VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 29 - 15 mars 2005

 

Trente ans déjà, quel gâchis !



1975-2005. Trente ans après la victoire communiste et la soi-disant réunification du pays, nous sommes encore à nous battre pour que les gens puissent avoir le droit de parler librement, pour que religieux et croyants aient la faculté de vivre leur foi, à leur façon. Nous en sommes encore devant le spectacle d’un gouvernement requérant un droit constitutionnel pour conserver le pouvoir absolu de vie et de mort sur un peuple de 82 millions d’habitants, ou jetant un jeune citoyen en prison simplement parce qu’il a traduit un texte « qu’est-ce que la démocratie » sur Internet. Le plus grand des crimes des communistes est de persévérer dans leurs erreurs, de trahir les peuples, de trahir leur propre idéal. Voyez Mao, Ho, Kim, et les autres. Depuis trente ans, qu’ont donc apporté les dirigeants communistes au peuple vietnamien comme bénéfice ? Emprisonnement ? Mort ? 

Depuis trente ans, nous n’avons pas vu un acte positif, pas entendu une parole sensée, de la part de Ha Nôi, pour justifier son régime totalitaire. Mais ce système finit par montrer ses fissures. D’abord, les conflits entre personnes, dont Vo Nguyên Giap est au centre, s’étalent au grand jour (Viêt-Nam infos mai 2004 ; n. 24 /dossiers), puis, dernièrement, on laisse sortir un rapport secret, fait par un conseiller du Bureau politique, Lê Dang Doanh, qui détaille sans complaisance les défauts du système actuel, depuis le manque total de contact avec le peuple jusqu’à une justice qui n’a de justice que le nom.

Récemment, si la liberté a été rendue à un certain nombre de prisonniers de conscience, de prêtres et de moines, c’est grâce à la pression exercée par le gouvernement américain, pression qui a joué un rôle certes limité, mais appréciable. Lisez le témoignage du vénérable Thich Thiên Minh (arrêté à 25 ans, libéré à 51, lire page 8). Vous apprendrez que beaucoup de religieux ont souffert et sont morts dans le silence le plus total.

Nous sommes en présence, au Viêt-Nam, d’ un pouvoir qui, pour exister, dévie l’énergie immense du peuple vers le profit, la non-conscience, la non-compassion, qui lui dénie toute possibilité de vivre le destin qu’il mérite.

Mais aucun pouvoir totalitaire ne peut durer face à la vérité de l’information, face au courage d’aimer sa patrie et de le dire à haute voix. La vague démocratique gagne pays après pays et finira par faire entendre raison aux dictateurs les plus obtus.


Bui Xuan Quang