VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 11 - 15 mars 2002

Les vieux démons, suite sans fin

Bui Xuan Quang

 

L'année 2001 s'est terminée sur fond de catastrophes; 2002 ne démarre pas mieux. Le quotidien nous happe et nous occupe pleinement l'esprit. Les présidentielles? oh là là, pas de chômeurs, pas de SDF!. Alors les loisirs, les voyages nous éloignent des drames annoncés tous les jours Tenez, mes voisins reviennent du Viêt-Nam. Lui médecin, elle, femme se consacrant au bénévolat. Ils sont impressionnés par la vie trépidante qui anime le pays, l'enthousiasme des jeunes,. les sourires des gens. Il y a quelques années, lorsque la misère noire gagnait une société socialiste extrêmement pure, on organisait des sex-tours sans en donner le nom. On commercialisait discrètement les produits les plus attractifs. Des compatriotes revenaient du pays avec des mines réjouies et des histoires presque sentimentales. 

Maintenant, femmes et jeunes filles ne sont plus que routine. Certaines écrivent encore des best-sellers, paraît-il, mais autour de moi, on n'en parle même plus. Des gens se découvrent des vocations dans les œuvres humanitaires. Education, soins médicaux. Tout manque. On parraine des enfants pour leur permettre d'aller à l'école et se nourrir. On en adopte pour donner totalement de son cœur et aussi pour le remplir. C'est cela aussi le Viêt-Nam, celui qui apparaît à nos visiteurs. Mes voisins pensent même sérieusement à adopter un orphelin. 

Alors ce Mikhail Gorbatchev (la Perestroïka, vous vous souvenez?), qui soulignait, dans une conférence récente à New York, que le système communiste ne s'investit que dans la propagande, ne s'est-il pas trompé à 100%? Surtout que, ailleurs, on entend les déclarations tonitruantes des dirigeants de Ha-Nôi sur l'orientation socialiste d'une privatisation galopante du pays (lire page 2). Alors la propagande communiste dans tout cela? C'est terminé? On vit dans la transparence et la vérité?

Peut-être pas tout à fait. J'ai lu récemment, et ce n'est pas une plaisanterie, dans un petit papier rédigé par un citoyen français nostalgique de l'époque Marchais qu'il y avait un soulèvement populaire à Huê en 1968. Un ami, professeur d'histoire de lycée, racontait avec sincérité, à ses élèves, des contre-vérités sur la guerre du Viêt-Nam glanées çà et là, dans des quotidiens et livres scolaires. 

Mais plus près de nous, le plus génial, le top du top, ce fut la création d'une association pour réunir ceux qui ont adopté des enfants vietnamiens. Avec une belle revue pour resserrer les liens entre les membres. (La charité est ce que nous savons faire de mieux, la propagande nous est entrée en plein coeur, là où nous sommes sans défense). C'est une revue de pure propagande pour le régime dictatorial de Ha-Nôi, j'y ai vu un beau portrait de Lê Kha Phiêu souriant de toutes ses belles dents, avec des commentaires édifiants, lorsque ce Secrétaire général du PCV détenait encore le plein pouvoir au Viêt-Nam. Et dernièrement, pour critiquer le livre "Le livre noir du communisme vietnamien, de 1945 à nos jours" on avançait comme argument (faute de mieux) : "Michel Tauriac n'a plus visité le Viêt-Nam depuis 1986"(date de la Perestroïka vietnamienne, VIe Congrès, une misère), alors que l'auteur est retourné plusieurs fois dans sa "deuxième patrie" depuis cette date et qu'il s'est même marié religieusement à Saigon au début de 2001. Du reste, voit-on mieux les réalités lorsqu'on les regarde avec des yeux pas encore ouverts ? Par exemple, comprend-on que ces étudiants fréquentant les universités les plus huppées ne peuvent être que des enfants de cadres nantis ?

BXQ