VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 23 - 15 mars 2004


Leçons de chantage

 

Il apparaît que, parfois, des politiciens chevronnés peuvent être aussi naïfs que vous et moi. Comment les dirigeants espagnols ont-ils pu se discréditer de la sorte ? Bien qu’ils aient retrouvé assez rapidement la trace des poseurs de bombes, personne, quasiment, ne voulait plus les écouter. Leur maladresse avait été telle que le peuple espagnol les a sanctionnés. Ainsi, les terroristes ont pu en partie atteindre leur objectif grâce à la maladresse dont faisaient montre les dirigeants espagnols dans la gestion des événements.

Il est dans l’ordre des choses que le candidat socialiste espagnol, Zapatero, fasse le signe de la victoire et esquisse un large sourire. On a le droit de gagner parce que l’adversaire ne le mérite pas. Il est plus curieux d’entendre M. Hollande dire qu’il se reconnaît en Zapatero, le candidat « chanceux » espagnol par terrorisme interposé.

Tôt ou tard, Al Qaïda veut faire payer à l’Europe, qu’elle ait ou non participé à l’intervention américaine en Irak (sinon, pourquoi Vigipirate est au rouge actuellement ?). Faire payer l’Europe parce que l’Europe est l’Europe avec tout ce qu’elle comporte de haïssable aux yeux des chefs d’ Al Qaïda. Tout simplement. L’Europe n’échappera pas au terrorisme. Il s’agit d’une guerre largement déclarée et engagée.

La Chine menace-t-elle la France de terrorisme ? Alors pourquoi le prix Nobel de littérature de l’année 2000, Gao Xing Jian, a-t-il été mis à l’écart du salon du livre pour satisfaire au bon désir de Pékin? La Chine est arrivée à étendre sa répression contre la liberté d’expression jusque dans nos terres. Je ne suis pas contre le fait de faire rougir la tour Eiffel à l’arrivée de Hu Jin-Tao à Paris, mais la dignité ne peut certes pas changer d’habit tous les jours. Si je me souviens bien, un ministre socialiste de la culture a étrangement refusé de serrer la main du Premier ministre italien lors d’un salon du livre consacré à l’Italie. M. Berlusconi aurait dû trouver un moyen de pression quelconque au lieu d’être venu à Paris en simple Premier ministre d’un pays européen ami.

Pour la prochaine rencontre au sommet Europe-Asie en octobre prochain au Viêt-Nam (ASEM), l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) tient à tout prix à la participation de la Birmanie, pays où sévit le groupe de militaires bourreaux de Mme Aung Sun Suu Kyi, prix Nobel de la paix (1991). L’Europe dit qu’elle ne veut pas cette participation, mais là aussi elle plie. Tony Blair reste British, il annonce qu’il ne sera pas présent au cas où les tortionnaires birmans participent à l’ASEM. Tout cela annonce bien une diplomatie symbolique et provisoire au service du commerce mondial. Le Viêt-Nam trouve largement son compte avec la présence éventuelle à l’ASEM de la Birmanie qui lui servira de paravent. En ce qui concerne les Droits de l’Homme, on s’occupera d’abord de la Birmanie, et seulement après des autres dictatures. Le Viêt-Nam pourrait tranquillement faire sa petite cuisine de répression quotidienne et brutale comme il le fait actuellement avec l’Eglise mennonite.

D’ailleurs, la démocratie n’a pas la même signification pour tout le monde. Surtout en Asie. Valeurs asiatiques, dit-on. Pourtant Chen Shui-Bian, le président d’un modèle de démocratie en Asie, Taïwan, vient d’échapper de justesse à la mort à la suite d’un attentat. Un coup est un coup, du sang reste du sang. Et la mort a le même visage partout.

Bui Xuân Quang