VIET NAM infos
 
         
     
 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 40 - 20 février 2007

 

Viêt-Nam : attention, ouverture !
 

L’ouverture économique pour une ouverture démocratique ? Un vrai cache-misère de la conscience (occidentale ou non). Lorsque l’amélioration du niveau de vie du citoyen ordinaire permet à un gouvernement de rester au pouvoir, comme c’est le cas partout dans ce bas monde, surtout dans les démocraties. Alors pourquoi reprocher aux autorités communistes vietnamiennes de vouloir développer l’économie du pays afin de survivre?

Inutile de parler longuement de Taïwan ou de la Corée du Sud qui ont su se forger une véritable identité nationale au bout des guerres et menaces permanentes. Le Viêt-Nam, quant à lui, a de toute évidence bel et bien manqué ses chances avec Hô Chi Minh et son rêve internationaliste.

Le Viêt-Nam s’efforce de rattraper son retard avec un des meilleurs taux de croissance du monde. La Chine ne serait-elle qu’un modèle de gouvernement, et Singapour un modèle de vie ?

M. Nguyên Chinh Kêt, l’un des animateurs du Bloc 8406 qui réclame la fin du système totalitaire, a eu raison de signaler que, quelles que soient les améliorations notables des conditions de vie, une prison reste une prison. Le rêve du jeune cadre vietnamien, en ce moment même, est bien de pouvoir vivre dans un Park Center, pas seulement le temps d’un week-end comme le cadre moyen parisien, mais pendant toute sa vie. Lors d’un sondage, M. Bill Gates a été bien désigné « personnalité modèle » par plus de 90% de jeunes Vietnamiens (moins de 5% seulement ont exprimé leur préférence pour Ho Chi Minh).

Dans ce domaine, le PCV a encore une belle marge de manœuvre. Le « mouvement démocratique », même s’il offre un visage rafraîchissant aux jeunes qui n’ont pas fait la guerre et qui trouvent que la liberté est un droit fondamental et tout à fait naturel de l’être humain, n’est pas encore « populaire » face à la fièvre du dollar qui secoue le pays. Pour préserver la stabilité politique, Il suffit aux autorités de ralentir le « mouvement démocratique » en acceptant les critiques mais en bloquant tout désir ou tentative d’apprendre, de réfléchir sur la liberté, les droits de l’Homme, la démocratie (des éducateurs d’une classe de formation de jeunes ont été arrêtés le 3 de ce mois ; lire l’info à la page 2).

Mais, même si le PCV réussit à prendre de vitesse le « mouvement démocratique », le véritable problème qui se pose à lui est de voir sa légitimité s’éloigner de jour en jour. Il traîne avec lui des crimes abominables contre son propre peuple (rappel : les réformes agraires de 1953-1956 ; les massacres de Huê en 1968…). Alors il tente de ressortir des mots tenus naguère pour tabous : Têt Mâu Thân (Tet 68, massacres de Huê) ; Cai Cach Ruong Dat (Réformes agraires, plus de 100 000 morts). Pour tester, pour voir. Récemment, un événement a remué le monde littéraire : la publication (encore inimaginable il y a très peu de temps) à Da nang du roman « Ba người khác » (Trois autres individus) du grand romancier Tô Hoài. Tô Hoài y décrit en détail et sans retenue les atrocités sans nom des réformes agraires.

Les autorités respirent, l’événement n’a pas atteint le peuple. Seuls, des écrivains discutent entre eux, en érudits.

Bui Xuan Quang