VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 20 - 15 septembre 2003


Non, la France ne doit pas tomber

 

 

Il est sûrement bien plus facile d’avoir un parti pris que de prendre parti. L’Amérique est en guerre, même si George W. Bush ne le dit pas. Le décret Patriot act fermant la frontière des Etats-Unis à bon nombre d’amoureux de l’Amérique est là pour le prouver. Mais comment se délecter devant l’enlisement de l’armée américaine en Irak ? Et comment se réjouir de voir mourir des Palestiniens ou des Israéliens ?

Il est bien plus facile d’être lucide et voir tomber la France comme l’a vu l’auteur du best seller du mois de septembre que de prendre parti pour l’un ou l’autre qui veut réellement empêcher la France de tomber. Ou bien faire de la morale avec des ragots d’initiés, au lieu de faire une enquête à la Patricia Cornell comme cette dernière a mené de main de maître sur le tueur de White Chapel ?

Le Parlement européen a fait son travail, enfin, quelques députés européens ayant pris le parti pris des droits de l’Homme ont réussi à faire fonctionner l’Europe dans le sens de l’Honneur. Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté son Rapport sur les droits de l’Homme de 2002 dénonçant l’extermination des Montagnards par le gouvernement de Ha Nôi, la répression flagrante des religieux bouddhistes de l’Eglise Bouddhique Unifiée du Vietnam. Aucun journal français n’en parle. Parti pris de l’indifférence ? Et ce moine qui a été reconnu comme réfugié par le Haut Commissariat des Réfugiés au Cambodge et qui s’est fait kidnapper pour être jugé au Viêt-Nam comme un criminel. Cela ne vaut-il pas quelques lignes dans les faits divers et autres curiosités de quelques journaux parisiens de haute moralité ? Il faudra, de temps en temps, donner des nouvelles qui n’intéressent personne, ou très, très peu de personnes, juste par acquis de conscience, juste pour informer.

On peut parler de politiquement correct quand il s’agit d’un gouvernement. Ou plutôt de diplomatiquement correct. Encore que. Mais de l’information des gens, d’un peuple, d’une nation ? De quoi a-t-on peur, au fait ? De ne plus avoir de visa pour visiter la baie de Ha Long ? D’avoir une belle Saïgonnaise à ses côté ? Tiens, à propos, Philip Noyce a réalisé un film magnifique, un Américain bien tranquille, on apprend dans ce film que les Américains ont fourni au général Trinh Minh Thê du plastic pour tuer de pauvres innocents lors des attentats, à Saïgon, en 1952. Elucubrations de Graham Greene? Peut-être. Mais Philip Noyce, malgré son immense talent, s’était laissé aller sournoisement dans le confort intellectuel de tout temps : les adversaires de l’Occident sont des patriotes, les alliés sont des laquais, des fantoches, l’Europe est décadente, l’Amérique complètement idiote et criminelle. Je rappelle en passant à Philip Noyce, lui, le grand admirateur du faux auteur des « poèmes de prison », Ho Chi Minh, qu’il a mis en scène des bons romans de Tom Clancy, grand fan, lui, de Ronald Reagan. Et l’Amérique de Reagan était bien plus belliqueuse que celle d’Eisenhower.

Cher ami, vous me demandez pourquoi le titre de l’édito. Je réponds simplement que c’est pour attirer votre attention, que la vie est compliquée, qu’il est bien difficile de frayer un chemin moralisateur, qu’on navigue à vue, qu’il est difficile d’empêcher la chute de la France en désignant des coupables, que des initiés de l’Info de France aiment l’idéologie et le pouvoir comme ses dirigeants, que le Viêt-Nam est un paradis pour les investisseurs, et touristes connaisseurs, mais qu’il tombe, tombe, lui aussi, très bas, et que si des gens y sont en prisons actuellement, c’est qu’ils ont voulu empêcher cette chute vertigineuse.


Bui Xuân Quang