VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : samedi 11 mai 2002  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 8 - 15 septembre 2001

 

Accord/désaccord


La chambre des représentants américaine a ratifié jeudi 6 septembre 2001 l'accord commercial bilatéral signé en juillet 2000 par le gouvernement Clinton et par le gouvernement vietnamien et envoyé au Congrès au mois de juin dernier. Ha Noi attend avec quelque impatience cet agrément qui tardait un peu à venir. Le Viêt-Nam, avec ses 80 millions d'habitants est classé 13e pour sa population mais reste jusqu'à maintenant l'un des six pays qui n'ont pas obtenu des relations commerciales normales avec les Etats-Unis (les autres pays sont le Laos, la Corée du Nord, Cuba, la Yougoslavie et l'Afghanistan). L'année dernière, l'échange commercial entre le Viêt-Nam et les Etats-Unis s'est monté seulement à 1,2 milliard de dollars.

Les sociétés américaines vont avoir la liberté d'investir au Viêt-Nam et le Viêt-Nam exportera vers les Etats-Unis des produits manufacturés, textiles ou artisanaux, et des produits de la mer. Rappelons que le retrait des troupes américaines a eu lieu en 1973 ; en 1975, ce fut l'évacuation catastrophique de l'ambassade des Etats-Unis à Saigon avant l'arrivée des chars communistes ; en 1994, le président Clinton leva l'embargo économique ; en 1995, les relations diplomatiques furent établies entre les deux pays.

Après l'approbation de la Chambre des représentants, le traité commercial devra avoir l'agrément du Sénat, mais il ne deviendra effectif que lorsque le président Bush y aura déposé sa signature.

Projet de loi sur les droits de l'homme au Viêt-Nam. Une victoire des opposants au régime vietnamien.

Peu avant la ratification du traité commercial américano-vietnamien, la Chambre des représentants américaine a approuvé à la quasi-unanimité (410 voix pour, 1 voix contre) un " Projet de loi sur les droits de l'homme au Viêt-Nam " qui lie l'aide américaine, hors humanitaire, à des améliorations en matière de respect de ces droits.
Il est intéressant de signaler que ce projet de loi contient des dispositions sur la protection des
réfugiés et prévoit même que les Etats-Unis apportent leur aide aux groupes faisant la démocratie au Viêt-Nam.

Malgré l'approbation inexorable du traité, les opposants au régime de Ha Nôi ont emporté une indéniable victoire. 409 représentants ont suivi Dana Rohrabacher, membre du Congrès qui déclare avant le vote : " Pourquoi nous allons investir notre argent, créer du travail, exploiter le travail d'esclavage dans un pays où règne un tel régime ? "

" Nous protestons énergiquement contre le vote par la Chambre des représentants américaine du soi-disant projet de loi sur les droits de l'homme au Viêt-Nam. Ce document dénature la situation réelle au Viêt-Nam, intervient grossièrement dans les affaires intérieures et va à l'encontre de la Charte de l'ONU et ses principes fondamentaux du droit international, créant un antécédent dangereux dans les relations internationales, à savoir lier les relations économiques et commerciales avec des conditions inacceptables. […] Ce sont les Etats-Unis qui ont entrepris une guerre d'agression féroce contre le Viêt-Nam, portant gravement atteinte aux droits fondamentaux du peuple vietnamien. Le peuple vietnamien a dû mener une longue lutte difficile contre l'agression étrangère, subi de grands sacrifices pour reconquérir le droit le plus fondamental de l'homme : vivre dans la paix, l'indépendance, la liberté, et trouver son bonheur et sa dignité humaine. Il est déterminé à maintenir ses droits de l'homme sacrés, et ne permet à personne de les violer ". (AVI - Agence vietnamienne d'information)
Ce sont en ces termes virulents et de bonne langue de bois que la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères exprime la réaction de Ha Nôi après le vote massif des représentants américains pour le " projet de loi sur les droits de l'homme au Viêt-Nam ".
C'est noté : le peuple vietnamien est déterminé à maintenir ses droits sacrés (distribués généreusement par le Parti?) et ne veut en aucun cas les échanger contre d'autres droits de l'homme régulièrement mis sur le marché d'ici et là par des démocraties " étrangères ".

A la veille du vote du Congrès des Etats-Unis, une douzaine de dissidents ont été interpellés au Nord Viêt-Nam. MM. Hoang Minh Chinh, 82 ans, Pham Que Duong, 68 ans, Nguyen Thanh Giang, 65 ans et leurs amis auraient voulu instaurer un comité populaire de lutte contre la corruption pour combattre le fléau à l'intérieur du Parti. Après plusieurs heures d'interrogatoire, les " dissidents " ont été relâchés.

Li Peng, le numéro deux chinois est arrivé au Viêt-Nam le jeudi 6 septembre pour une visite de 4 jours. Il s'agit de sa troisième visite au Viêt-Nam (la première, en 1992, après la reprise de la normalisation sino-vietnamienne, la deuxième, en 1998, lors du 8e congrès du PCV).
Il y a une dizaine d'années les échanges commerciaux sino-vietnamiens n'étaient que de 30 millions de dollars, l'année dernière, ils ont atteint 2 milliards de dollars.
Le jeudi, Li Peng a discuté avec son homologue vietnamien, Nguyên Van An, des moyens d'accélérer les accords bilatéraux signés par les deux pays. Selon le communiqué officiel de l'AVI (Agence vietnamienne d'information). Nous aimerions savoir en quels termes M. Li Peng a abordé les problèmes des archipels Paracels et Spratlys en mer de Chine méridionale. M. Li Peng a rencontré les anciens premiers secrétaires Do Muoi et Lê Kha Phiêu (qui étaient particulièrement dévoués à la Chine), puis le président Trân Duc Luong, et vers la fin de son voyage, le premier secrétaire Nông Duc Manh, et le premier ministre Phan Van Khai. 

Alors qu'Américains et Chinois font de grandes manœuvres, la France a envoyé le ministre de l'Equipement, des Transports et du Logement, Jean-Claude Gayssot, dans trois pays du sud-est asiatique : Viêt-Nam, Cambodge et Thaïlande. A la fin de son voyage, samedi 8 septembre, à Bangkok, Jean-Claude Gayssot a déclaré que la France vise surtout une rentabilité à moyen et long terme. Au Viêt-Nam, une lettre d'intention portant sur l'acquisition par Vietnam Airlines de cinq Airbus A-320 pour un montant de 200 millions de dollars a été signée en présence de M. Gayssot. Au Cambodge, M. Gayssot a assisté à la signature d'un accord portant sur la modernisation de l'aéroport Siemrap-Angkor (nord) par le groupe de construction français Vinci. En Thailande, la France vise la construction du futur métro souterrain. Alstom est en piste et bien placé pour fournir des équipements.

Montagnards toujours 

Ces derniers jours, plus de 100 montagnards venant tous de Dalak se sont enfuis au Cambodge. C'est un vrai casse-tête pour le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), car il ne peut les renvoyer au Viêt-Nam sans aucune garantie, le Cambodge ne peut pas accepter le flot grandissant des réfugiés montagnards, et les Etats-Unis ont déjà accepté les 38 premiers réfugiés. Nông Duc Manh, premier secrétaire, lui-même " montagnard Tây ", est allé rencontrer les montagnards sur place, mais comment réparer une injustice qui a duré déjà 25 ans ? Ceux qui sont un peu au courant du sort des montagnards des hauts plateaux du Centre Viêt-Nam savent que les montagnards ont mille raisons d'être frustrés, et ce n'est pas en leur louant des terres qui leur appartenaient qu'on peut panser leurs blessures.


Mourir pour sa religion
Une autre façon


Le 2 septembre 2001, jour de fête nationale du régime communiste, à 4 heures 30 du matin, un paysan et responsable bouddhiste, Hô Tân Anh, 61 ans, s'est immolé par le feu pour protester contre la répression dont l'Eglise bouddhique unifiée du Viêt-Nam est victime.

Le Bureau international d'information bouddhiste (48, rue Parmentier-94450 Limeil-Brévannes) a reçu de M. Hô Tân Anh quatre lettres, la première adressée aux dirigeants bouddhistes de l'EBUV, la deuxième au Dalaï Lama, la troisième au Secrétaire général de l'O.N.U., aux dirigeants des gouvernements et des institutions internationales, la quatrième aux responsables religieux de différentes régions Huê, Saigon, Quang Tri.

Dans sa lettre simple et émouvante écrite juste avant de passer à l'acte et signée le jour même, adressée au Secrétaire général de l'O.N.U. et aux différents gouvernements, M. Hô Tân Anh affirmait que sa seule façon de protester contre l'intention du gouvernement de détruire l'Eglise Bouddhique Unifiée du Viêt-Nam est de s'immoler par le feu. C'était sa façon de contribuer à la paix dans le monde. Acte de croyant mais aussi acte de citoyen, citoyen du Viêt-Nam et du Monde libre, M. Hô Tân Anh, dans ses 12 exigences envoyées aux responsables du régime, réclamait haut et fort la liberté pour tous les religieux, sans aucune distinction, actuellement emprisonnés, la suppression de l'article 4 de la constitution qui donne le pouvoir absolu au Parti communiste vietnamien, le respect de la charte des Nations unies.