VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 24 - 15 mai 2004

France/ Viêt-Nam 
Les chiffres



En données cumulées depuis 1988, la France est le sixième investisseur étranger au Vietnam et le premier européen avec un total de 2,1 milliards de dollars (environ 1,7 md d'euros).

La majorité des grands groupes français sont absents. Et de plus en plus, c'est la Chine qui attire les entrepreneurs en quête d'espaces. "Pour l'année 2003, la France est classée 21ème investisseur, entre l'Ukraine et Brunei", constate Nicolas Audier, du cabinet d'avocats Gide Loyrette Nouel à Hanoï.

Paris est le premier donateur européen au Vietnam, avec une enveloppe de prêts et de dons de 77,1 millions d'euros en 2002 qui implique une multitude d'acteurs (ministères, instituts de recherche, universités, collectivités locales).

"Ce foisonnement d'acteurs rappelle ce que fait le Japon. Sauf que Tokyo représente un tiers de l'aide au Vietnam et que la France en fait environ 3%", note un observateur français qui préfère conserver l'anonymat.

Les atouts de la France dans son ancienne colonie ne sont pas négligeables, en particulier dans des domaines pointus tels que la recherche, les télécoms, l'aviation, la santé, l'éducation.

Mais Paris n'est pas une priorité pour le Vietnam.

"Vu de Paris, la France pèse sur les choses. Vu d'ici, elle n'est qu'un des nombreux partenaires du Vietnam", souligne l'observateur.

Côté francophonie, la langue française véhicule toujours une image très positive de culture et de science. Mais l'impact concret est assez limité. Très peu de Vietnamiens apprennent aujourd'hui le français.

Reste l'influence politique. Paris s'interroge sur la meilleure façon de peser sur le cours des choses, dans un pays plus enclin à regarder vers les grandes puissances qui comptent, les Etats Unis et la Chine.

Les visites ministérielles se succèdent, et le président Jacques Chirac doit se rendre à Hanoï en octobre, avant le sommet Asie Europe (ASEM). Son voyage représentera la troisième visite d'Etat française en dix ans au Vietnam, après celle de novembre 1997 pour le sommet de la Francophonie, et le voyage de François Mitterrand en 1993 au cours duquel il s'était rendu à Dien Bien Phu.

"La conception française d'un monde multipolaire, fort de sa diversité culturelle, et le libéralisme tempéré par l'intervention de l'Etat sont des conceptions qui conviennent bien aux dirigeants vietnamiens", assure un observateur français. (Didier Lauras AFP 4 mai 2004)



Le SRAS et des nouvelles épidémies en Asie ?


"De nouvelles maladies comme la grippe aviaire et le SRAS sont apparues au rythme d'une par an et la tendance va perdurer sans aucun doute", a déclaré le vice ministre malaisien de la Santé, Najib Razak, dans un discours d'ouverture d'une réunion de ses collègues des dix pays de l'ASEAN.

Une récente étude a montré que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) a coûté aux économies asiatiques 10,6 milliards de dollars mais ce bilan pourrait être plus proche de 50 mds USD, a t il ajouté sans plus de précision.

Le SRAS, ou pneumonie atypique, était apparue en novembre 2002 en Chine méridionale, se répandant dans une trentaine de pays et provoquant la mort de 774 personnes en 2003, principalement en Asie.

Cette épidémie, tout comme la grippe aviaire qui a fait 24 morts en début d'année, a montré que les virus pouvaient sauter la barrière des espèces et qu'aucun pays n'était épargné, d'où le besoin criant d'un système de défense régional rapide et efficace, a souligné le responsable.
AFP 22 avril 2004


La FAO s'interroge sur la gestion de la grippe aviaire au Vietnam 


L'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) s'est ouvertement interrogée lundi sur la gestion par le Vietnam de la grippe aviaire, quelques jours après la mort d'une nouvelle victime humaine.

 

La volonté du gouvernement vietnamien d'en finir officiellement avec la maladie avait subi un sérieux revers fin mars, avec l'annonce de la mort d'un adolescent, la seizième victime de l'épidémie dans le pays.


Début mars, le gouvernement vietnamien avait affirmé avoir "pratiquement" maîtrisé l'épidémie. « Il est évident que le garçon a contracté la maladie après que le gouvernement a annoncé qu'elle était sous contrôle. » a déclaré à l’AFP Anton Rychener, directeur de la FAO à Hanoï.


Excursion touristique vietnamienne


Sous un flot de protestations verbales des pays voisins, une première excursion touristique vietnamienne a été organisée pour les Spratleys, en mer de Chine méridionale 

Ce voyage inaugural a été vivement critiqué par Manille. "Nous devons rappeler au Vietnam qu'il y a un code de conduite selon lequel les signataires se réservent de commettre des actes qui pourraient porter atteinte au statu quo dans la région", a déclaré à la presse le vice ministre philippin des Affaires étrangères, Franklin Ebdalin, faisant allusion à l'accord intervenu en novembre 2002 par les six pays qui revendiquent l'archipel.

Les Spratleys, chapelet d'îles situées en mer de Chine méridionale entre les Philippines et le Viet-Nam, sont revendiquées également par la Chine, la Malaisie, le Brunei et Taïwan. L'archipel, aux eaux poissonneuses, serait riche en hydrocarbures.

A l'exception du Brunei, l'ensemble des pays réclamant les Spratleys disposent d'une représentation militaire répartie sur la centaine d'îles de l'archipel, d'une surface inférieure à cinq km2.

Les plus sérieux affrontements entourant les Spratleys sont survenus en 1998 quand des combats entre les Marines chinoises et vietnamiennes avaient fait 78 morts parmi les militaires vietnamiens.


Air France


Air France a officiellement inauguré ses vols directs entre Paris, Hanoï et Ho Chi Minh Ville (Sud) au terme d'un accord de partage de codes signé avec Vietnam Airlines, a t elle annoncé lors d'une conférence de presse.

Selon cet accord signé le 20 février, Air France assure désormais en Airbus 340 300S cinq vols par semaine, dont deux (mardi et jeudi) sur Hanoi et trois (lundi, mercredi et samedi) sur Ho Chi Minh Ville, la capitale économique du Sud.


Dernières


Le Fonds monétaire international (FMI) a décidé de mettre fin à un programme de réduction de la pauvreté de 425 millions de dollars au Vietnam, deux ans après le blocage des décaissements lié à des problèmes de transparence.

Susan Adams, représentante du FMI à Hanoï, a indiqué que les décaissements de ce programme étalé sur trois ans avaient été interrompus fin 2002, après le refus du gouvernement d'autoriser un audit indépendant des réserves de la Banque centrale vietnamienne.

Hanoï estime que les demandes du Fonds sont incompatibles avec la législation du pays. "Il a en conclusion été décidé que le (programme) prenait fin sans nouveau décaissement", a indiqué le Fonds dans un communiqué.

Environ 182 millions de dollars avaient déjà été déboursés dans le cadre de ce programme entre avril 2001 et juin 2002. Le FMI a assuré toutefois qu'il restait au Vietnam.

La communauté internationale exprime régulièrement des divergences de détail mais n'en soutient pas moins le gouvernement.

Hanoï a obtenu en décembre dernier la promesse d'une enveloppe de 2,84 milliards de dollars d'aide étrangère en 2004, soit 15% de plus que l'an passé.
AFP 14 avril 2004

La Banque mondiale, quant à elle, a approuvé l'octroi d'un crédit de 158 millions de dollars en faveur du Vietnam pour financer des projets dans le secteur de l'eau, selon un communiqué diffusé mercredi.

Le crédit remboursable sur 40 ans, avec une période de grâce de 10 ans, vise à améliorer les revenus des ménages en zones rurales par le biais de la modernisation de l'irrigation et l'amélioration de la gestion des barrages entre autres, ajoute la Banque mondiale.

La banque néerlandaise ABN Amro financera l'achat de trois Airbus A321 200 par Vietnam Airlines au terme d'un accord garanti par les agences de crédit à l'exportation de la Grande Bretagne, de la France et de l'Allemagne, a t on appris début avril de sources bancaires.

Ces trois appareils font partie de cinq Airbus que Vietnam Airlines s'est engagée à acheter après avoir signé un accord en octobre 2002 avec un consortium européen en vue de développer sa flotte.

En août dernier, la compagnie étatique avait pris possession du premier des quatre Boeing 777 200ER dont il a pris commande. L'achat avait été garanti, pour la première fois dans l'histoire du pays, par l'Export Import Bank américaine. (AFP 5 avril)

Discrète dans le monde du pétrole mais riche d'avenir prometteur, la compagnie pétrolière française Maurel et Prom profite de l'envolée des prix du brut : son cours de Bourse a été multiplié par trois en douze mois et par cinq et demi en trois ans.

Quelque deux cent quarante voitures transformées en "banques mobiles" ont été mises en place au Vietnam, où elles doivent fournir des services bancaires dans les régions les plus reculées du pays. Ces voitures, financées par la Banque mondiale, ont été confiées à deux institutions bancaires du pays au profit des zones les plus pauvres.

Nous avons aimé
Le Livre de Giao
au cœur du Viêt-Nam
autobiographie de Nguyên Huu Giao
La Table Ronde 217 p. 16,80 euros

 

Fête à Diên Biên Phu 

Selon les estimations officielles, plus de 20 000 personnes étaient rassemblées le 7 mai au stade de Dien Bien Phu pour fêter la victoire du Viet Minh sur le corps expéditionnaire français cinquante ans auparavent.
Les combats, entamés le 13 mars 1954, s’étaient achevés le 7 mai. On comptait dans les deux camps 13 000 morts après 56 jours de siège.

L'anniversaire de la bataille de Dien Biên Phu a permis depuis trois mois aux autorités de rappeler l'importance du sacrifice, de la mobilisation des masses et de l'unité du Parti. Sans oublier les combats présents et à venir.


Selon Tran Duc Luong, président, la victoire de Dien Bien Phu "a souligné la vérité du marxisme léninisme et de l'idéologie de Ho Chi Minh", 

"Aujourd'hui, nous sommes déterminés à mettre en échec les manoeuvres des forces hostiles", a déclaré Trinh Long Bien, secrétaire du parti de Dien Bien, évoquant les partisans d'une ouverture politique progressive du pays.

Unités d'élite, policiers, militaires et miliciens se sont ensuite succédés sur la piste. Les ethnies minoritaires, que le régime tente par tous les moyens d'intégrer dans la nation, ont défilé en tenues traditionnelles, armes à l'épaule, symbole de leur participation à la victoire du communisme.

A 15 heures heure locale, alors que devait débuter à Paris la cérémonie aux Invalides présidée par Jacques Chirac, le chargé d'affaires de l'ambassade de France à Hanoï, Eric Berti, déposait une gerbe devant le monument aux morts français, en présence de l'attaché de défense, le Lieutenant Colonel Yves Santier, et de quelques vétérans venus de leur propre initiative. (AFP 7 mai 2004)


Le prix Barbara Goldsmith La liberté d’écrire pour 

Lê Chi Quang



Le centre du Pen club américain dont le siège est à New York décerne le prix Barbara Goldsmith « la liberté d’écrire » 2004 à l’écrivain iranien Nasser Zarashan et au juriste vietnamien Lê Chi Quang.

Lê Chi Quang, né en 1970, a été arêté en février 2002 pour avoir écrit et diffusé sur Internet des articles pour la démocratie et pour dénoncer les accords sur les frontières sino- vietnamiennes.

Le Chi Quang a reçu en 2002 le prix Hellman/Hammett pour la liberté d’expression. Sa santé est très fragile à cause d’une grave maladie des reins.

Dans le passé, le prix Barbara Goldsmith a déjà récompensé le poète Nguyên Chi Thiên (1989) et le professeur Doan Viêt Hoat.(1994).


Le cyber-dissident Nguyên Vu Binh condamné en appel à 7 ans de prison pour « espionnage »

Le 5 mai, la Cour suprême de Hanoï a confirmé en appel la condamnation à sept ans de prison de Nguyen Vu Binh, condamné pour "espionnage" après avoir diffusé sur Internet une critique d'un accord frontalier entre Hanoï et Pékin.

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a demandé mercredi au Vietnam de libérer le cyber dissident vietnamien Nguyen Vu Binh, condamné pour espionnage à 7 ans de prison et dont la peine vient d'être confirmée.

L'audience, interdite aux journalistes et aux diplomates, a été marquée par des heurts survenus à l'extérieur du tribunal quand des membres des forces de sécurité ont tenté de chasser les étrangers du bâtiment.
Un groupe interviewant un dissident venu soutenir Binh a été aspergé d'eau par des opposants et des journalistes étrangers ont été insultés tandis que des diplomates et des journalistes ont formé un cordon de protection autour de la soeur aînée de Binh.

"Nguyen Vu Binh n'aurait jamais dû être emprisonné", a dit Dinah Pokempner, un responsable du HRW. 
"Le fait que l'appel a été rejeté et qu'un journaliste reste derrière les barreaux pour s'être librement exprimé met une nouvelle fois en exergue l'intolérance du Vietnam" face aux dissidents, a ajouté le responsable.

Ancien membre d'un journal du Parti communiste vietnamien (PCV), Binh, 35 ans, avait été arrêté en septembre 2002 après la diffusion sur Internet d'un texte intitulé "réflexion sur les accords frontaliers sino vietnamiens".

Nguyên Vu Binh a décidé de faire une grève de la faim illimitée