VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 36 - 15 mai 2006

Le nouveau bureau politique du PCV 
du Xe Congrès



1. Nông Đức Mạnh
2. Lê Hồng Anh
3. Nguyễn Tấn Dũng
4. Nguyễn Minh Triết
5. Trương Tấn Sang
6. Nguyễn Phú Trọng
7. Phạm Gia Khiêm
8. Phùng Quang Thanh
9. Trương Vĩnh Trọng
10. Lê Thanh Hải
11. Nguyễn Sinh Hùng
12. Nguyễn Văn Chi 
13. Hồ Đức Việt
14. Phạm Quang Nghị

25 avril 2006, clôture du Xe congrès du Parti communiste vietnamien. Le secrétaire général Nong Duc Manh, a été confirmé pour un second mandat de cinq ans.

Avant le Congrès, le pays a été secoué pendant plusieurs semaines par un scandale dans lequel les responsables du département de gestion des projets n°18 (PMU 18) du ministère des Transports ont détourné des sommes colossales, dont une grande partie venait de l’aide étrangère. 

Le ministre des Transports a démissionné et le vice ministre a été arrêté, ainsi que plusieurs autres responsables dont l'ex directeur du département.

Les spéculations allaient bon train en ce qui concerne le sort du Secrétaire général sortant et de son équipe, mais en fait, Nong Duc Manh aurait utilisé le scandale PMU 18 pour brandir la menace d’une désintégration de l’équipe au pouvoir et a mis la lutte contre la corruption comme la priorité des priorités de son prochain mandat.

Le Viêt-Nam veut entrer dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) cette année et devenir un pays développé en 2020. Le pays, qui compte 83 millions d'habitants, veut créer 8 millions d'emplois dans les cinq années à venir et ramener le taux de pauvreté de moins de 20% actuellement à 10% de la population

Le Viêt-Nam doit par ailleurs accueillir en novembre à Ha-Nôi le sommet du forum de coopération Asie Pacifique (APEC), pour ce qui pourrait être le grand baptême du feu international de la nouvelle équipe. 


(lire notre dossier le : Xe Congrès ou les "portes ouvertes" du PCV)


Accord commercial Etats-Unis – Viêt-Nam


Les Etats Unis ont confirmé le 14 mai qu'ils étaient parvenus à un accord bilatéral avec le Viêt-Nam, qui doit faciliter l'entrée de ce dernier à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Les Etats Unis et le Viêt-Nam avaient déjà signé un accord commercial en 2001 mais devaient encore s'entendre sur de nouvelles mesures d'ouverture du marché vietnamien pour que Washington appuit l'entrée d'Ha Noi au sein de l'OMC.

Cette signature pourrait intervenir début juin, lors d'une réunion des ministres du Commerce du Forum de coopération économique Asie Pacifi-que. Le pays communiste, qui a entamé en 1986 sa transition vers l'économie de marché, souhaite rejoindre l'OMC avant d'accueillir le sommet de l'APEC, en novembre.

Mais le prochain obstacle à franchir sera d'obtenir le statut permanent de la Nation la plus favorisée (PNTR) par le Congrès américain, où la situation des droits de l'Homme au Viêt-Nam pourrait être examinée de près. (AFP)


Dernières


Le groupe américain d'aluminium Alcoa a signé un protocole d'accord avec la compagnie nationale de minerais du Viêt-Nam, Vinacomin, en vue de créer une société commune qui gèrerait une mine de bauxite et une raffinerie d'alumine.

L'accord a été signé par sa filiale à 60% Alcoa World Alumina and Chemicals les 40% restants sont détenus par l'australien Alumina Ltd.
Selon les modalités de l'accord, les deux groupes vont "explorer la faisabilité" d'un projet de raffinerie d'alumine dans la province de Dak Nong au Viêt-Nam.

L'alumine, produit intermédiaire de l'aluminium, serait extrait de la bauxite puisée sur place. La région retenue pour ce projet abrite "l'une des meilleures bauxites au monde". 

A la Bourse de New York, l'action Alcoa prenait 0,25% à 35,48 dollars peu après cette annonce. 

Le studio américain Walt Disney a signé un accord pour la distribution de ses films au Viêt-Nam, dont la rapide croissance économique laisse espérer une augmentation des dépenses de loisirs.

La première mine d'or moderne du Viêt-Nam depuis la Deuxième Guerre mondiale a commencé à produire dans un pays où le métal précieux est toujours une importante valeur refuge, a indiqué le groupe canadien Olympus Pacific Minerals Inc.

La compagnie Bong Mieu, contrôlé par le groupe canadien et deux entreprises locales, a entamé l'exploitation de la mine du même nom dans la province centrale de Quang Nam, à 800 km au sud de Ha-Noi.

Beaucoup de Vietnamiens placent leurs économies dans l'or, qui demeure parfois une monnaie de transaction pour les achats importants. Le pays dispose de plusieurs mines privées illégales et importe jusqu'à 70% de sa demande intérieure.

L'idée d'une intégration monétaire asiatique inspirée de la zone euro, envisagée par l'Association des nations d'Asie du Sud Est, le Japon, la Chine et la Corée du Sud (Asean+3), a reçu le soutien de la Banque asiatique de développement (ADB).

Les options à la disposition de l'Asean+3 vont de "l'intégration étroite à l'européenne avec une politique monétaire et commerciale commune" à la voie américaine d'une zone de libre échange, a exposé le président de l'ADB Haruhiko Kuroda lors d'un séminaire. "Le mode européen d'intégration semble avoir le meilleur potentiel pour associer les avantages d'une politique monétaire et d'une zone d'échanges communes", a t il estimé.

L'ADB avait fait savoir l'an dernier qu'elle envisageait de créer une monnaie de référence commune constituée d'un panier de monnaies régionales comparable à l'ECU, ancêtre de l'euro, pour permettre aux pays asiatiques de disposer d'une référence et de mesurer les fluctuations de leur devise. L'ASEAN comprend dix pays, la Malaisie, l'Indonésie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande, Brunei, le Laos, le Viêt-Nam, le Cambodge et la Birmanie.

L'Association des nations d'Asie du Sud Est (ASEAN) accepte que la France devienne signataire du Traité d'amitié et de coopération (TAC) de l'Asie du Sud Est, a annoncé le 20 avril à Bali le ministre des Affaires étrangères malaisien.

Le TAC est un traité de non agression qui a été signé pour la première fois en 1976 par les membres de l'Asean.

Lors de sa première visite en Thaïlande en février, le président français Jacques Chirac avait formé le voeu que Paris soit associé au TAC, le qualifiant de "pont" entre la France et cette région du monde.

Ce traité se fonde sur les principes de "respect mutuel de la souveraineté", "non ingérence dans les affaires intérieures" et "règlement pacifique" des conflits.

La France peut devenir le premier pays d'Europe à s'associer à ce pacte régional dont la signature est impérative pour intégrer le sommet de l'Asie de l'Est, un bloc régional regroupant les 16 acteurs majeurs de l'Asie Pacifique.

Outre les dix de l'ASEAN, il comprend également d'autres pays comme la Russie, le Japon, le Pakistan, l'Inde, l'Australie, la Corée du Sud, la Chine et la Nouvelle Zélande. Le premier sommet de l'Asie de l'Est s'est tenu en décembre dernier à Kuala Lumpur. Son objectif à long terme est un marché unifié comme y sont parvenus les Européens.

Le géant du tabac British American Tobacco (BAT) et le groupe public vietnamien Vinataba ont signé un accord pour la production au Vietnam de cigarettes Pall Mall et Viceroy.
Les deux groupes ont signé un "accord de principe" pour la production de 200 millions de paquets par an, dont un quart pour l'exportation.

C'est la première fois que le Viêt-Nam va exporter du tabac de grande qualité, devenant un exportateur clé pour le groupe BAT en Asie.
Vinataba produit déjà la marque State Express 555 de BAT.

Le Viêt-Nam enregistre un des taux de fumeurs les plus élevés de la planète avec plus de 56% des hommes qui fument, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2004.


Le Viêt-Nam a mis en place une force spéciale de civils armés de matraques pour assurer la sécurité des touristes étrangers à Ho Chi Minh Ville (sud) et les protéger des voleurs, mendiants et vendeurs de rues, a-t-on appris de source officielle. 


La centaine d'agents sont "équipés de bâtons électriques et de radios pour assurer la sécurité des touristes étrangers sur les sites majeurs",

Le Viêt-Nam a accueilli l'an passé 3,43 millions de visiteurs soit 17% de plus qu'en 2004. 60% d'entre eux sont allés dans l'ex Saïgon.

Les autorités comptent beaucoup sur le secteur comme source de devises étrangères et veulent inverser la tendance qui fait que très peu de touristes reviennent une deuxième fois dans le pays, en retard en terme d'infrastructures et de qualité de services.

Communauté pour la sécurité

Les ministres de la Défense des dix pays de l'Association des nations d'Asie du Sud Est (ASEAN) annoncent début mai qu’ils en place d'ici 2020 une "Communauté pour la sécurité", 
Cette Communauté comprend des initiatives visant des traités d'extradition, des mesures communes antiterroristes et l'établissement à terme d'une force de maintien de la paix.


Actualité


Naissance de Tu Do Ngôn Luân (Libre Expression), un bimensuel non autorisé.

Tu Do Ngôn Luân (Libre Expression) un bimensuel non autorisé est publié à Hô Chi Minh Ville. Le rédacteur en chef est le Père Chân Tin, rédemptoriste, une figure très connue de la lutte pour la liberté au Viêt-Nam.

Dans son éditorial de présentation, P. Chân Tin donne la raison et l’objectif premier de la publication : affirmation du droit fondamental du peuple vietnamien de la liberté d’expression et informer le peuple de tout ce qui se passe réellement dans le pays. « La vérité nous libérera », tel est le slogan et l’intime conviction du Comité de rédaction de Tu Do Ngôn Luân (Libre Expression).


Déclaration du 8406


118 « citoyens » ont signé une déclaration le 8 avril 2006, appelée 8406, demandant la liberté et la démocratie au Viêt-Nam. A la sortie de sa publication et sa diffusion sur Internet, beaucoup se sont joints aux premiers signataires ; au 1er mai 2006, ce nombre s’est élevé à 220.


Le Parti démocratique vietnamien en préparation et la réaction du PCV.


Le 27 mai dernier, d’après M. Nguyên Van Dài, avocat, des membres de la Sécurité ont envahi la maison de M. Hoàng Minh Chinh à Ha-Nôi pour empêcher une réunion qui devait y avoir lieu et dont l’objet était la remise en chantier d’un parti politique appelé Parti démocratique vietnamien.

Le Parti démocratique vietnamien dont M. Hoang Minh Chinh était le secrétaire général était un parti politique créé en 1944, sous le contrôle du régime communiste et dissous en 1988.

M. Hoang Minh Chinh a demandé à M Nguyên Van Dai de réécrire le statut du Parti démocratique. Ce dernier s’est présenté au domicile de M. Chinh pour le lui remettre lors d’une réunion avec MM. Hoang Tiên et Tran Khuê.

Prévenu, M. Viêt Hung, journaliste de Radio Free Asia téléphona à M. Trân Khuê mais au même moment, les forces de la Sécurité perquisitionnaient la maison de M. Chinh et saisissaient des documents.

La remise sur pied d’un parti qui a existé sous le régime communiste est tout à fait légale et le pouvoir a du mal à l’interdire. La répression doit monter d’un cran pour empêcher la naissance d’un paysage multipartiste.

Du nord au sud, des intellectuels soutiennent ce projet. Certains jeunes n’hésitent plus à se montrer au grand 
jour, à l’image de Bach Ngoc Duong qui donne son adresse postale, son 
numéro de téléphone et son adresse électronique. 

Le PCV a sorti du placard un ancien du fameux Parti démocratique, M. Huynh Van Tiêng, qui dénonce le projet de M. Hoang Minh Chinh et critique la personne de ce dernier dans un langage et avec des arguments d’un autre temps.


Soutenez l’Association France-Viêt-Nam d’Entraide (AFVE)

 

L’AFVE a pour but de venir en aide à ceux qui sont opprimés au Viêt-Nam à cause de leur engagement pour la liberté de pensée et d’expression, et à leur famille.

Membres fondateurs :

Bui Tin / Bui Xuân Quang / Nguyên Quoc Nam / Nguyên Thi Thanh Vân / Nguyên Van Trân / Tôn That Long / Trinh Long Hai / Vo Nhân Tri / Vu Quoc Thuc.  

Président : Bui Xuân Quang

Secrétaire générale : Nguyên Thi Thanh Vân ;

Trésorier : Trinh Long Hai

Contrôle de gestion : Vu Ngoc Bôi / Nguyên Ngoc Liêm

 

AFVE 240 rue de Tolbiac 75013 Paris

tél 01 45 89 58 32 /

fax 01 45 65 39 63

e mail :  AFVE@ifrance.com