien aux efforts de la Corée du Sud dans sa recherche d’une solution pacifique avec la Corée du Nord pendant que cette dernière démontre ses ambitions nucléaires.

L’année dernière, la Corée du Sud est arrivée juste derrrière Taïwan en matière d’investissements au Viêt-Nam avec 267,3 millions de dollars. L’échange commercial entre la Corée du Sud et le Viêt-Nam a atteint 2,29 milliards de dollars en 2001 et 2,75 milliards de dollars en 2002.

 

Droit international


Deux organisations de défense des droits de l'Homme, Amnesty International et Human Rights Watch (HRW), ont demandé mardi 16 septembre au gouvernement vietnamien de libérer un moine bouddhiste dissident vietnamien, kidnappé au Cambodge l'an dernier alors qu'il avait le statut de réfugié.

Le moine Thich Tri Luc, Pham Van Tuong pour l'état civil, doit être jugé à Ho Chi Minh﷓Ville pour "défection à l'étranger et opposition à l'administration du peuple", selon le Bureau international d'information bouddhiste (IBIB). Il risque une peine de prison à perpétuité.

Dans un communiqué commun, les deux organisations, dénonçant "une parodie de justice", demandent que Thich Tri Luc, 49 ans, ait accès auprès de sa famille, d’ un avocat de son choix et des responsables des Nations Unies.

Selon un directeur de HRW, Brad Adams, ce dossier "illustre de nombreux abus commis régulièrement par le gouvernement vietnamien".


"La répression dure contre un croyant, l'enlèvement apparent et la détention au secret d'un dissident pacifique, et la complicité dans la violation du droit international sur les réfugiés s'inscrivent dans tout un contexte au Vietnam. Ces pratiques doivent cesser", a﷓t﷓il ajouté.

Selon le Bureau international d'information bouddhiste (IBIB), basé à Paris, Thich Tri Luc avait été enlevé en juillet 2002 par les services secrets vietnamiens au Cambodge, où il avait obtenu le statut de réfugié auprès du Haut﷓commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

Thich Tri Luc, qui avait fui en avril 2002 au Cambodge après des années de persécution par le régime de Hanoi, avait disparu le 25 juillet 2002 à Phnom Penh.

Les autorités vietnamiennes et cambodgiennes ont refusé de fournir le moindre détail sur son cas.


Soutenez l’Association France-Viet-Nam d’Entraide (AFVE)

L’AFVE a pour but de venir en aide à ceux qui sont opprimés au Viêt-Nam à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d’expression, et à leur famille.

Membres fondateurs : 
Bui Tin / Bui Xuân Quang / Nguyên Quoc Nam / Nguyên Thi Thanh Vân / Nguyên Van Trân / Tôn That Long / Trinh Long Hai / Vo Nhân Tri / Vu Quoc Thuc.

Président : Bui Xuân Quang
Secrétaire générale : Nguyên Thi Thanh Vân
Trésorier : Trinh Long Hai

Contrôle de gestion : Vu Ngoc Bôi / Nguyên Ngoc Liên

AFVE 240 rue de Tolbiac 75013 Paris
tél 01 45 89 58 32 / 
fax 01 45 65 39 63
e mail : AFVE@ifrance.com

 

Actualité

 

Viêt-Nam : prison des consciences

11 septembre 2003. Les Etats-Unis ont condamné les « peines sévères » de 3 à 5 ans de prison infligées le 10 septembre à Nguyên Vu Viêt 27 ans, Nguyên Truc Cuong 36 ans et leur sœur Nguyên Thi Hoa, 44 ans, neveux et nièce du R.P. Nguyên Van Ly, pour avoir communiqué à l’étranger des informations sur leur oncle emprisonné et sur la situation religieuse. Le père Tadeus Nguyên Van Ly, 57 ans, est emprisonné depuis mars 2001 après avoir témoigné par écrit devant la Commission américaine pour la liberté religieuse.
« Les Etats-Unis rappellent au Viêt-Nam ses obligations à respecter totalement les normes internationales des droits de l’homme auxquelles il a librement adhéré ».

Le 16 septembre à New York, Amnesty International et Human Rights Watch avaient demandé au gouvernement vietnamien de libérer un moine bouddhiste dissident vietnamien, Thich Tri Luc, kidnappé au Cambodge l’an dernier alors qu’il avait le statut de réfugié (détails, p.3)

Le 17 septembre 2003, La commission pour la liberté internationale de religion (USCIRF) (commission officielle américaine) demande que le secrétaire d’Etat Colin Powell place le Viêt-Nam dans la catégorie des pays « particulièrement préoccupants » dans le domaine de la religion.

Le cas Pham Hong Son sous les projecteurs de l’opinion internationale

Mardi 26 août 2003, M. Pham Hong Son, jeune médecin de 34 ans,qui a été condamné à 13 ans de prison ferme pour avoir traduit un texte sur Internet : « Qu’est-ce que la démocratie ? » et pour avoir pris contact avec des dissidents au Viêt-Nam et à l’étranger, a vu sa peine réduite à 5 ans en appel. Selon la presse officielle, « dès lors que les activités d’espionnage de Son ont été détectées à temps et que leurs conséquences ont été limitées pour le pays, la Cour suprême a décidé de réduire sa peine de prison ».

« Le code pénal vietnamien punit l’espionnage d’au moins 12 ans de détention. Mais les magistrats ont reconnu à Pham Hong Son des circonstances atténuantes », a indiqué à l’AFP une source judiciaire. Selon cette même source, l’avocat de la défense, Trân Lam, aurait mis la Cour en difficulté en montrant son incapacité à prouver ses activités d’espionnage et en particulier à déterminer les « employeurs » du dissident. Un accessit symbolique, dit la source, tant nul n’ignore que la décision avait été prise à l’avance. L’attitude du gouver-nement vietnamien devant la pression internationale montre que « la pression paie », selon les termes d’un observateur occidental sous couvert de l’anonymat.

Reporters sans frontières (RSF) estime « qu’il s’agit d’une décision politique visant à calmer les critiques de la communauté internationale et que la communauté internationale, notamment l’Union européenne, doit continuer à faire pression sur le gouvernement vietnamien pour que Pham Hong Son soit libéré ».

Selon Ann Cooper, directrice du Comité pour la protection des journalistes, CPJ, basé à New York, « une réduction de peine ne change rien à cette grave injustice ». 
« Combien de Pham Hong Son se morfondent dans les prisons vietnamiennes ? » s’est interrogé Amnesty International, inquiète du sort des « individus sans visage qui ne bénéficient pas de la même attention internationale ».

Le dossier est aujourd’hui au cœur d’un débat du Congrès à Washington depuis l’adoption par la Chambre des représentants d’un texte faisant dépendre le montant de l’aide non – humanitaire au Viêt-Nam du respect des droits de l’homme dans ce pays.

D’après Carl Theyer, un expert du Viêt-Nam à l’Australian Defence Force Academy, « si Hanoi s’est imaginé que ce verdict apaiserait le Congrès, c’est qu’il a sérieusement sous-estimé la situation ». Pour Brad Adams, de Human Right Watch, « le gouvernement vietnamien ne devrait pas gagner le moindre crédit en réduisant une très forte peine en une forte peine ».

Madame Vu Thuy Ha, épouse de Pham Hong Son et mère de deux enfants, et unique témoin du procès, a déclaré à l’AFP « je ne suis pas satisfaite, il aurait dû être déclaré innocent, ce qu’il est en réalité, et libéré »(d’après AFP) 
Jean Baptiste Pham Minh Mâm