VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 35 - 15 mars 2006

OMC
Perspectives



Début mars le Viêt-Nam a fait un pas vers son intégration dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC), en signant un accord bilatéral avec l'Australie. Ha-Nôi doit encore convaincre le Mexique, la République Dominicaine, le Honduras et surtout les Etats Unis.

Pour parvenir à ses fins, le Viêt-Nam doit obtenir le statut permanent de la nation la plus favorisée (PNTR) par le Congrès américain, un vote qui selon tous les experts doit impérativement intervenir vite, afin de ne pas risquer de troubler la campagne des élections de novembre 2006 au Congrès.


Ouverture du Parti aux entrepreneurs privés


Le Parti communiste vietnamien (PCV) a décidé de réformer ses statuts lors de son prochain congrès afin que ses membres soient officiellement autorisés à faire des affaires dans le secteur privé.

"Les membres du Parti pourront s'engager dans des activités économiques privées sans limite d'envergure", a indiqué un responsable de la commission idéologique et culturelle du PCV, à Ha Nôï. Selon l’AFP.

Dernières


Asie 2006. Les économies asiatiques connaîtront une forte croissance en 2006 en dépit des hausses du prix du pétrole et des taux d'intérêts, a estimé le vice président de la Banque asiatique de développement (BAD). En 2005, le taux de croissance du Viêt-Nam était de 8,4%.

Pétrole. Début février, un consortium international comprenant des firmes sud coréennes a découvert de nouvelles réserves de pétrole et de gaz au large des côtes sud du Viêt-Nam. Au sein d'un gisement pétrolier de la zone Su Tu Trang du Viêt-Nam ont été découvertes des réserves addi-tionnelles de 300 millions de barils et jusqu'à 112 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Avec ces réserves additionnelles, le gisement devrait représenter plus de 1,14 milliard de barils de pétrole, et pourrait générer 200.000 barils par jour à partir de 2011. 

Intel. La construction au Viêt-Nam d'une usine du géant américain de l'informatique Intel, annoncée officiellement va conférer au pays asiatique un nouveau statut, celui d'un marché désormais capable de développer des technologies de pointe, estiment les analystes.

L'investissement de 605 millions de dollars dans le sud du pays du leader mondial des puces informatiques, le plus gros de la part d'une entreprise américaine au Viêt-Nam jusqu'à présent, est unanimement salué comme un pas gigantesque pour son développement économique.

L'importance du projet n'a pas échappé aux autorités politiques du pays. Intel débarque dans le pays communiste moins d'un an après le voyage aux Etats Unis du premier ministre Phan Van Khai, le premier depuis 1975.

Il semble que la délivrance de la licence est le résultat d'une forte volonté politique au sein même du politburo. 

Téléphonie. Le troisième opérateur de téléphonie mobile au Viêt-Nam, qui appartient entièrement à l'armée, va être partiellement privatisé comme les autres acteurs du secteur Viettel (Vietnam Military Electronics and Telecommunications Co.) a reçu récemment le feu vert du gouvernement pour s'ouvrir à des partenaires privés, ont indiqué plusieurs sources au sein du groupe militaire sous couvert de l'anonymat.

Un opérateur de téléphonie mobile à capitaux vietnamiens et sud coréens va investir cette année 260 millions de dollars pour reprendre du poids au Viêt-Nam et développer la technologie CDMA, 

Le standard CDMA est aujourd'hui essentiellement utilisé aux Etats Unis et en Corée du sud. La croissance de la téléphonie mobile au Viêt-Nam est, selon les experts, la plus rapide du monde après celle observée en Chine

Banque. La Banque d'investissement et de développement du Viêt-Nam (BIDV), deuxième du pays, a annoncé la privatisation de 30% de son capital dès 2007, nouvelle étape dans la réforme du secteur financier du pays. A Ho Chi Minh Ville, un officiel a salué l'annonce de la BIDV, regrettant cependant "qu'ils ne puissent pas aller un peu plus vite". "2010 semble lointain", a t il lancé.

Assurances. Le groupe français Prévoir a commencé ses opérations au Viêt-Nam où il distribue des produits d'assurance vie dans trois mille bureaux de poste du pays, indique t il dans un communiqué. L'accord d'exclusivité avec la poste vietnamienne a été signé pour dix ans, précise le groupe.
Prévoir Vietnam est contrôlée à 70% par Prévoir Vie (Groupe Prévoir), avec Proparco, la filiale d'investissement de l'Agence française de développement (AFD, 20%) et le réassureur français Scor Vie (10%).
Elle est la première compagnie d'assurance française et la 2ème européenne à obtenir l'agrément assurance vie au Viêt-Nam.

Investissements. Le Viêt-Nam compte aujourd'hui six gestionnaires à la tête de neufs fonds d'investissement, qui rassemblent un total de près de 700 millions de dollars. La somme n'est pas énorme en valeur absolue, mais leur rendement a gonflé de 20 à 40% entre 2004 et 2005.

"D'ici deux à trois ans, leur capital d'investissement représentera 1 à 1,5 milliard de dollars", pronostique le directeur de Dragon Capital, dont le fonds Vietnam Enterprise Investments Limited (VEIL), le plus gros du pays, a résisté à toutes les tempêtes (AFP)

Forêt. La forêt vietnamienne a pratiquement disparu sous les assauts répétés de l'industrie du bois qui, après le pillage du Laos et du Cambodge voisins, s'approvisionne toujours plus loin.

Selon diverses estimations, 60% de la forêt vietnamienne a été détruite pendant la guerre du Viêt-Nam et en 30 ans, la moitié de ce qui restait a disparu sous l'effet de l'activité humaine. Bois de chauffe, coupes sauvages individuelles, culture sur brûlis, urbanisation galopante ont contribué à grignoter ce que le pays comptait encore de forêts. Sans compter l'insatiable appétit de l'industrie.

Un familier des marchés asiatiques qui enquête fréquemment sur le terrain et tient à son anonymat résume: "Tout ce qui passe par l'Asie est potentiellement douteux. Pour les produits dérivés, beaucoup des bois utilisés sont illégaux, même certifiés: avec une imprimante laser, on produit tous les certificats imaginables".

Selon lui, la Chine et le Viêt-Nam sont les plus concernés. "Le bois peut être arrivé par une plage au Viêt-Nam, quand il ressort il est légal, muni d'un tampon. Aucune traçabilité n'est réellement à l'épreuve du feu", note t il avec fatalisme.
Le trafic en Asie de l'est et du sud est représenterait 2,5 milliards de dollars par an, selon l'Agence d'investigation sur l'environnement (EIA). En Indonésie, des responsables ont estimé que la déforestation illégale coûtait 3 milliards de dollars par an.

Juan Carlos d'Espagne. Le roi Juan Carlos d'Espagne a entamé fin février plusieurs rencontres officielles à Ha Nôi au cours d'une visite placée sous le signe du renforcement des liens économiques entre les deux pays. C'est sa première visite au Viêt-Nam depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1977.

"Nous chercherons à élever le niveau d'engagement de coopération", avait indiqué le Directeur général aux Affaires asiatiques, en qualifiant de "très faibles" les investissements espagnols au Viêt-Nam et en Thaïlande. Les échanges entre l'Espagne et le Viêt-Nam se sont élevés à 455 millions d'euros en 2005, dont 90% sont des importations vietnamiennes vers l'Espagne.

Cambodge. Le roi Norodom Sihamoni du Cambodge fait sa première visite d'Etat au Viêt-Nam du 16 au 18 mars. Ce déplacement fait suite à la signature d'un important accord frontalier entre les deux pays et à la visite à Phnom Penh du Premier ministre vietnamien Phan Van Khai.

Le Cambodge et le Viêt-Nam ont pour ambition d'augmenter de 40% leurs échanges commerciaux pour qu'ils atteignent un milliard de dollars en 2006, a précisé le Premier ministre cambodgien Hun Sen.

En octobre dernier, le Viêt-Nam et le Cambodge avaient signé un "accord supplémentaire" au traité frontalier bilatéral de 1985 visant à mieux délimiter leurs frontières. Il s'agissait d'un dossier épineux, le Viêt-Nam a envahi et occupé le Cambodge pendant 10 ans (1979-1989)

Laos. Les responsables du Parti communiste au pouvoir au Laos depuis 1975 se sont enfermés depuis le samedi 18 mars à l'abri de tous les regards, pour un congrès quinquennal.
Le 8e congrès du Parti populaire révolutionnaire lao (PPRL) va élire un nouveau comité central, composé d'un peu plus d'une centaine de membres, qui désigneront leurs représentants au Politburo, véritable noeud du pouvoir à la tête duquel trône depuis 13 ans le vétéran Khamtay Siphandone, 82 ans.

Certaines sources estiment que le président lao et certains de ses proches camarades pourraient partir à la retraite. Mais d'autres ont fait état de sa volonté de demeurer au sommet.

Le conclave devra aussi désigner un nouveau gouvernement. Mais sa composition ne sera connue que dans plusieurs semaines. (AFP)



PCV Xe Congrès 

Un projet de rapport politique du Xe Congrès vient d’être mis au point par le PCV. 

Ce projet de rapport de 32 pages, écrit et récrit 17 fois, comprend trois parties :

Première partie : Bilan des 5 dernières années (IXe Congrès 2001).
Deuxième partie : Bilan des 20 dernières années (depuis le VIe Congrès, celui du «doi moi-renouveau»)
Troisième partie : Objectif du prochain plan quinquennal

Ce rapport reflète dans son ensemble un projet de « bonnes intentions », avec la poursuite de la politique actuelle. A savoir ; la consolidation du Parti, la poursuite d’une économie de marché « à orientation socialiste », le rôle premier de l’Etat dans l’économie, le développement de l’éducation et du progrès social, l’amélioration de la défense et de la protection de la nation socaliste, développer et parfaire le système de « démocratie socialiste », l’Etat de « droit socialiste ».


Actualité


Communication de M. Nguyên Van Côi, porte-parole de l’Eglise bouddhique Hoa Hao traditionnelle.

Les autorités communistes utilisent tous les moyens pour faire échouer l’organisation de la cérémonie commémorative du 59e anniversaire de l’assassinat du fondateur de l’Eglise, le grand Patriarche Huynh Phu So, et de l’immolation de Mme Nguyên Thi Thu pour protester contre la répression récente des Hoa Hao.
Le 25 mars, jour de la grande cérémonie, les forces de Sécurité ont empêché M. Nguyên Van Bao de quitter son domicile pour aller célébrer la cérémonie. Pendant la fouille de sa maison par les autorités, la sœur de M. Nguyên Van Bao, Mme Nguyên Thi Gâm, a eu une crise cardiaque mortelle. Elle avait 50 ans.

Bilan de la répression :
1. Décès de Mme Nguyên Thi Gâm. 
2. Un blessé grave : M. Hà Van Duy, 32 ans
3. Sept personnes mises en résidence surveillée pour 24 mois 


M. Do Nam Hai a été arrêté et interrogé pendant 36 heures.

Le 23 mars dernier, à 7h30 du matin, un colonel des forces de Sécurité avec un groupe d’une dizaine de membres ont arrêté avec brutalité M. Do Nam Hai (lauréat du Prix du Courage. Lire page 6) dans un café de Ho Chi Minh-Ville alors que ce dernier conversait avec l’écrivain Hoang Tien de Ha Nôi avec son téléphone portable. M. Dô Nam Hai a été interrogé pendant 36 heures.

Le but de cette arrestation est de connaître les activités réelles du Groupe pour la démocratie qui se prépare à l’annonce officielle d’une Déclaration pour la démocratie au Viêt-Nam.


Communiqué de Reporters sans Frontières (RSF)


Le cyberdissident Nguyen Khac Toan a été remis en liberté le 26 janvier 2006 après quatre années de détention, mais il fait désormais l’objet d’une assignation à résidence. Il a bénéficié d’une amnistie à l’occasion du Nouvel An lunaire. Reporters sans frontières se réjouit de cette libération mais déplore le maintien en résidence surveillée du cyberdissident.


Nguyen Khac Toan avait été arrêté en janvier 2002 et condamné le 20 décembre suivant par le tribunal populaire de Ha-Nôi à une peine de douze ans de prison pour « espionnage » assortie de trois ans d’assignation à domicile.


Cet ancien officier de l’armée vietnamienne était accusé d’avoir envoyé par courrier électronique des informations à des organisations de défense des droits de l’homme en exil jugées "réactionnaires" par le gouvernement vietnamien.


Reporters sans frontières rappelle que deux autres cyberdissidents, le docteur
Pham Hong Son, dont l’état de santé est très préoccupant, et l’intellectuel Nguyen Vu Binh, sont toujours emprisonnés au Viêt-nam pour avoir exprimé sur Internet leurs opinions en faveur de la démocratie.


Enfin, l’organisation est toujours sans nouvelles des jeunes internautes de la rue Kiem, Truong Quoc Tuan et Truong Quoc Huy, ainsi que de la fiancée de l’un d’eux, Lisa Pham, arrêtés le 19 octobre 2005. Ces jeunes gens, accusés d’avoir violé l’article 19 du code pénal en incitant la population à "renverser le pouvoir", seraient en fait détenus pour avoir simplement participé à un forum de discussion démocrate hébergé sur Pal Talk (paltalk.com). Le 8 décembre dernier, Reporters sans frontières avait demandé aux autorités vietnamiennes de lui communiquer les motifs de ces arrestations, mais cette requête est restée sans réponse.

www.rsf.org



Soutenez l’Association France-Viêt-Nam d’Entraide (AFVE)

 

L’AFVE a pour but de venir en aide à ceux qui sont opprimés au Viêt-Nam à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d’expression, et à leur famille.

Membres fondateurs :

Bui Tin / Bui Xuân Quang / Nguyên Quoc Nam / Nguyên Thi Thanh Vân / Nguyên Van Trân / Tôn That Long / Trinh Long Hai / Vo Nhân Tri / Vu Quoc Thuc.  

Président : Bui Xuân Quang

Secrétaire générale : Nguyên Thi Thanh Vân ;

Trésorier : Trinh Long Hai

Contrôle de gestion : Vu Ngoc Bôi / Nguyên Ngoc Liêm

 

AFVE 240 rue de Tolbiac 75013 Paris

tél 01 45 89 58 32 /

fax 01 45 65 39 63

e mail :  AFVE@ifrance.com