VIET NAM infos
 
         
     

 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 59 - décembre 2011

 

Nouvelle donne en Asie



 

On attend depuis quelques temps une ligne plus claire de la politique américaine en extrême Asie. C’est fait. Barack Obama et Hillary Clinton, l’un à Canberra ("Abritant la plupart des puissances nucléaires du monde et près de la moitié de l'humanité, cette région déterminera pour une large part si le siècle à venir sera marqué par le conflit ou la coopération, les souffrances inutiles ou les progrès de l'humanité" a déclaré le président américain) l’autre par sa visite historique à Naypyidaw – aux dirigeants, et à Rangoun – à la principale opposante Aung San Suu Kyi, ont défini sans détours diplomatiques la position des Etats-Unis devant l’hégémonie chinoise dans cette partie du monde.

Nous ne savons certainement pas ce qui est à l’origine de la décision du gouvernement birman d’abandonner le projet catastrophique pour l’environnement, financé par les Chinois, de la construction du barrage Myitsone sur le fleuve Irrawaddy. Pression populaire ? Intervention discrète des Etats-Unis ? Prise de conscience soudaine des dirigeants du danger chinois ?

On peut rester prudent devant le changement de cap du nouveau président birman Thein Sein, mais deux faits plaident en sa faveur. La décision d’abandonner un projet déjà signé avec la Chine pour protéger l’environnement et les ressources naturelles du pays est un acte doublement significatif, pour l’appel du peuple et contre l’allié et protecteur chinois. Mais chose encore plus importante, le paysage de la vie politique birmane est en train de changer, à la surprise générale: Le prix Nobel de la Paix, Mme Aung San Suu Kyi accepte de faire participer La Ligue Nationale pour la Démocratie (LND, son parti) aux prochaines élections législatives partielles. L’opposition parlementaire birmane a donc pesé, malgré tout, dans la décision gouvernementale. La LND n’a pas voulu être en marge de l’évolution démocratique du pays.

Cette réconciliation nationale annoncée, si elle aboutit, sortirait la Birmanie de son isolement, la rendra plus forte pour assumer la présidence, dans deux ans, de l’ASEAN.

Le Vietnam tente de se placer dans ce contexte nouveau. Pour plaire aux Etats-Unis, Nguyễn Tấn Dũng cite pour la première fois la République du Vietnam lors d’une séance questions au gouvernement à l’Assemblée à propos de son affirmation de la souveraineté du Vietnam sur les îles Paracels et Spatleys (Hoàng Sa et Trường Sa). Mais cette ouverture diplomatique reste hésitante. La libération de l’avocat Lê Công Dinh pour son expulsion vers les Etats-Unis a été annoncée mais on est resté sans nouvelles.

Et surtout, les acteurs des manifestations pacifiques des mois de juin, juillet, août de cette année connaissent une répression rétroactive brutale. Mme Bùi Hằng a été arrêtée et amenée sans procès dans un camp de « restauration de la dignité » (réservé habituellement aux « prostitués et drogués ») pour un séjour de deux ans.

Il n’est pas trop déraisonnable de se poser cette question : Le Vietnam est-il libre vis-à-vis de la Chine au même niveau que la Birmanie ? N’y-a-t–il pas une reprise en main par Pékin de Hanoï ?

Pour Bùi Hằng
 

http://www.eyedrd.org/2011/12/vietnam-reopens-re-education-camps-for-patriots-and-activists-ms-bui-hang-is-a-new-student.html


 

Bùi Xuân Quang 






 




économie/

politique

 

 

OMC

 

ASEAN

 

Brèves

 

Paysans : un premier succès

 

Le Parti pur le Progrès du Viêt-Nam

 

Ly Tông victime de la diplomatie thaïlandaise

 

 dossier

 

 

Le Bloc 8406

 

Le rapport de la Commission des droits de l’homme du Parti conservateur de la Grande-Bretagne

 

 

Actualité

 

 

Le Vénérable Thich Quang Dô, lauréat du prix Rafto

 

 

Réactions du pouvoir communiste face au mouvement démocratique

 

 

 

Soutenez AFVE.