VIET NAM infos
 
         
  Site en cours de rénovation... - Dernière mise à jour du site : samedi 11 mai 2002  
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - économie/politique

VIET NAM infos numéro 9 - 15 novembre 2001

 

Aides sous contrôle


La Banque mondiale vient d'accorder au Viêt-Nam un prêt de 110 millions de dollars pour financer les projets concernant les infrastructures des six régions de hauts plateaux au Nord Viêt-Nam. Ces projets visent à améliorer la vie d'un million de pauvres dont les 85% appartiennent aux minorités ethniques. On peut lire régulièrement dans les journaux officiels que de 30% à 40% des fonds sont détournés vers les poches des fonctionnaires serviteurs du peuple. Faisons confiance aux spécialistes de la Banque mondiale pour inventer des moyens adéquats pour contrôler l'utilisation de ces prêts.

La Commission européenne a annoncé, le 20 novembre, quatre programmes d'aides humanitaires d'urgence totalisant 2 millions d'euros, aux victimes des inondations du Viêt-Nam, du Cambodge, de la Corée du Nord et de la Chine :
Viet-Nam (delta du Mékong) : 550 000 euros; Cambodge (Prey Veng) : 148.000 euros; Corée du Nord (côte Est) : 200.000 euros; Chine (Guangxi) : 950.000 euros.

21.11.2001. Le FMI (Fonds monétaire international) débloque un prêt de 52 millions de dollars pour le Viêt-Nam. Ce prêt s'inscit dans le cadre d'une ligne de crédit de trois ans d'encouragement de la croissance et de la réduction de la pauvreté. Ce nouveau prêt portera à 105 millions de dollars les fonds reçus par le Viêt-Nam dans ce cadre.


Prévisions : optimisme de rigueur

L'Assemblée nationale vietnamienne a commencé sa 10e session le mardi 20 novembre. Au programme : la ratification prochaine du traité de commerce avec les Etats-Unis et l'étude des rapports sur le développement socio-économique entre 2001 et 2005.

Selon le rapport du gouvernement présenté à l'Assemblée nationale vietnamienne, le déblocage des fonds d'investissement étranger de toute l'année 2001 est estimé à 2,2 milliards de dollars, soit une augmentation de 3,2%. Le nombre d'enfants de moins de cinq ans frappés par la malnutrition serait de 32% (34% en 2000). Objectifs de production agricole : 34,5 millions de tonnes de céréales, 750 000 tonnes de café, 330.000 tonnes de latex séché, 85.000 tonnes de thé et 140.000 tonnes de noix de cajou.

Les prévisions optimistes de rigueur ne reflètent pas tout à fait le changement de cap de certains investisseurs et une baisse sensible du tourisme après les actes de terrorisme du 11 septembre. On signalait en octobre que le Viêt-Nam perdrait 150 millions de dollars cette année du fait de la baisse des exportations de ses produits maritimes. D'après le quotidien Saigon Giai Phong, plusieurs importantes commandes des Etats-Unis et du Japon, qui représentent 53% du volume des exportations de produits maritimes vietnamiens, ont été suspendues.

Cependant, le Viêt-Nam qui figure parmi les pays peu touchés par la crise asiatique et directement par les événements du 11 septembre voit s'ouvrir à lui le marché des pays musulmans comme l'Indonésie, le Pakistan, le Bangladesh. Le marché des pays arabes commence aussi à bouger pour le Viêt-Nam. Depuis les huit premiers mois de l'année, ce marché a absorbé pour 2 millions de dollars de chaussures, 8,8 millions de dollars de poivre et 720 000 dollars de produits de la mer. Selon le bilan officiel, l'Afrique du Sud a importé l'année dernière 25, 74 millions de dollars de produits vietnamiens.


Nouvelles donnes


L'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) le 11 décembre prochain fixera de nouvelles donnes pour l'économie des pays de l'Asie du Sud-Est. Les prévisions présentées par le gouvernement vietnamien lors de la 10e session de l'Assemblée nationale pour les prochaines années ne tiennent pas compte du facteur important qui est l'entrée de ce géant asiatique dans l'OMC.

Baisse du déficit commercial pour les dix premiers mois de l'année. Le Viêt-Nam a enregistré un déficit commercial de 278 millions de dollars pour les dix premiers mois de l'année, soit une baisse de 56,6% par rapport à la même date l'an dernier.

Les prix à la consommation ont baissé de 0,2% depuis le début de l'année, tandis qu'ils ont augmenté de 0,2% en novembre par rapport à octobre. On note les baisses sur le riz, les denrées alimentaires, les produits pharmaceutiques et les hausses sur les services, les équipements ménagers, les boissons et les cigarettes. Le cours du dollar et celui de l'or ont augmenté respectivement de 4,0% et 4,1% de janvier à novembre. Rappelons que le dollar et l'or sont les deux moyens de transactions importantes au Viêt-Nam.

Du 15 au 21 octobre dernier, le Forum de coopération en Asie-Pacifique (APEC) a réuni sa treizième assemblée annuelle à Shanghai. Les 21 pays et territoires de l'APEC ont reconnu l'urgence du lancement d'un nouveau cycle de négociations commerciales multilatérales pour revigorer leurs économies après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.

D'après Homi Kharas, chef économiste de la Banque mondiale pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, la récession en Asie de l' Est va se prolonger une bonne partie de l'année prochaine. Pour cette année, la croissance de la région s'établira autour de 4,6% au lieu de 7% en l'an 2000. Selon Homi Kharas, le Viêt-Nam est actuellement devant une bonne opportunité pour changer sa stratégie d' investissement afin de profiter d'une position relativement favorable par rapport aux pays voisins. Andrew Steer, directeur de la Banque mondiale au Viêt-Nam, estime quant à lui, que Ha Nôi devrait soutenir fortement les régions agricoles qui sont en pleine crise à cause d'une baisse continue des prix. Les planteurs de café sont les victimes directes de la politique décidée par les fonctionnaires de Ha Nôi, les planteurs de cannes à sucre sont les victimes de la politique sauvage complotée par les sociétés d'Etat.


La plus vaste zone mondiale de libre échange


ASEAN + 3. Les dix pays de l'Association des Nations du Sud-Est asiatique (ASEAN) se sont réunis au Brunei. Les dirigeants de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud sont invités. Au menu : terrorisme, économie et plan anti-sida. Communiqué au début du sommet : "Nous condamnons sans réserve et dans des termes les plus forts les attentats terrifiants de New York, de Washington et de la Pennsylvanie le 11 septembre, et considérons ces actes comme une attaque contre l'humanité et contre nous tous". Les dix pays le l'ASEAN, le Brunei, la Birmanie, le Cambodge, l'Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viêt-Nam ont donné leur accord pour entreprendre une étude en vue de constituer la plus vaste zone mondiale de libre échange en incluant, la Chine, le Japon et la Corée du Sud. Pour terminer, l'ASEAN a adopté un programme quadriennal de lutte contre le sida. Selon un rapport de l'ONU, 1,63 million de personnes étaient infectées dans les Etats de l'ASEAN pour un total de 510 millions habitants (chiffres de 1999).

Avant les récentes élections danoises, le porte-parole du Parti libéral qui en est sorti vainqueur, a annoncé que ce parti une fois au pouvoir n'aidera pas les pays qui soutiennent le terrorisme ou qui ne respectent pas les droits de l'homme. On retrouve dans la liste des pays cités le Bangladesh et le Viêt-Nam.


Peut mieux faire ?


L'organisation PERC (Politiacal and Economic Risk Consultancy) a demandé à 1000 hommes d'affaires étrangers sur leur conception de transparence dans la comptabilité et dans la réalisation des décisions politiques. Chaque pays est noté de 0 à 10. 0 est la meilleure note, 10 la plus mauvaise. Singapour a obtenu la meilleure note parmi les pays de la région avec 3.75, puis viennent la Malaisie avec 5.50, Hong Kong 5.55, le Japon 6.00, Taiwan 6.94, la Corée du Sud 7.50, l'Inde 7.63, la Thailande 7.86, les Philippines 8.00, la Chine 8.11 et en dernier le Viêt-Nam 9.63.

L'Accord commercial bilatéral Etats-Unis - Viêt-Nam, déjà signé par les Américains et dont la ratification est mise à discussion ces jour-ci devant l'Assemblée nationale vietnamienne, laisse présager bien entendu des perspectives extrêmement favorables pour l'économie vietnamienne. Tous les pays de la planète veulent entrer dans le marché américain. Mais pour le Viêt-Nam, la partie sera plus que difficile. Avec la crise économique de l'Asie et la récession américaine, la concurrence ne pourra que se durcir. Les Coréens du Sud dont les sociétés sont largement installées au Viêt-Nam, comme E-land (vêtements), utiliseront le Viêt-Nam comme un bon tremplin pour continuer à fournir le marché américain quand le quota coréen sera saturé. Comme dans son discours lu devant l'Assemblée nationale, Phan Van Khai, premier ministre, a bien reconnu que le Viêt-Nam devra accélérer la restructuration de son économie et bien sûr, éliminer l'obstruction bureaucratique, la corruption etc. Le Viêt-Nam, pour profiter pleinement du marché américain comme un partenaire à part entière devra changer profondément son système et sa mentalité. Le Sénat américain a laissé de côté pour le moment le projet de loi pour les droits de l'homme largement approuvé par la chambre des Représentants (410 voix pour, une voix contre) qui accompagnait le traité commercial bilatéral, mais ce projet de loi n'est pas enterré pour autant. Et Ha Nôi devra faire des efforts de transparence s'il ne veut pas voir apparaître brutalement les mille et un obstacles que le partenariat avec les capitalistes américains pourrait lui réserver.

Le chemin de croix du Père Nguyên Van Ly


Le P. Thaddée Nguyên Van Ly, curé de An Truyên du diocèse de Huê, a comparu le vendredi 19 octobre 2001 devant le tribunal de la province de Thua Thiên-Huê. De lourdes condamnations lui ont été infligées à l'issue d'un procès qui a duré moins d'une demi-journée : 15 ans de prison ferme qui seront suivies de cinq années d'assignation à résidence. La peine de prison a été décomposée comme suit : deux ans pour n'avoir pas respecté l'assignation à résidence qui lui avait été imposée et 13 ans pour avoir " saboté l'Union nationale ".

La tenue du procès du P. Ly, animateur d'une campagne pour la liberté religieuse entamée en novembre 2000 et interrompue par son arrestation le 17 mai dernier, a été tenue secrète jusqu'au dernier moment. Les premières nouvelles ont été diffusées dans la journée même par les télévisions de Huê et de Hô Chi Minh-Ville. Les images ont montré le P. Ly amaigri et affaibli, vêtu d'un pyjama blanc, le teint pâle et tenant les yeux fermés. On n'a aperçu ni témoin, ni représentant de l'archevêché. Il semble qu'il n'était assisté d'aucun avocat et que l'on ne lui a pas laissé le loisir de se défendre lui-même. Le commentaire entendu à la télévision et repris par le Nhân Dân (organe du Parti communiste vietnamien) du 19 octobre a relayé les accusations portées au procès par le représentant du parquet. Le prêtre aurait mené de nombreuses activités destinées à semer la division au sein des fidèles et troubler l'ordre, la sécurité et la vie ordinaire de la population. L'accusation a insisté sur l'obstination du prêtre à ne pas reconnaître ses fautes. 

Commencée au mois de novembre 2000, dans le cadre de revendications locales - des terrains paroissiaux confisqués par l'Etat - la campagne du P. Ly avait vite pris une dimension interreligieuse, nationale et même internationale. Elle a été tout de suite marquée par le ton sans concession adopté par le prêtre et une volonté de non compromission avec le régime, que symbolisait le calicot qu'il avait accroché au clocher de son Eglise où était inscrit : " La liberté religieuse ou la mort ! ". Expert en informatique qu'il enseignait aux jeunes gens de la chrétienté où il était d'abord assigné à résidence, Nguyêt Biêu, il diffusa sur le réseau Internet de nombreuses déclarations où il revendiquait liberté et totale in dépendance pour les diverses religions du Vietnam, des procès verbaux, où il détaillait concrètement les violations de la liberté religieuse commises par les autorités locales et nationales. Aux responsables religieux de son Eglise, il conseillait de cesser de se soumettre au pouvoir civil. Ces déclarations, surtout les dernières contenaient en même temps une critique sévère de la société communiste et du Parti dont il demandait la dissolution en même temps qu'il exigeait des élections libres.

La situation du P. Ly a empiré fortement, lorsque, à la demande de la Commission sur les libertés religieuses internationales du Sénat américain, il fit parvenir à celle-ci un rapport sur la liberté religieuse au Vietnam, le 13 février 2001. Dès le 27 février, le P. Ly était assigné à résidence dans la paroisse de An Truyên où son archevêque venait de le nommer. Suivait une campagne de presse sans précédent lancée contre lui par les principaux journaux officiels du pays. Ce qui n'empêcha pas le prêtre dissident de continuer la publication régulière de ses déclarations et procès verbaux dénonçant l'inféodation des religions au pouvoir civil. et surtout l'envoi à une commission des droits de l'homme du Congrès américain d'un nouveau rapport intitulé, " Témoignage N° 2 d'un prisonnier de conscience, le prêtre Nguyên Van Ly ". Les réactions du pouvoir ne se firent pas attendre. Le 10 mai, les autorités civiles lui interdisaient de dire la messe. Le P. LY n'ayant pas tenu compte de cette dernière injonction, le 17 mai 2001, 600 agents de la sûreté vinrent arrêter le prêtre dans son presbytère alors qu'il se préparait à célébrer la messe.


D'après Eglises d'Asie
lire notre Dossier dans Viêt-Nam infos
 n°5 mars 2001