VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 22 - 15 janvier 2004

2,84 milliards de dollars pour le Viêt-Nam en 2004


Le Viet Nam a obtenu mercredi 2,84 milliards de dollars d'aide étrangère en 2004, soit 15% de plus que l'an passé, mais a été sommé par les pays donateurs d'accélérer ses réformes, et en particulier de faire en sorte que l'argent accordé soit plus rapidement injecté dans l'économie.

Quelque 70% de l'aide se fera sous forme de prêts concessionnels et 30% sous forme de dons, selon la Banque mondiale, qui coordonne l'action des pays donateurs.

Comme chaque année, la communauté internationale a profité de l'occasion pour rappeler au Viet Nam ce qu'elle estime être ses devoirs.

Si le Japon, premier donateur, a maintenu une assistance de 91,74 milliards de yens (846 M USD) malgré une réduction générale de son enveloppe d'aide étrangère ces dernières années, il n'en a pas moins sérieusement sermonné Hanoi pour la lenteur de ses décaissements. "Sans amélioration substantielle sur ce point, il va devenir difficile pour le gouvernement japonais d'étudier positivement l'engagement pour l'an prochain", a déclaré Norio Hattori, ambassadeur nippon à Hanoi. L'accumulation des prêts en attente de décaissements constitue "un gâchis d'argent et d'énergie", a﷓t﷓il ajouté. Selon diverses estimations, le taux de décaissement de l'aide étrangère au Viet Nam varie entre 25 et 40% des sommes totales.

Les donateurs ont aussi demandé au Viet Nam de lutter contre l'écart entre riches et pauvres, et entre villes et campagnes.

Le gouvernement communiste vietnamien entend réaliser la même performance entre 2000 et 2010 qu'entre 1990 et 2000, à savoir réduire la pauvreté de moitié dans le pays tout en doublant le produit intérieur brut (PIB).

Mais la communauté internationale s'oppose à tout triomphalisme. "Après dix ans de succès dans la coopération (...), nous pourrions être tentés par la complaisance et nous auto﷓congratuler pour les fantastiques réalisations du Viet Nam", a relevé Klaus Rohland, représentant de la Banque mondiale. Mais la croissance, a﷓t﷓il rappelé, doit profiter aux 23 millions de pauvres que le pays compte encore, sur une population totale de 80 millions d'habitants. "Le défi est de partager les bénéfices de la croissance rapide entre régions et entre groupes de population", a﷓t﷓il martelé.

Les droits de l'homme, pour lequel le Viet Nam a été plusieurs fois sermonné ces derniers temps, ont aussi été évoqués.

L'Union européenne et les Etats﷓Unis ont exprimé leurs inquiétudes. Sans pour autant suivre l'organisation américaine Human Rights Watch, qui avait demandé cette semaine aux pays donateurs d'utiliser la manne financière pour peser concrètement sur la situation des droits de l'homme. (AFP 3 décembre 2003)

Airbus

 

Airbus livrera en juillet 2004 à Vietnam Airlines trois A﷓321, sur les cinq achetés par la compagnie..
Les deux autres appareils, dont l'achat avait été finalisé par le président vietnamien Tran Duc Luong en visite à Paris en octobre 2002, seront livrés respectivement en octobre 2004 et juillet 2005.
Le prix catalogue des appareils s'élève à 60 millions de dollars, soit un contrat avant négociation de 300 millions de dollars, a indiqué Anthony Phillips, responsable de la communication pour Airbus en Asie﷓Pacifique. Selon lui, la région Asie s'est relevée des conséquences du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et des menaces terroristes qui ont énormément affecté l'industrie mondiale. Airbus espère notamment vendre dans le futur sa nouvelle gamme de long﷓courriers, notamment l'A340﷓500, pour les nouvelles liaisons longue distance. Vietnam Airlines vise 5 millions de passagers en 2004.

 

Effet du SRAS


En 2003, le nombre de touristes étrangers visitant le Viêt-Nam a baissé de 16% à cause du SRAS (1,8 million au lieu des 2,8 millions visés). Pour 2004, le Viêt-Nam espère attirer de 2,8 à 3 millions de visiteurs.

 

Informatique

 

Le plus grand sommet en Asie de l'industrie informatique s'est ouvert à Hanoi fin novembre pour évoquer les problèmes et actualité du secteur, ont indiqué les organisateurs.
Plus de 600 délégués d'Asie, d'Europe et des Etats-Unis, dont les représentants des plus grands groupes mondiaux de la spécialité, évoqueront notamment pendant trois jours le développement de l'internet à haut﷓débit, l'état du marché mondial et les nouvelles technologies.
Plus de 10.000 entreprises y sont enregistrées. 

Vietnam Télécom

 

La société d’Etat Vietnam télécom VNPT a enregistré une progression de 11,8 % en 2003 par rapport à l’année 2002. Le chiffre d’affaires de VNPT est de 25 000 milliards de dong (1,61 milliard de dollars) et a enregistré 1,8 million de souscriptions de mobiles et de téléphones fixes.

La compagnie de télécommunications vietnamienne qui refuse de donner des chiffres officiels pour les bénéfices annonce qu’elle vise 27 507 milliards de dong en chiffre d’affaires et 2,38 millions de nouveaux souscripteurs.

Actuellement, VNPT a 7,3 millions d’abonnés dont 2,6 de téléphones mobiles.

 

Investissement français


Le ministre délégué au commerce extérieur, François Loos, s'est rendu au Viet Nam fin novembre avec une délégation d'une trentaine d'entreprises françaises, destinée à renforcer les liens économiques entre les deux pays.
"Le Viet Nam est un pays prioritaire, proche de la France. La France est le premier investisseur européen au Viet Nam hors Asie", s'est félicité le ministre, qui a par ailleurs signé des protocoles de prêts d'une valeur de 22 millions d'euros.

En montant cumulé depuis 1988, la France occupait fin 2002 la sixième place des investissements étrangers au Viet Nam avec 124 projets, pour un montant total supérieur à 2 mds de dollars. Soit plus de 5% du total.
Mais cette présence se passe de la plupart des grands noms de l'industrie française.

Si France Telecom, EDF, le Groupe Bourbon (GB) et quelques autres font exception, "quand on prend la liste des entreprises du CAC 40, c'est vrai qu'il n'y en a pas beaucoup ici", note un banquier français.

Décrit comme un eldorado à l'avenir brillant au début des années 90, puis comme un enfer où rien ne marchait, le Viet Nam suscite toujours des sentiments extrêmes.
Les espoirs s'étaient tournés vers ce pays de 80 millions d'habitants, fort d'une agriculture en pleine croissance, de quelques hydrocarbures et d'une main d'oeuvre bon marché.

Mais beaucoup se sont cassé les dents. Et la France n'a pas fait exception. Cadre légal instable, infrastructures exsangues, pouvoir impénétrable: les échecs furent nombreux. Le plus retentissant d'entre eux, resté dans toutes les mémoires, fut le départ de Total après deux projets d'investissements abandonnés, l'un sur la première raffinerie du pays ﷓toujours à l'état de projet﷓, le second sur une usine de bitume qui ne verra jamais le jour.

TotalFinaElf est depuis revenu pour distribuer du GPL. Mais son exemple a jadis fait office d'épouvantail.
"Même si les raisons de ces échecs sont complexes, c'est un exemple qui fait mal. Quand Total a dit j'arrête, beaucoup ont réfléchi", ajoute le banquier.

En 1997, la crise asiatique a plombé l'économie vietnamienne. Dans le même temps, la Chine développait un pouvoir d'attraction colossal pour les grands groupes, alléchés par la taille du marché chinois et rassurés par son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), que le Viet Nam, ambitieux, vise pour 2005.

"L'investissement français a fait comme les autres. Il a été assez actif jusqu'en 1997 et a souffert ensuite d'une forte désaffection", remarque un analyste. Aujourd'hui, plus de la moitié des investissements étrangers au Viet Nam viennent de la région, à dominante chinoise (Chine, Taiwan, Singapour, Hong Kong) ou japonaise et coréenne.

"Les très gros groupes français, on ne ne les voit plus. Ceux qui viennent sont plutôt asiatiques", confirme l'analyste.
(AFP 22 novembre 2003)

 

Frontières 

 

Le Viet Nam et la Chine se sont mis d'accord pour régler dans les six mois leur différend sur l'archipel des Spratleys, dans le golfe du Tonkin, ont rapporté samedi les médias officiels vietnamiens.

La décision porte sur la mise en oeuvre d'un accord précédent, datant de décembre 2000, mais qui n'a pas été ratifié en raison de critiques au Viet Nam sur des concessions jugées trop importantes à l'égard de Pékin.

Lors de pourparlers au niveau ministériel début janvier à Hanoi, les deux voisins communistes ont décidé de régler les points de contentieux sur la délimitation de la frontière et les zones de pêche.

Le Viet Nam et la Chine se sont affrontés à deux reprises pour les îles Spratleys, en 1988 et en 1992.A chaque fois la Chine l'avait emporté. L'archipel est réputé receler d'importantes réserves en hydrocarbures, mais leur potentiel commercial n'a jamais été confirmé

 

Jacques Chirac

 

Le président français Jacques Chirac a annoncé jqu'il participerait au prochain sommet de l'ASEM (Asie﷓Union européenne) qui se tiendra les 8 et 9 octobre à Hanoï et qu'à cette occasion il effectuera une visite au Viet Nam. "En Asie, nous intensifierons nos consultations stratégiques avec l'Inde et le Japon et j'irai en visite à Hanoï à l'occasion du cinquième sommet de l'ASEM", a dit Jacques Chirac, au cours de la cérémonie des voeux du Corps diplomatique de ce début d’année..
Jacques Chirac a effectué une visite d'Etat au Viet Nam en novembre 1997, à l'occasion du sommet de la Francophonie à Hanoï.

 

Pays natal

 

Les Vietnamiens vivant hors du pays ont envoyé 2,6 milliards de dollars à leur famille et amis en 2003. Ce chiffre est en progression de 20% par rapport à l’année précédente. On compte environ 2,5 millions de Vietnamiens vivant à l’étranger dont 1 million aux Etats-Unis.

Actualité

                   Les Montagnards


Plei O Dot (Viet-Nam) 13 décembre - Après avoir encerclé le village de Plei O Dot, dans la province de Gia Lai, la police paramilitaire a arrêté Nih (41 ans) et So (44 ans), chrétiens et inscrits comme sympathisants de la MFI (Montagnards Foudation, basé en Caroline du Nord) et du Parti radical transnational européen (PRT), respectivement sous le n° 338 et sous le n° 373, qui ont tous deux été torturés (coups, coups de pieds, décharges électriques). Après quoi, comme Nih refusait de répondre aux questions ou de renier sa foi, le major Tuan, de la police de Dak Doa, l'a 
poignardé, puis égorgé. Les données enregistrées concernant ces deux sympathisants de la MFI et du PRT sont à la disposition des autorités nationales et internationales qui désireraient enquêter sur cette affaire. Le 15 décembre 2003, le corps de Nih a été rendu à sa famille, à Plei O Dot ; toutefois, la police ne l'a pas autorisée à célébrer l'enterrement, déclarant que les habitants du village devaient voir à quoi s'exposent ceux qui ne jouissent pas de la faveur du gouvernement. (communiqué du Parti Radical Transnational)

                   Un sénateur américain a visité le père Nguyên Van Ly


Le sénateur républicain Sam Brownback, dans le cadre d'un voyage au Japon, au Viet Nam et à Hong Kong, a rencontré le père Nguyen Van Ly, en prison au Vietnam, a-t-il dit.
"Je continue à nourrir des inquiétudes sur les libertés de culte et les libertés politiques au Viet Nam", a dit M. Brownback, dans un communiqué publié après la rencontre avec le religieux.
M. Brownback, président de la sous﷓commission d'Asie de l'Est à la commission sénatoriale des Affaires étrangères, a dit que le père Ly l'avait entretenu de ses positions sur les réformes démocratiques et la liberté de culte, sévèrement restreintes au Viet Nam.
Le sénateur du Kansas (centre) a également rencontré le vice﷓Premier ministre vietnamien Vu Khoan, le président de l'Assemblée nationale Nguyen Van An et le vice﷓ministre de la sécurité publique, Le Van Huong.
Le père Ly, 57 ans, a été arrêté en mars 2001, un mois après après avoir témoigné par écrit devant la commission américaine sur la liberté internationale de culte.
En octobre 2001, il a été condamné à 15 ans de prison. La peine a été ensuite ramenée à 10 ans sous la pression des protestations qui se sont élevées au nom des droits de l'homme.
Trois des proches du père Ly ont également été emprisonnés pour être entrés en contact avec des Vietnamiens de l’opposition à l’étranger. (AFP 9 janvier 2004)

                   Procès Nguyên Vu Binh : Les Etats-Unis condamnent
                   Ha Nôi


Les Etats-Unis ont fermement condamné Ha Nôi pour avoir infligé une peine de sept ans de prison à un cyber-dissident vietnamien jugé pour "espionnage", après avoir diffusé sur l'internet une critique d'un accord frontalier entre Ha Nôi et Pékin.

"Nous condamnons fermement cette sentence sévère", a déclaré le porte-parole adjoint du département d'Etat Adam Ereli, en ajoutant que Washington était "particulièrement inquiet que le gouvernement vietnamien s'en soit pris à ce cyber-dissident parce qu'il avait soumis en 2002 un témoignage écrit" à des commissions du Congrès américain.

Ancien membre d'un journal du Parti communiste vietnamien (PCV), Nguyen Vu Binh, 35 ans, avait été arrêté en septembre 2002 après la diffusion sur l'internet d'un texte intitulé "réflexion sur les accords frontaliers sino-vietnamiens". Ces accords, signés en 1999, avaient déclenché une intense polémique chez les opposants du régime de Hanoï, qui estiment que le Viet-Nam a cédé du terrain à la Chine.

Le porte-parole a ajouté que les Etats-Unis restaient "en général inquiets de l'attitude du gouvernement vietnamien à l'égard des dissidents" et il a appelé à la libération de Nguyen Vu Binh, ainsi que de toutes les personnes emprisonnées au Viet Nam pour avoir publiquement affiché leurs vues politiques. (AFP 1er janvier 2004)


Chers amis lecteurs

Viêt-Nam infos vous présente ses meilleurs vœux pour 2004 et vous souhaite une excellente année Giap Thân.

Le numéro 24 (mai 2004) bouclera notre quatrième année d’existence. Les frais d’imprimerie montent en flèche. Manifestez votre soutien à Viêt-Nam infos. Réabonnez-vous. Merci. 
                                                                      Bui Xuan Quang