VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 21 - 15 novembre 2003


Japon / Viêt-Nam
Accord pour la protection de l’investissement


Le Japon et le Viêt-Nam ont signé vendredi 14 novembre un accord pour la protection de l’investissement. Selon un communiqué, l’accord « garantit un traitement national et la clause de la nation la plus favorisée aux investisseurs et à leurs investissements des deux pays au niveau du pré-investissement ». Les autorités communistes vietnamiennes ont régulièrement pris des décisions qui déconcertent les investisseurs japonais : réduction des quotas d’importation pour les pièces détachées de moto, hausse massive de plusieurs taxes visant à favoriser l’émergence d’une industrie automobile locale, blocage des entreprises japonaises à l’accès aux secteurs de la banque et à l’assurance. Il semblerait que toutes ces difficultés ont été levées. L’accord interdit au Viêt-Nam d’exiger que des entreprises japonaises s’approvisionnent en pièces détachées auprès des entreprises vietnamiennes ou exportent une certaine proportion de leur production.

« Je peux garantir qu’à partir de maintenant, il n’y aura pas de changement soudain dans les règles du jeu »,assure Vo Hong Phuc, ministre vietnamien du Plan et de l’investissement lors de sa visite de quatre jours au Japon.

Le Japon est actuellement le troisième investisseur étranger au Viêt-Nam et le premier pays donateur. Les promesses cumulées d’investissements japonais atteignent les 4,45 milliards de dollars.


Pétrole et divers

 

Le consultant américain Stone and Webster, une filiale du géant américain The Shaw Group Inc. a remporté un contrat de 21 millions de dollars pour conseiller le Viêt-Nam dans la construction de la première raffinerie de pétrole. Ce contrat de 43 mois comprend l’envoi de 70 experts pour la construction et la mise en opération de la raffinerie de Dung Quât (centre) qui représente un investissement de 1,3 milliard de dollars.

Le projet de construction de cette raffinerie était lancé depuis plus de 10 ans. En 1995, Total s’était retiré de cette opération, jugeant que l’endroit choisi, au Centre, près de Da Nang, était économiquement incohérent (loin des gisements off-shore et de la capitale économique, Ho Chi Minh-Ville). La société française a été alors désignée pour être le principal constructeur, pour un montant de 720 millions de dollars. Les discussions sont cependant toujours en cours. En mai dernier, les numéros un et deux de Petro Vietnam ont été limogés, officiellement pour des problèmes d’irrégularités dans le processus d’appels d’offres.

La nouvelle date prévue pour l’entrée en fonction de la raffinerie est 2006. Le complexe doit disposer d’une capacité de 130 000 barils par jour ou 6,5 tonnes par an. Actuellement, le Viêt-Nam exporte du pétrole brut mais doit importer ses produits raffinés.

Fin octobre, les prix du café sont encore tombés sur le marché à terme de New York en raison de la liquidation de fonds d’investissements (59,70 cents la livre, contre 62,50 cents une semaine plus tôt). Les récoltes du Viêt-Nam, un des principaux producteurs de café robusta, sont imminentes. Les récoltes de café au Viêt-Nam participent largement à la tendance négative du marché car elles entraînent un sur-approvisionnement du marché.

Le cabinet d’architectes français
Archétype a été désigné pour la rénovation de l’hôtel Rex, l’un des établissements mythiques de Ho Chi Minh-Ville, ex-Saïgon, pour un contrat d’environ 15 millions de dollars.

Le groupe industriel français Alstom a annoncé mi-octobre la signature de deux contrats de service, d’une durée de 8 ans chacun, pour des centrales électriques en Chine et au Viêt-Nam. Le contrat avec l’opérateur vietnamien, Electricité du Vietnam (EVN) comprend la fourniture des pièces détachées, la remise à neuf des turbines à gaz ainsi que la maintenance de deux centrales à cycle combiné de Phu My, dans la province de Vung Tau, près de Ho Chi Minh-Ville.

La société mixte formée par Groupe Bourbon (distribution, services maritimes) et la société vietnamienne Hanoï Thang Long General Trading Co. (65%-35%) a célébré début octobre la pose de la première pierre de ce qui deviendra, à Hanoï, une surface de vente de 6500 mètres carrés. L’investissement s’élève à 30 millions de dollars et devra créer 700 emplois, directs et indirects.

Groupe Bourbon gère déjà trois autres grandes surfaces ouvertes à Ho Chi Minh-Ville, deux sociétés de production de sucre à Tây Ninh (au Sud) et Gia Lai (au Centre), une entreprise de transport fluvial et une entreprise de logistique. Arrivé depuis 1995, Groupe Bourbon a investi 250 millions de dollars au Viêt-Nam.

Mi-octobre, Le Viêt-Nam a lancé une émission obligataire d’un montant de 4.500 milliards de dong (environ 289 millions de dollars), fonds qui serviront à des projets en matière de transport, d’énergie et d’irrigation.

Sur ce montant, 100 millions de dollars seront émis sous forme de bons libellés en dollars américains. Cette opération fait partie d’un plan d’émission global de 63 000 milliards de dong, soit plus de 4 milliards de dollars que le gouvernement souhaite réaliser d’ici 2010.

Parmi les projets qui seront ainsi financés, figurent la centrale électrique de Son La (2,46 milliards de dollars) et l’autoroute Ho Chi Minh qui doit suivre la piste du même nom utilisée durant la guerre du Viêt-Nam par les soldats du Nord Viêt-Nam pour se rendre au Sud.

Le président polonais Alexander Kwasniewski a annoncé à son homologue vietnamien, Tran Duc Luong, lors d’une visite de 48 heures de ce dernier en Pologne, que son pays attribuera un prêt de 90 millions de dollars à l’industrie minière vietnamienne. Par le passé, la Pologne avait accordé un crédit de 70 millions de dollars au Viêt-Nam pour moderniser son industrie navale.

La bauxite pourrait devenir une source importante de revenus pour le Viêt-Nam. Les réserves du gisement de Tan Rai, dans la province de Lam Dong, sont évaluées à 736 millions de tonnes. Une seconde mine, située à Dak Nong, dans la province de Dak Lak, représente un potentiel de plus d’un milliard de tonnes de bauxite. Le premier gisement demande un investissement de 667 millions de dollars, le deuxième 1,5 milliard de dollars.

Rappelons que Dak Lak a été marqué en 2001 par une violente répression de manifestations des minorités ethniques. Cette région est inaccessible aux étrangers. Le gouvernement n’a pas autorisé d’investisseurs étrangers à rejoindre le projet de Dak Lak bien que celui-ci dépasse les capacités du Viêt-Nam à l’assumer seul.

Les Etats-Unis et le Viêt-Nam ont signé le 9 octobre un accord permettant des vols commerciaux directs entre les deux pays.

L’accord de cinq ans doit encore être ratifié à Hanoï par les deux gouvernements, après trois séries de discussion cette année. 

Le ciel vietnamien ne sera pas totalement ouvert aux avions commerciaux américains. Seules deux compagnies aériennes américaines pourront bénéficier de l’accord les deux prmières années, une troisième, la troisième année. Les avions américains ne pourront pas faire escale en Asie pour prendre des voyageurs vers le Viêt-Nam. Des négociations vont se poursuivre pendant les cinq prochaines années.


Le Viet-Nam joue la carte de l’apaisement avec les Etats-Unis

 

Alors que le Viêt-Nam demande toujours des réparations en ce qui concerne l’utilisation de l’Agent orange pendant la guerre du Viêt-Nam par l’armée américaine, le gouvernement vietnamien préfère jouer l’apaisement après la publication mi-octobre d’un journal de l’Etat de l’Ohio, le Toledo Blade, de nouvelles révélations sur les crimes de guerre perpétrés par une unité d’élite de l’armée américaine en 1967. Selon le Toledo Blade, des centaines de civils ont été tués au cours d’une période de sept mois par la « Tiger Force » de la 101e division aérienne sur les Hauts-Plateaux du Sud Viêt-Nam. Lê Dung, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères vietnamien, a déclaré, suite à ces révélations : « la guerre d’agression des Etats-Unis a causé beaucoup de souffrances et de pertes au peuple vietnamien, mais en vertu de la tradition humanitaire et de réconciliation du Viêt-Nam, nous prônons la coopération afin de renforcer la compréhension mutuelle et d’accéder aux relations bilatérales. »

Sur ces faits criminels, l’armée américaine avait ouvert une enquête en 1971 sur 30 soldats. Au bout de 4 ans, elle avait établi que 18 d’entre eux pouvaient avoir commis des crimes de guerre mais aucun n’avait été poursuivi. Le dossier avait été clos en 1975, selon un porte-parole du ministère de défense américain qui refuse d’ouvrir le dossier malgré les remous dans le pays concernant ces révélations.


Le ministre vietnamien de la Défense en visite à Washington


Quelques jours avant l’arrivée d’un navire américain au port de Ho Chi Minh-Ville, le général Pham Van Tra, ministre vietnamien de la Défense, a débuté lundi 10 novembre une visite de trois jours à Washington. la première visite d’un ministre de la défense aux Etats-Unis. Aucune conférence de presse n’a été organisée à l’issue de l’entretien entre Pham Van Tra et son homologue américain Rumsfeld. Les responsables américains préfèrent probablement limiter la publicité. L’ambassade du Viêt-Nam à Washington n’a pas communiqué l’emploi du temps du général Tra, la communuté vietnamienne dans le pays est forte et très virulente, elle s’oppose à la présence de Pham Van Tra sur le sol américain.

Rencontrant Colin Powell, secrétaire d’Etat américain, Pham Van Tra s’est plaint de l’amendement sur les droits de l’Homme au Viêt-Nam déposé à la Chambre des représentants. Un entretien avec Mme Condoleezza Rice, conseillère présidentielle pour la sécurité nationale était prévu mais Mme Rice a fait annuler le rendez-vous.

 

Contre les bouddhistes : la répression fait suite à la démagogie


Alors qu’il y a à peine quelques mois, Phan Van Khai, Premier ministre, recevait le Patriarche de l’Eglise Bouddhique Unifiée à Hanoï, avec une photo bien étalée sur la première page de l’organe du Parti Nhân Dân, il suffit que les vieux dirigeants bouddhistes ne se laissent pas entraîner dans leur jeu pour que les autorités communistes abattent leurs cartes sans scrupule et sans honte. 

Le 8 octobre, alors que la délégation des Dignitaires de l’EBUV revenait d’une conférence à Nguyên Thiêu, dans la province de Binh Dinh (Centre), quarante membres de la Sécurité ont bloqué leur minibus, les obligeant à rester dans le minibus pendant dix heures sous le soleil. Le Vénérable Thich Huyên Quang, Patriarche de l’EBUV, 86 ans, le Vénérable Thich Quang Dô, Directeur de l’Institut pour la Propagation du Dharma, 75 ans, étaient parmi les victimes de l’arrêt du minibus.

200 religieux soutenus par 1000 laïcs étaient venus entourer le minibus pour protéger les occupants et les libérer.

Ensuite, c’étaient une série de vexations, de longs interrogatoires,
de condamnations.

Thich Tuê Sy, Secrétaire général de l’Institut pour la Propagation du Dharma, ainsi que d’autres dirigeants, Thich Thanh Huyên et Thich Nguyên Ly, ont été condamnés à la résidence surveillée (sans jugement avec le décret 31/CP)


L’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam à l’étranger joue un rôle de plus en plus stratégique


La direction de l’Institut supérieur du Sangha a demandé aux bouddhistes de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam vivant à l’étranger d’organiser un Congrès extraordinaire pour entériner les décisions prises au Congrès de Nguyên Thiêu, Binh Dinh (Centre Viêt-Nam). 


Le 12 octobre 2003 au soir, au monastère Quang Duc à Melbourne, Australie, dans sa séance de clôture, le Congrès Extraordinaire de l'Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV) proclama le Vénérable Thich Huyen Quang, Quatrième Patriarche Suprême de l'EBUV, devant une audience solennelle composée de 134 Vénérables religieux et religieuses et de 5000 fidèles bouddhistes, 


Dans l'homélie de l'Institut pour la Propagation du Dharma enregistrée, le Vénérable Thich Quang Do a tracé la direction à suivre pour l'Eglise. Il haranguait les religieux et fidèles bouddhistes dans le pays en ces mots : "Cessez d'avoir peur !". A l'intention des religieux et fidèles vivant à l'étranger, il demanda qu'ils soient des messagers pour informer l’opinion internationale sur notre lutte pour la liberté religieuse et les Droits de l'Homme (lire page 6).


Cette initiative marque un tournant important dans la stratégie de l’EBUV pour sa reconnaissance officielle par les autorités communistes du Viêt-Nam. Le rôle de la communauté vietnamienne à l’étranger dans la lutte politique et culturelle au Viêt-Nam prend de l’importance depuis l’installation de l’Internet.

 

Douze lauréats du Prix Nobel pour Nguyên Dan Quê

Douze lauréats du Prix Nobel ont co-signé une lettre adressée au Secrétaire général du PCV demandant d’abord le respect des règles minimales définies par l’ONU pour le traitement des prisonniers pour le Dr Nguyên Dan Quê et ensuite sa libération.

Les signataires :
1/Kenneth J.Arrow (Economie,1972) ; 2/ Claude Cohen-Tannoudji (Physique,1997) 3/ Robert F.Curl,Jr (Chimie,1996) ; 4/ Milton Friedman (Economie, 1976) ; 5/ François Jacob (Physiologie ou Médecine, 1965) ; 6/ Sir Harold W. Kroto (Chimie, 1996) ; 7/ Yuan T. Lee (Chimie, 1986) ; 8/ Douglas D. Osherof (Physique, 1996) ; 9/ John C. Polanyi (Chimie, 1986) 10/ Joseph Rotblat (Paix, 1995) ; 11/ Charles H. Townes (Physique, 1964) ; 12/ Torsten N. Wiesel (Physiologie ou Médecine 1981)