VIET NAM infos
 
         
     

 
 
 

 

 

 

SOMMAIRE

 

Édito

 

Archives

 

Thèmes et humeurs

Dossiers

économie/politique

culture/société

brèves/dernières

Documentation

 

Contacts

 

Liens

 

 

 

 
 
 

 

 

Archives - Thèmes et humeurs

VIET NAM infos numéro 64 - septembre 2012

 

Le 37e quartier de Hanoï.

 

 

Pour les visiteurs éclairés, Hanoï garde encore une certaine magie malgré les transformations subies. Hanoï aux trente-six quartiers (Hà Nội băm sáu phố phường) de Thạch Lam (un essai publié à titre posthume en 1943) reste une référence nostalgique et belle. Les photographes et écrivains actuels tentent encore de déceler les parfums du passé lointain. Mais pour ceux de la jeune génération nés après la fin de la guerre en 1975, les trente-six quartiers sont totalement inconnus. Par contre le 37e, celui qu’ils évitent à tout prix mais qu’ils connaissent bien, et que certains, je devrais dire certaines, puisqu’il s’agit surtout des femmes, fréquentent est le Đường Giải Phóng (l’Avenue de la Libération) qui prolonge la Quốc lộ số 1 (route nationale n.1), à l’entrée de Hanoï, devant l’hôpital Bạch Mai.
Voici le 37e quartier de Hanoï :
 


Une centaine de « boutiques » spécialisées dans l’avortement (littéralement curetage du fœtus - nạo thai) ont pignon sur rue, et comme vous pouvez le constater, on attend des clientes comme pour un shampoing et brushing !
Les chiffres font mal. Officiellement, 2, 5 millions d’avortements par an en moyenne, juste derrière la Chine avec ses 1 milliard et 300 millions d’habitants (le Vietnam en compte 90 millions), mais d’après certaines sources, le chiffre de 3 millions serait plus proche de la réalité.
Politique familiale et contrôle des naissances ? Les autorités laissent la société à la dérive. Mesdames et messieurs, on avorte jusqu’au huitième mois de grossesse au Vietnam, sans autorisation bien sûr mais c’est une pratique fréquente et bien connue de la population.
Comment ? On découpe l’enfant dans l’utérus de la mère pour en retirer les morceaux, puis on rassemble ceux-ci pour vérifier que tout était bien sorti !
Mme Trần Thị Hường, du Groupe de Protection de la Vie (Nhóm Bảo Vệ Sự Sống) que nous avons pu rencontrer sur son chemin de pèlerinage de Lourdes nous a apporté des documents photographiques insupportables de ces terribles assassinats. Permettez-moi de ne pas vous les montrer ici.
Le Groupe de Protection de la Vie (Nhóm Bảo Vệ Sự Sống).
Face au drame croissant que doivent vivre les jeunes femmes et aux avortements, à l’initiative des Rédemptoristes de Thái Hà, un groupe d’une vingtaine de catholiques s’est formé pour aller ramasser des fœtus, pour prendre contact avec les jeunes femmes qui désirent se faire avorter, afin de les accompagner, les protéger jusqu‘à l’accouchement. C’est seulement après plusieurs années d’activité, que les Rédemptoristes officialisent le Groupe, nomment le père F.X. Nguyễn Kim Phùng responsable de BVSS (Protection de la Vie). Très rapidement le groupe s’agrandit : 600 personnes très engagées, à la date de juillet 2012 au Nord Vietnam, mais le nombre d’avortements augmente encore plus rapidement.
Interview de Mme Trần Thị Hường, porte-parole du Groupe de Protection de la Vie :
BXQ : Bonjour, pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos actions ?
Mme Hường : Pour les actions, elles en comportent trois :
1/Diffuser et convaincre l’idée de protéger La Vie dans tout le Nord Vietnam.
2/Aller à la rencontre des jeunes femmes qui veulent se faire avorter. Avorter est un crime, c’est tuer un être fragile, sans défense et qui est de sa propre chair.
3/ Ramasser les fœtus, les enterrer convenablement.
Tous les jours, nos bénévoles vont ramasser des fœtus, faire leur toilette, les couvrir, puis les conserver dans des glaçons. Après une semaine, à 9h le samedi, nous organisons une messe célébrant les funérailles. A Hanoï, rien qu’en une semaine, et pour un seul centre, nous enterrons ainsi une centaines de fœtus. Actuellement, nous avons déjà enterré à Bến Cốc 50 000 fœtus d’enfants. On peut compter à peu près le même nombre de fœtus d’enfants dans chacun des autres cimetières comme Thạch Bích, Hoa Mục…
BXQ : Vous avez réussi à créer des centres…
Mme Hường : Effectivement, nous avons réussi à créer deux centres, deux foyers. Le premier pour le séjour des femmes enceintes qui acceptent de ne pas avorter. Un deuxième pour héberger les femmes qui le désirent, après l’accouchement.
Dans l’avenir, nous aimerions pouvoir créer un centre pour des nouveaux-nés dont les mères ne veulent pas s’occuper ou dont les génitrices nous demandent de les garder pendant un certain temps.
Enterrer les fœtus comme nous le faisons en ce moment n’est bien entendu pas idéal. Des fosses collectives, par couches, avec l’eau qui remonte dans les fosses ! Un four coûterait 10 000 dollars. Mais nos moyens très limités sont consacrés en priorité à aider les femmes enceintes et aux frais d’accouchement.
BXQ : Merci, Madame, merci pour Vietnam infos.
 


La petite Trần Thị Hương Huyền a été sauvée de justesse (une tentative d’avortement d’un fœtus de 35 semaines !). Elle est ici dans les bras de Mme Trần Thị Hường, sa marraine.

Hanoï
P. Nguyễn Kim Phùng tél 0168 354 3310 kimphungcssr@yahoo.com
Mme Trần Thị Hường tél 0945 728 084
Saïgon
P. Lê Quang Uy tél 0903 340 914


 

Bùi Xuân Quang 




 




économie/

politique

 

 

OMC

 

ASEAN

 

Brèves

 

Paysans : un premier succès

 

Le Parti pur le Progrès du Viêt-Nam

 

Ly Tông victime de la diplomatie thaïlandaise

 

 dossier

 

 

Le Bloc 8406

 

Le rapport de la Commission des droits de l’homme du Parti conservateur de la Grande-Bretagne

 

 

Actualité

 

 

Le Vénérable Thich Quang Dô, lauréat du prix Rafto

 

 

Réactions du pouvoir communiste face au mouvement démocratique

 

 

 

Soutenez AFVE.