VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 33 - 15 novembre 2005

OMC /Viêt-Bam 
Les Etats-Unis manquent de bonne volonté ?



OMC / Viêt-Nam
Les Etats-Unis manquent de bonne volonté ?

Ha Nôi a renoncé à intégrer l'Organisation mondiale du commerce (OMC) lors de sa réunion ministérielle à Hong Kong en décembre

Plusieurs hauts responsables vietnamiens avaient assuré jusqu'à récemment que l'objectif était réaliste. 

Pour intégrer le club du capitalisme mondial, le pays doit signer des accords bilatéraux avec les membres qui le souhaitent. Et quelques partenaires, dont les Etats Unis, n'ont pas signé.

Les négociateurs américains réclament des gestes concrets en matière de taxes sur les importations, de respect de la propriété industrielle et d'accès à certains marchés, des télécom-munications au tourisme, en passant par l'assurance, la banque et la distribution.

Washington reproche aussi au Viêt-Nam de n'avoir pas appliqué plusieurs clauses de l'accord commercial bilatéral (BTA) signé en 2000.

"Les responsables américains estiment que le Viêt-Nam a manqué aux engagements pris dans le BTA. Le problème essentiel concerne la capacité du Viêt-Nam à suivre et respecter ses obligations" explique Carl Thayer, un expert du Viêt-Nam à l'Australian Defense Force Academy de Canberra. 

L'ambassadeur vietnamien auprès de l'OMC, Ngo Quang Xuan, a accusé Washington d'en être responsable. "Le fait que les Etats Unis (...) continuent de nous faire des difficultés sur la table des négociations est une attitude qui manque de bonne volonté", indiquait il dans un quotidien vietnamien. "La raison ne vient pas du manque d'efforts du Viêt-Nam. Nous avons fait tout notre possible et surmonté beaucoup de difficultés à l'intérieur et à l'extérieur du pays".

Une analyse que ne partagent guère les analystes étrangers, pour lesquels le Viêt-Nam a pris conscience trop tard des réformes qu'exigeait le capitalisme international.

"Le Viêt-Nam a annoncé en 1995 qu'ils voulaient rejoindre l'OMC et ils se sont assis dessus sans rien faire pendant 5 ou 6 ans", estime Thomas O'Dore, président de la Chambre de commerce américaine à Ha Nôi.

"Aujourd'hui, ils cherchent un bouc émissaire alors qu'ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux mêmes".

Et nul ne semble prêt à accepter la candidature de Ha Nôï avant que les réformes soient achevées. La Chine a intégré l'OMC en 2001 mais n'a pas respecté beaucoup de ses obligations. Un précédent qui rend l'organisation méfiante à l'heure d'accueillir un nouveau pays.

"La Chine est entrée avec des promesses et (elle est) revenue sur ses promesses", explique Thomas O'Dore. Aujourd'hui, ajoute t il, "vous devez agir, voter des lois et les appliquer avant d'être accepté".
(AFP 25 octobre 2005-Didier Lauras)


Le discours chinois


Après la visite du Premier ministre vietnamien Phan Van Khai à Washington en juin 2005 qui n’a pas abouti à un assouplissement américain pour l’entrée du Viêt-Nam à l’OMC, et avant le Xe Congrès du PCV programmé pour 2006, la visite du président chinois, début novembre, la première de Hu Jin Tao en tant que président peut avoir plusieurs significations. Le PCV a probablement besoin d’un aval tacite chinois dans le choix de ses prochains dirigeants, et les discussions porteront aussi sur la question de l'influence américaine croissante au Viêt-Nam.

Pékin est l'un des tout premiers partenaires commerciaux de Ha Nôi, avec 7,2 milliards de dollars d'échanges, l'an passé.

"Actuellement, nous travaillons dur pour atteindre l'objectif (...) des 10 milliards de dollars d'ici 2010 (...), voire avant si possible", a expliqué Le Dung, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères..

Hu devrait aussi évoquer avec ses interlocuteurs les questions territoriales. Les deux pays veulent achever la démarcation de leur frontière terrestre d'ici 2008 et continuent de se disputer la souveraineté sur les îles Spratleys et Paracels.

Le président chinois Hu Jintao a invité ses voisins asiatiques à accroître la coopération régionale, en leur assurant que la rapide croissance chinoise n'était un obstacle pour personne dans un discours d'une demi heure devant l'Assemblée nationale vietnamienne.
"Le développement de la Chine est pacifique, élargi et coopératif (...)", a déclaré Hu dans un discours retransmis et traduit par la télévision locale. "Le développement de la Chine ne fait obstacle à personne et ne porte atteinte à qui que ce soit. Il est en revanche bénéfique pour la paix, la stabilité et la prospérité du monde", a t il ajouté.

Pékin, qui revendique un taux de croissance de 9,4% sur les neuf premiers mois de l'année, a multipié les efforts ces dernières années pour étendre son influence et ses échanges avec ses voisins de la région.

La Chine et les dix pays de l'ASEAN ont décidé de créer à partir de 2010 une zone de libre échange comptant près de deux milliards d'habitants, la plus grande du monde en terme de population.

Le poids immense de Pékin effraie les pays de la région, obligeant le géant communiste à régulièrement témoigner de ses bonnes intentions. "L'Asie est notre maison commune. Le développement de la Chine est lié à l'Asie. Nous envisageons avec les pays asiatiques une entente sur le plan politique, une coopération mutuellement profitable sur le plan économique, la confiance et la coopération en matière de sécurité," 
Selon Hu Jin Tao. .(AFP)


Brèves


La grippe aviaire s'est rapidement étendue et touche désormais 10 des 64 provinces du Viêt-Nam où les autorités médicales ont minimisé des informations sur de possibles mutations du virus H5N1 en une forme plus dangereuse. Sept provinces du nord du pays, dont Ha Nôi et Hai Phong, figurent parmi les régions touchées par la grippe aviaire cette année, a indiqué le ministère de l'Agriculture.

Le Viêt-Nam est devenu le premier pays dans le monde à annoncer avoir obtenu un accord de principe du groupe pharmaceutique suisse Roche pour produire du Tamiflu, l'antiviral considéré comme le plus efficace contre la grippe aviaire.

Le Viêt-Nam a indiqué avoir identifié sa 42e victime du virus H5N1 depuis fin 2003. Le pays totalise ainsi les deux tiers du bilan de la maladie dans le monde. Peuplé de 82 millions d'habitants, le pays avoue n'être pas prêt à faire face à une éventuelle pandémie si le virus H5N1 devait muter et devenir aisément transmissible entre humains, une hypothèse que craignent désormais les experts du monde entier à plus ou moins longue échéance.

Le Premier ministre vietnamien a demandé la réouverture, après des mois de blocages, d'un appel d'offres international pour la construction du premier satellite du pays qui doit être mis en orbite en 2008. 

Ha Nôi doit désormais aboutir d'ici le second trimestre de 2008, sous peine de perdre l'espace orbital réservé auprès de l'Union internationale des télécommunications (ITU).

EDF est majoritaire dans une société, la MECO, qui est chargée de construire une centrale électrique de 700 mégawatt à Phu My, dans la région de Ba Ria Vung Tàu. La centrale pourra satisfaire 8% des besoins en électricité du pays et coûtera 480 millions de dollars.

Le Viêt-Nam séduit de nouveau les grands groupes hôteliers. Le Viêt-Nam a accueilli 2,4 millions de visiteurs en 2003 et 2,9 millions en 2004. Ils pourraient être 3,2 millions cette année. Selon le Conseil mondial du tourisme et du voyage (WTTC), le pays devrait être l'une des dix destinations les plus dynamiques de la prochaine décennie.

La production de café du Viêt-Nam va chuter de 30% l’année prochaine à cause du mauvais temps

Le Viêt-Nam organisera d'ici la fin du mois la plus grande vente aux enchères d'actions d'une entreprise d'Etat dans le pays, au profit d'une société de production d'électricité. L'opération permettra de lever des fonds pour l'entreprise d'électricité de Pha Lai, qui exploite en particulier depuis 1983 une centrale électrique de 600 megawatts dans la province de Hai Duong, au nord est du pays.

Les partisans du développement du nucléaire civil au Viêt-Nam tentent pas à pas de faire avancer un dossier censé aboutir d'ici 2020, et qui attend désormais le feu vert des autorités politiques dans un pays dont les besoins en électricité ne cessent d'augmenter. Le projet relève encore du fantasme pour le Viêt-Nam. Le pays n'a aucune expérience en la matière et devra former l'ensemble de la filière en déboursant au total, si le projet va à son terme, un minimum de 3,5 milliards de dollars.

Le Viêt-Nam a effectué un pas symbolique important dans la réforme de son secteur bancaire en annonçant la privatisation partielle en 2006 d'une de ses plus grandes banques d'Etat, le pays s'ouvrant inexorablement à la concurrence étrangère. La Banque du Viêt-Nam pour le commerce extérieur vendra 30% de ses parts au secteur privé, vietnamien ou étranger, après avoir effectué à partir de décembre un audit de ses comptes.

Les PP Chân Tin, rédemptoriste, Nguyên Van Ly libéré de prison en février dernier, Nguyên Huu Giai et Phan Van Loi, du diocèse de Huê, en soulignant leur désir de ne pas faire de la politique, signent le 7 octobre un manifeste demandant le respect de la liberté d’expression, appelant à des élections libres et au boycottage des élections organisées par le Parti


Veuillez consulter sur notre site :

www.vninfos.com/documents

L'étude de la Banque pour le Développement de l'Asie sur les perspectives économiques du Viêt-Nam 

Asian Development Outlook 2005 : 

II. Economic trends and prospects in developing Asia : Southeast Asia
Vietnam

Actualités

Le 8 novembre dernier, la Secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice a annoncé que les Etats-Unis a maintenu la Viêt-Nam dans la liste noire (CPC) des 8 pays les plus préoccupants en matière de liberté religieuse (Chine, l'Iran, la Birmanie, la Corée du Nord, l'Erythrée, le Soudan et l'Arabie Saoudite. (lire détails page 7)

La Commission pour la liberté religieuse dans le monde a déjà confirmé ce maintien le 30 septembre dernier, alors que les accords américano-vietnamiens signés (mais gardés secrets) au mois de mai 2005, juste avant la visite du Premier ministre Phan Van Khai à Washington (juin 2005) laissaient entrevoir une amélioration dans ce domaine.

Il semble donc que le Viêt-Nam n’a pas tenu ses promesses. Des rapports d’interventions policières durant des rassemblements religieux ou culturels sont parvenus aux commissions officielles des Etats-Unis.

Après l’annonce officielle faite par Mme Condoleeza Rice, M. Vo Van Ai, Directeur du Bureau International d’Information Bouddhiste (BIIB) et porte-parole international de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam (EBUV, Eglise historique, indépendante, interdite depuis 1981),porte parole de l’Eglise bouddhique Unifiée du Viêt-Nam a déclaré « Le Vietnam aurait pu être retiré de la liste des CPC s’il avait fait de réels efforts pour respecter la liberté religieuse et améliorer son bilan concernant les droits de l’Homme. Il a malheureusement manqué cette importante occasion, Les déclarations du Vietnam sur le respect de la liberté religieuse ne sont que pour l’exportation. En réalité, le gouvernement poursuit sa politique de répression contre toutes les communautés religieuses indépendantes ».

Rappelons que lors des auditions du Congrès américain des 20 juin et 26 octobre 2005, M. Vo Van Ai avait demandé les Etats-Unis de laisser le Vietnam sur la liste des CPC tant que les autorités vietnamiennes n’auraient pas franchi des étapes concrètes minimales vers le respect de la liberté religieuse, à commencer par la libération inconditionnelle du Patriarche Thich Huyen Quang et de Thich Quang Do, le rétablissement du statut légal de l’EBUV et de tous les mouvements religieux non-reconnus. 

Le 4 novembre 2005, le Comité Populaire de Phu Nhuan à Saigon a rejeté (Décision 849/QD-UBDN du 4 novembre 2005) l’appel interjeté par le bonze de l’EBUV Thich Vien Phuong contre sa condamnation à une amende de 15 millions de dongs pour avoir filmé le message de Thich 
Quang Do pour la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies. La Sécurité avait arrêté Thich Vien Phuong le 30 mars 2005 et confisqué le message video, puis l’avait poursuivi pour « production de films ou de video-cassettes dont le contenu calomnie et porte atteinte au prestige des organisations, l’honneur ou la dignité des individus ». Thich Vien Phuong avait fait appel contre cette condamnation à une amende exorbitante — l’équivalent de 43 fois le salaire minimum au Vietnam — 
déclarant qu’il avait simplement 
exercé son droit à la liberté d’expression garanti dans la Constitution vietnamienne (article 69) réaffirmé dans le « Livre Blanc sur les droits de l’Homme » rendu public par le Vietnam au mois d’août 2005. Ayant rejeté son appel, le Comité populaire de Phu Nhuan a exigé de Thich Vien Phuong qu’il paie l’amende dans les 30 jours.


Soutenez l’Association France-Viêt-Nam d’Entraide (AFVE)

 

L’AFVE a pour but de venir en aide à ceux qui sont opprimés au Viêt-Nam à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d’expression, et à leur famille.

Membres fondateurs :

Bui Tin / Bui Xuân Quang / Nguyên Quoc Nam / Nguyên Thi Thanh Vân / Nguyên Van Trân / Tôn That Long / Trinh Long Hai / Vo Nhân Tri / Vu Quoc Thuc.  

Président : Bui Xuân Quang

Secrétaire générale : Nguyên Thi Thanh Vân ;

Trésorier : Trinh Long Hai

Contrôle de gestion : Vu Ngoc Bôi / Nguyên Ngoc Liêm

 

AFVE 240 rue de Tolbiac 75013 Paris

tél 01 45 89 58 32 /

fax 01 45 65 39 63

e mail :  AFVE@ifrance.com